Haïcor (Autorisé par Vample pour l'utilisation du mot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Haïcor (Autorisé par Vample pour l'utilisation du mot)

Message par Floowyd le Jeu 27 Oct 2011 - 17:59

Voilà. J'ai des histoire dans ma tête, et ça tourne tourne, ça tourne.. et ça donne le tournis... Et mal au crâne surtout. On m'a conseillé d'écrire ou de dessiner toujours ce qui me passait par la tête. Je vais donc ici rédiger une histoire complète (Puis une deuxième mais ça vous devez pas le savoir, alors chuut 'x'). Pour moi, rien que d'imaginer le truc fini, j'en jubile d'avance. Just epic. Just enjoy. Dislike is forbidden.... <- Joke /O




Chapitre 1 : Orage, Tempête, Éclairs

Six heures moins le quart. Le soleil est en train de se coucher, le ciel est magnifique : un superbe dégradé de couleur chaude partant de l'astre lumineux étend son halo rouge orangé dans les grands nuages bas, majestueux, tels des cétacés flottant dans les cieux dorés... "Ah, les vacances !" Je suis en train de rentrer chez moi, je reviens de chez un pote, les mains dans les poches, fixant ce décor somptueux à m'en faire un torticolis. J'habite dans un quartier en bordure d'un petit village agricole, situé sur le flanc d'une colline, dont je suis en train de descendre la pente est. Sous les cotons de vapeur d'eau, j'ai aussi vu sur les champs, et la ferme de Geoffroy, un type rustre, pas très amicale, mais 'suffit d'le connaitre un peu : on peut compter sur lui. Pardon, j'oublis de me présenter. Moi, c'est Ronan Daeter. Cheveux briques, mi-long, lisse, un sweat gris et noir avec des carreaux, pantalon en tissu, chaussure simple. C'est uniquement de ça qu'est composé ma garde-robe.
J'avais détourné les yeux à peine quelques secondes pour suivre un oiseau du regard jusqu'au dessus des maisons quand je fut flashé et entendis un craquement sourd presque aussitôt. Le temps de tourner la tête vers l'ouest, un second flash, puis un troisième, et autant de craquements. Et ça continuait. Le nuage le plus massif était devenu tout gris, et avait considérablement baissé d'altitude : le bas, étonnamment plat, n'était plus qu'à quelques dizaine de mètres du haut du toit de la grange, et il baissait encore, lentement mais sûrement.
Je ne m'y connais pas en météorologie, mais je me doutais bien que cette orage n'était pas naturel. Des éclairs jaillissaient dans tous les sens, mais uniquement à "l'avant" du nuage, la moitié la plus massive. Je savais que pour chaque éclair visible depuis le sol, il y en avait un bouquet d'autres qui partait dans la direction de l'atmosphère. Là, la foudre partait de tout côté, même à l'horizontale, sans de "bouquet" à l'opposé. En fait, ils semblaient tous partir d'un point "A" situé quelque part dans cette partie du nuage et ils rejoignaient un quelconque point "B", n'importe où dans l'espace.
Un des éclairs toucha le toit de la vieille maison de Geoffroy, qui prit feu. "La vache ! Comment il va réagir ?". Il est très religieux. "Il va croire qu'c'est Dieu qui lui en veut, le pauvre. Faut vraiment qu'j'aille voir si il est pas en train de faire une bêtise.". Et donc, je dévalais désormais la pente en courant désormais, coupant la route qui serpentait sur la facette de la proéminence, vers la maison en proies aux flammes. Dès que je fut au pied de la colline, une bruine s'abattit sur mon visage, je ne voyait pas à quinze mètres. Je rabat ma capuche. et me rapproche à contre vent de la lumière dégagée par le feu. "Une véritable tempête la dessous !". Le bruit de l'orage, constant, rendait sourd. Enfin parvenu à la petite bicoque, je colle mes mains et mon visage à la première vitre pour voir à l'intérieur ; Aucune lumière, chaise renversée, soupe fumante encore sur la table, il a dû partir précipitamment.
En tournant la tête sur la gauche, je vit la silhouette de la grange. Je me glisse dedans. À l'abri, j'enlève ma capuche, imbibée d'eau, qui commençait à faire lourd sur ma tête. Noir complet, mis appart un trait de lumière qui tombait au fond, accompagnée par la pluie, car une fenêtre sur une façade du toit était mis close : seul un volet était rabattu, l'autre avait été soulevé par le vent. Quand mes yeux s’accoutumèrent enfin à l'obscurité, je pu distinguer dans la pénombre, assis à côté d'un chariot de foin, Geoffroy, recroquevillé, les genoux au menton, tremblotant. Je ne sais pas quoi faire, alors, je lui lance :

"_ Hé, M'sieur Geoffroy, vous... Tout va bien ? Vous ... Vous voulez quelque chose?"

Ce à quoi il se contente de répondre en montrant du doigt la fenêtre béante, puis un échelle, dans un recoin.
Comme la fenêtre était trop haute depuis l'intérieur, je du ressortir me tremper encore plus, l'échelle sous le bras, pour prendre appuis sur le mur du côté de cette foutue fenêtre. Je n'avais pas pris la peine de remettre ma capuche, aussi avais-je les cheveux qui dégoulinaient. Une fois en haut de l'échelle, j'attrape le battant de bois et, contre la volonté du vent, le verrouille à l'autre.
C'est alors que je pris conscience de la proximité du nuage, telle que l'air me paraissait saturé d'électricité. Lentement, je me retournais pour faire face à.... À... À-àah..
J'en était tombé sur mes fesses, sur les battants du volet, clignant des yeux non seulement à cause de la pluie mais aussi et surtout parce que je je croie toujours pas ce que je voie.
Le nuage dissimulait, à l'intérieur, un véritable champ de bataille futuriste. Devant moi, surplombant des marches massives et d'immenses colonnes, se dresse une gigantesque porte circulaire. Et, sur ces marches imposantes, des flashs colorés.
Un peu partout, je voyais des personnes, des humains, bondir, disparaître, tenir des objets dont je ne pouvait même pas distinguer les contours, tant ils luisaient d'aura multicolores. Ils se battaient. Face à des machines, sorties aurait-on dit de "Dr.Who". Certaines avaient une apparence humanoïde, d'autres ressemblaient plus à des insectes. Il y en a qui vole, et d'autre au sol. Certains "soldats mécaniques" avait des lames à la place des bras, d'autres des fusils automatiques. Ils ne se déplaçaient pas aussi vite que ces surhommes, mais pullulaient partout ! Et autant de cadavre que de débris métalliques jonchaient le sol. le sang et l'huile se mêlaient en coulant vers le bas de l'escalier. Des corps sans vie, ni bras, tête, ou jambe, d'ailleurs, pour certains, et le plus souvent, il leur manquait de gros morceaux. C'est pas pareil que dans les jeux-vidéos. Chacune de ces personnes avait une vraie vie, une famille, des amis, peut être des enfants qui les attendent et attendront encore, des rêves, des espoirs, et.. Et.. J'eu un haut le coeur.
Le regard dans le vide, ce qui me maintient encore conscient, c'est la douleur de mes yeux, qui, déjà brouillés par le crachin, captent continuellement des centaines, d'éclat de couleurs, à chaque tir de mitraillette, à chaque mouvement des humains, il y avait un flash. Et également, j'ai remarqué que lorsqu'une munition, un objet, une machine ou un humain rencontrait une sorte de bouclier invisible marquant la frontière du nuage, dès lors, il se désintégrait et émettait un éclair de l'autre côté de cette "barrière".
Un robot au pied des marches, un de ceux ayant des lames en guise de bras, me repéra : il tourna d'abord la tête vers moi, puis pivota entièrement le corps et commença à courir dans ma direction. Je pris peur, je ne sais absolument pas comment réagir, je suis immobile, je fixe cet engin programmé uniquement pour tuer me foncer dessus, et j'attends voir ce qu'il se passe.
Soudain, une masse lumineuse le frappa si violemment qu'il en fut pulvérisé ! Problème : à cause de son élan, de l'angle et de la force du coup, un morceaux de sa ... "tête"... voltigeait toujours sur la même trajectoire. Je n'eu le temps de rien faire : aussitôt la frontière atteinte, la tête se changea instantanément en formidable source d'énergie électrique, qui immédiatement fut dirigée contre moi. Moins douloureuse que je ne le pensait, car j'étais totalement sonné, elle ne me brûla pas cependant les tissus, comme l'aurait fait un éclair normal. Ce qui m'étonna, car ces éclairs avait pourtant enflammé la chaume du fermier. Je fermai les yeux.
Je me sentit tomber. La chute me parue interminable. J'ai l'impression de traverser un champ magnétique répulsif, comme lorsqu'on approche des aimants par le même pôle, sauf que je suis l'aimant qui force le passage. Et puis, quelque chose de glacial me touche, m'agrippe entièrement le bras gauche. C'est froid, dur, gondolé... Métallique. Ça y est, c'est la fin, je me suis fait attrapé. La chose me tire vers elle.
Une minute, si c'est un robot, pourquoi n'a-t-il pas été désintégré? Je rouvre les yeux pour découvrir la vérité.
Un visage brun, le regard dur, me sourit pourtant et il me tira sur le premier "pallier". Il avait une carrure importante, une couleur de peau chocolat, les yeux noisettes, sourcils fin, et la boule à zéro. Mais ce qui retient mon attention, c'est son bras.
On aurait dit que des centaines de pièces d'étain en forme de "goutte" se mouvaient collées les unes aux autres sur toute une moitié de son corps, s'entrechoquant, mais paraissaient plus glisser que percuter. Je remarquai alors que je n'était ni plus aveuglé par la pluie que par les flashes. Les deux ayant cessé, je pouvait voir nettement les armes des humains qui semblaient toutes faites du même étrange alliage. Ils portaient tous des habits communs, sauf certains, en une sorte de tenue officielle blanche aux bords noirs, mais ils se comptaient sur les doigt de la main. Le type qui m'avait sauvé en portait une sur-mesure.

"_Je m'appelle Dustin Imwahlk, membre de l'unité d'élite. Ça va ? m'adressa-t-il, d'une voix un peu grave, assez jeune, à peine une vingtaine d'année.

_ Ça va, ça va.. J'avais répondu par reflex, mais j'étais encore sonné et tout engourdi.

_ Tant mieux, j'espère qu't'es en forme parce que là tu va devoir courir te mettre à l'abri, là-bas, à la porte. J'pourrais pas t'aider, je suis trop occupé ici. Bonne chance, et si possible, arrive à l'infirmerie en un seul morceaux !"

À peine eu-t-il achevé sa phase que le métal s'entassa sur son bras pour en tripler le volume, déchirer un petit robot volant en forme de disque, deux droïdes, et écraser une sorte d'araignée-machine.
Je restait planté là, à étudier l'agitation : Les Hommes qui tombaient sous les tirs des machines, les machines qui tombaient sous les coups des Hommes... Certains de ces derniers avaient d'ailleurs d'étranges capacités : on eut dit des ninjas pour certains, d'autres avaient l'air des airs de magicien : ils tranchaient l'acier d'un mouvement de main, faisaient flotter des lames dans l'air, il y'en a même un -qui portait le même type de combinaison que Dustin, donc sûrement un autre membre de "l'unité d'élite" - qui provoquait d'importante vibration de l'air, ou lançait des ondes de couleur mauves qui tenait au rose aussi tranchante que des lames.
C'est.. Ce n'est pas possible... C'est un rêve, non, un cauchemar ! Que.. comment .. pourquoi ? Un chaleur vive me sorti de mon tourment, m'indiquant par la même que tout ceci était bien réel. Je me tournait. Des flammes.
Un Titan machine , d'au moins deux mètres de haut pour trois de large, sur deux grosse pattes aux genoux inversés, crachait le feu par son bras droit que je ne voit pas du coup, par contre, son bras gauche était formé d'une grande lame surmontée d'un gros canon, destinés tous deux à faire de gros dégâts.
Je cours vers la grande porte en me demandant si ils allaient m'ouvrir. Je suis projeté sur le côté après un explosion sur ma gauche, précédée d'un espèce de "Zwon!..zvssSS.BONHM!" Il y avait un petit cratère à l'endroit qu'avait tiré le canon du titan que je vis fumer, lorsque je me suis retourné par curiosité et par crainte. De guerriers se jetèrent sur lui, la moitié furent flambé, un quart tranché, et tandis que les survivants s'acharnaient, il mitraillait, du même bras que le lance flamme, les renforts qui trébuchaient. Sous ses fusils automatiques, eux même sous le lance-flamme, il y avait deux missiles : il tira le premier, et un homme se rua sur la tête du deuxième pour faire exploser l'homme et la machine. L'autre missile fusait, et s'écrasa sur une colonne, formant une crevasse plus grosse que celle sur les marches.
Une horde de droïdes allait m'assiéger quand une salve de tirs laser les ralentit, stoppa, pour les faucher un à un. Je regardai en vers la source de ces tirs : Une femme, trop jeune pour la guerre je trouve, qui devait en avoir un peu moins que Dustin mais la vingtaine, au cheveux... Bleu nuit, au yeux et au long manteau de cuir de la même pigmentation. Je devinai de longue botte noire également.
Elle maniait habilement un duo de pistolet couleur... Argent fondu, mercure blanc... C'est étrange car elle a beau tirer sans jamais s'arrêter, les munitions, rose-violet, filaient toujours, mais le tir était moins nourris qu'avant. Elle bougeait et bondissait gracieusement aussi.
La porte. Je continue d'avancer. Je n'me laisse plus distraire. Il y avait une autre porte circulaire, plus petite, au centre du plan correspondant au sol de la grande. Un sas bleu turquoise flashie.
Sur ce dernier pallier, je cours, pressé d'en finir. Et puis, j'entends crier, "Attention ! par l'ouest !". Alors je tourne la tête, et je vois l'équivalent aérien du titan. Il commença par vider un chargeur complet de gatling sur les médecins et blessés qui évacuaient la zone, s'entassant dans le couloir sur lequel donnait le sas. Je pus l'entendre recharger d'ici. Je manquai de vomir en contemplant les corps vides de certains, et ceux qui agonisaient dans l'entrée, se faisant interner un par un par des infirmier qui venait de l'intérieur.
Alors, je vis quelque chose d'improbable se produire : la fille fait faire un tour sur eux même à ses pistolets, qui s'illuminent, et en les rapprochant, je voit les masses lumineuses se fondre l'une dans l'autre. Puis, elle étire cette matière, qui prend une nouvelle forme, et la couche de lumière émis un léger craquement, avant d'exploser pour laisser apparaître une sorte de gros fusil à pompe dans les mains de la filles. Le titan volant se rapprocha, et, quand il allait recommencer sa tuerie, elle tira. Une sorte de pulsation d'onde percuta le bras-aile du robot, qui fut comme brutalement détruit par une onde de choc ayant pour épicentre le point d'impacte de l'onde. Les pulsations succédèrent, mais de plus en plus faible, la jeune femme semblait se fatiguer : son pulsar finit par briller à nouveau pour se scinder en deux et redevenir ces pistolets. Elle se laissa tomber assise sur la dernière marche, le temps de reprendre son souffle, tandis que l'engin volant produit un crissement qui attira mon attention : un grand dard était sorti de la base en ogive de son corps, tout ce qui dépassait d'ailleurs ce périmètre se rétracta, sauf sa tête, et de petits booster le propulsèrent vers la fille.
Il accélérait, elle se ressaisit, et commença à le harceler de tirs. Elle avait du mal à viser, et ne faisait que lui égratigner le crâne. J'eus alors une réaction stupide. Mais alors là, vraiment la plus stupide de ma vie, puisqu'elle m'en coûtera la mort :
Je cours. Tout est au ralentit. Je me précipite entre la machine et elle. alors que le dard allait l'atteindre, je me jette sur sa cible lui plaque les épaules au sol, avant de sentir un poids me percuter violemment dans le dos, me plaquant contre elle.
Je voyait au ralentit, mais je pensait très vite.
"Imbécile ! Andouille ! Qu'est-ce que tu fous là ?! En plus, même si tu voulait la sauver, c'est raté : t'aurais dû t'en douter, avec la vitesse, si le dard te traversait, tu allait lui rentrer dedans aussi et elle serait plantée à son tour. T'aurais eu l'air malin va. T'aurais permis à ce truc de s'faire un double kill. Game Over, c'est mort. Enfin, t'es mort. Voir que, si je suis encore en train de penser, c'est qui se passe un truc. La fille bouge. Attends, elle s'extirpe, elle n'a pas été touchée ! bon, tant mieux alors..."
Je referme les yeux, je me sent aspiré vers le sol, je sombre dans le coma.
"Je pensais que la Mort était plus douloureuse que ça... C'est peut-être, ou surtout, parce que je n'arrive pas encore à le réaliser."
J'ai froid.


Dernière édition par Floowyd le Dim 8 Jan 2012 - 17:47, édité 3 fois (Raison : Fusion des Trois premiers mini-chapitres.)
avatar
Floowyd

Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans mon monde :D

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

PREUM'S!

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Jeu 27 Oct 2011 - 20:12

// De rien pour le halo et le cétacé (si vous comprenez pas pourquoi je dis ça, demandez moi sur la ChatBox ou voyez avec: Floowyd, Ara', DALOKA, ou... Personne...
Sinon... Bon, ça commence vite, on croirait lire une nouvelle... C'est un style, remarque...
Ensuite: "Un des éclairs toucha le toit de la vieille maison de Geoffroy" (l 25)
Voilà ce que c'est de faire des toits en chaume... Enfin, restons sérieux...
Au tout début, dans la Préface: "Dislike is forbidden"... Je me demande bien comment tu vas pouvoir Interdire aux autres de ne pas aimer ton... ta... ton histoire, voilà!
"Le soleil est en train de se coucher" (l 1)
"les grands nuages bas" (l 3)
"une colline dont je suis en train de descendre la pente est" (l 7-8 ) (on en déduit donc qu'il était en hauteur)
Maintenant, lisez ça: "fixant ce décor somptueux à m'en faire un torticolis" (l 5)
Faudra qu'il m'explique comment il fait...
Voilà, la critique avec votre écuyer préféré (Le seul que vous connaissez) est terminée!
Toujours un plaisir d'en embêter certains pour tenter s'amuser les autres

Artsenor, Ecuyer critiquant jusqu'à se trouver dans un état critique... //
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Cwitical hit

Message par Floowyd le Sam 29 Oct 2011 - 6:15

Merci pour ces critiques enrichissante ^^ Je tiens à préciser, et vous l'aurez remarqué, que ça y est, j'ai fini le Kapitel eins ! Very Happy
Je l'ai en effet fusionné aux mini-chapitre deux et trois (que j'ai fait cette nuit, pour ce dernier :p), pour vous offrir un beau pavay, d'quoi lire ! 8D
Sioux plait, vous découragez pas... J'vous promet que si je finit d'écrire l'histoire complète, je le met sur word, je mettrait des ligne et des numéro d'page, ainsi que de bons vieux alinéas (impossible sur le forum avec "/justtify"), et pour ceux qui voudront, j'enverrais le fichier, mais faudra m'acheter les copyrights si vous voulez le distribuer ! °n° Un vrai best-seller ! *S'BAFFE*
Non, sérieusement, merci pour votre soutiens et vos com'.
Ara' : Tu apparaîtras vers le début du milieu de l'histoire, comme promis.
Smoo' : Il y aura une Misty, mais je ne garantie pas qu'elle aura le même caractère. Elle arrive vers la fin du milieu de l'histoire.
Désolé les autres, je ne prend pas plus de candidatures pour le moment, c'est juste que j'avais besoin de nom de perso', et que pour l'instant, c'que j'ai f'ra l'affaire ^^".
Merci encore ! Critiquez moaaa !
avatar
Floowyd

Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans mon monde :D

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voyons la suite de ce chapitre 1

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Sam 29 Oct 2011 - 16:49

// Hahaha! C'est complètement irrationnel... Non, n'y vois rien de critique dans cette phrase, mais personnellement, si ça m'arrivait, tout ça... Non, ça m'arriverait pas de toute façon...
Bon, je passe en mode critique:

Erreur nº1: Incohérence temporelle (L'erreur que je fais le plus fréquemment dans mes rédactions)
En effet, tu en a pas mal: Par exemple, "Un visage brun, le regard dur, me sourit pourtant et me tira..." (Je ne mets plus les lignes, il y en a beaucoup trop)
Tu emploies le passé simple pour une action qui se déroule après une que tu décris au présent. Ç'aurait pu passer si tu ne les avais pas mis dans la même phrase, et si tu avais placé "Soudain" ou "Tout à coup" devant la phrase contenant un verbe au présent.
Cherche bien, tu l'as faite plein de fois, cette erreur

Erreur nº2 (Attention ça va vite): L'histoire se déroule trop vite. Dans une nouvelle, ça passerait, mais ici... Non
À la limite, si ton chapitre raconte l'histoire complète, la fin pouvant être la chute, ton histoire peut devenir une nouvelle.
Sinon, tu pouvais allonger un peu les descriptions pour essayer un peu de cacher la vitesse de cette histoire...

Erreur nº3: "C'est... Ce n'est pas possible... C'est un rêve, non, un cauchemar"
Un peu tard pour faire cette supposition. C'est qu'un détail au fond, mais j'essaie de remplir ma critique...
N'empêche que tu aurais mieux fait d'amener cette phrase un peu plus tôt (Et non pas plus tard comme j'ai manqué de l'écrire)

Pour les erreurs, c'est tout...
Je vais maintenant te faire un compliment (ou plutôt t'expliquer l'erreur que j'ai cherché pendant un moment et que je n'ai pas trouvé parce que tu ne l'avais pas faite). En fait, j'espérais tomber sur une erreur à propos du point de vue narratif, mais non, nada, niet, que dalle...

Sinon
Ton orthographe, bon sang... Les fautes ne sont pas énormes, mais nombreuses...

Bon, c'est fini... Je n'aime pas vraiment ta fiction, mais je vais continuer à lire, rien que pour le fun de critiquer (Je suis comme ça)

Voilà, je pense que j'ai tout dit (J'évite de faire une critique trop longue)
Cordialement,
Artsenor, Ecuyer de l'Eclipse qui a la flemme de faire dans l'originalité pour sa signature //
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Constructivité ! 8D

Message par Floowyd le Sam 29 Oct 2011 - 18:02

D'abord, Bravo cette critique, tu as le talent de toujours les faire constructives ! ensuite, Merci pour cette critique, constructive, donc qui me permet de me corriger. Ensuite..
Les erreurs de temps : J'ai voulu essayer d'alterner passé simple, imparfait et présent car sans le présent je trouvait ça trop classique et répétitif, résultat, t'as pus le constater, je mélange tout ><

Ensuite, les fautes d'orthographes : Comme j'ai mon vérificateur d'orthographe activé, je pense que ce sont essentiellement des fautes d'accords sujet/verbes, genre et nombres, et cetera... Ou alors dues à l'expression du personnage.... Mais j'ai pas de mots soulignés en rouges à part les noms/prénom, sinon c'est que j'ai pas fais gaffe o.o(je reviens d'ailleurs d'une sieste car ça fait deux nuit que je ne dort pas...)

Enfin, la vitesse du déroulement : J'en suis moi même conscient quand j'écrit : j'ai l'impression de passer à côté de quelque chose, je le sent bien qu'je ne nourri pas assez mes description, et j'ai vraiment du mal à étoffer... Je pense que je ressent le besoin d'aller vite dans les partie qui m'intéressent... Les grande phases de l'histoire, celle que j'ai "vues" en plus détaillé. Là alors je pourrais faire de grande description à vous embrouiller... Mais justement, j'essaie aussi d'être clair... Je suis contre mon grès impatient d'arriver à la fin...

Merci encore pour te commentaire, et je sais pas quoi répondre au fait que la plupart des gents m'ont dit qu'ils accrochaient pas trop mais qu'ils allaient continuer de lire pour voir... Peut-être leur conseillerais-je d'attendre que "l'histoire commence vraiment" ?
J'veux pas faire du spoil ni de la pub, mais y'aura d'la baston. Beaucoup même, puisque c'est une guerre entre l'homme et la machine.. (Qui a parlé de Terminator? Manquerais plus que des Terminatours. ça me fait rire parce que mon correcteur connais Terminator mais pas terminatours.. Ils lui ont intégré une culture cinématographique?).
Spoiler:
Le problème, c'est que ya toute la grande partie où je doit décrire ce nouveau monde -O- Puis une partie où il reçoit son arme, et qu'il s'entraîne durement.. les premier combat... une ou deux intrigue... découverte de capacité spéciale.. Nouvelle formation... Découvertes de secrets... new capacity, il doit réapprendre ce qu'il sait..

Merci encore de ces remarques utiles !
avatar
Floowyd

Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans mon monde :D

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Floowyd contre son grès... Le grès, c'est une roche...

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Mar 1 Nov 2011 - 18:10

// ...
J'hallucine, je crois que c'est la première fois qu'une de mes (rares je l'avoue) critiques est appréciée...
Je fais ça surtout pour rire, en fait (si je peux t'apprendre deux-trois trucs au passage...)
Bref... Tu vas devenir mon pote, toi...

Artsenor, Ecuyer content (pour une fois)


Dernière édition par Artsenor le Mer 2 Nov 2011 - 19:15, édité 1 fois (Raison : Faute d'orthographe TT)
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Haïcor (Autorisé par Vample pour l'utilisation du mot)

Message par Nelfhithion Aesiryon le Dim 6 Nov 2011 - 7:27

Moi ce qui me bluffe, c'est ta survie Art', ça doit être un gros coup de pot.

Je ne critiquerais pas l'histoire parce que bon, l'autre l'a déja fait. Mais oui, l'orthographe ^^"

Et bon, moi j'adore les récits de bataille donc niveau fan-fic je ne critique que dans ce domaine.
avatar
Nelfhithion Aesiryon
Berserker

Messages : 397
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 22
Localisation : Tu vois cette maison la bas? Pas moi...

Feuille de personnage
Nom des personnages: Nelfhithion, Danilian, Vigaj, Algorath, Valéra, Haddéus Dren, Seth.

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/  (Niahahah)

Revenir en haut Aller en bas

Kapitel Zwei

Message par Floowyd le Dim 27 Nov 2011 - 18:51

[HRP] Alors oui, je suis en retard. (un peu beaucoup..). Et oui aussi, pas la peine de vérifier, j'ai rien corriger !!!pour l'instant!!! du chapitre un. Donc Ronan s’appuie sur un rocher de grès standard avec une main standard..
Faut dire qu'étant chez moi juste le week-end, j'ai tout plein de chose à faire.. là je regarde ma montre, j'me dit qu'j'aurais peut être du m'activer plus tôt sur ce post.... Et puis j'ai aucune excuse en fait, bouh le vilain ... Bref, Bonne Lecture ! [/hrp]




Chapitre deux : Bacon, Oeufs, Pain


Lentement, je prends conscience que je suis encore en vie. Ce qui me l'indique, c'est en premier lieu cette douleur lancinante qui traverse mon corps entier. Aussi, j'ai beau avoir les yeux fermés, je perçois une forte luminosité. Une salle d'hôpital ? Je ne pense pas : j'entends un puissant grésillement, et surtout, mon odorat ne me trompera pas : une odeur d'oeuf et de viande ! Ça m'étonnerais qu'ils mettent des lits à proximité de cuisines dans un centre de rétablissement.. J'hume l'air, et confirme. Je fais le rapprochement entre la viande et le grésillement : Quelqu'un est en train de faire cuir de la viande ! En prenant en compte l'odeur d'oeuf, je suppose que ce doit être de la viande de grison ou du bacon.. Je commence à saliver. J'ouvre progressivement les yeux, et les referme presque aussitôt : espace trop lumineux. Je recommence, et cette fois, je découvre que je suis dans une chambre, plus précisément dans un lit. Le matelas semble posé directement sur un bloc de bois, adossé au mur. Il y a un traversin, deux oreillers de taille moyenne et un troisième, plus grand, au milieux, sur lequel je suis moi-même adossé. La couverture est très épaisse, et sa housse, tout comme le drap et les housses des coussins, est blanche. Elle tient très chaud... Le matelas est confortable. Je regarde ce qui m'entoure : la pièce doit faire trois mètres sur quatre, le lit deux de longueur et autant de large, et le matelas est à peine à 40 centimètres au dessus du sol. Les murs sont blanc immaculé : tout ce blanc explique la luminosité intense. Sur le mur d'en face, un énorme téléviseur ultra plat, dont le noir laqué contraste avec le mur. En dessous, une étagère basse en ébène occupe toute la largeur. Elle contient de multiple CDs, DVDs, jeux vidéo, une console, des télécommandes, et d'autre appareils électroniques. Dans les arrêtes latérales du mur, deux enceintes du même noir et aussi grandes que l'écran sont fixées.
Sur le mur de gauche, une fenêtre allant d'un bout à l'autre du mur, donnant sur un ciel bleu dégagé, éclaire la pièce. Dans les arrêtes latérales du mur derrière moi, il y a deux enceintes plus petites fixées. Le dernier mur, lui, ne possède qu'une ouverture vers un couloir à ma droite d'où viennent les bruits et les odeurs de cuisine.
Je me retire douloureusement de la couette, m'assois sur le bord du lit, orienté vers le corridor, et constate que je suis torse-nu. Plusieurs bandelettes m'enserrent la taille, l'abdomen et l'épaule. Je m'engage dans le couloir, avance prudemment. Celui-ci est plus sombre car les seules sources de lumières sont les extrémités, assez proches, sinon il est aussi recouvert de papier blanc. Il est étroit et ne laisse passer qu'une personne. A ma gauche, une porte, menant très certainement à la salle de bain. Tout au bout, il bifurque sur la gauche, vers ce qui semble être l'entrée, puisqu'il y a un porte-manteau encombrant. Si je continue tout droit, c'est ce que je fait, il me mène dans une pièce plus petite, deux mètres sur trois je dirais, qui a tout lieu d'être la cuisine est également la salle à manger. Les odeurs et les bruits y sont plus forts. Sur le mur de droite, une fenêtre de plus ou moins un mètre sur un mètre 20 fournie un éclairage suffisant, même si la pièce reste plutôt sombre malgré qu'elle aussi soit entièrement blanche. Sol en carrelage, murs et placards peints en blanc, seul l'évier en acier inoxydable est gris métal. Les étagères et tables de travail courent le long du mur d'en face et celui de gauche, le quatrième reste nu, et tient compte du fait que je ne le vois pas vraiment. Au centre de la petite cuisine, une table tout aussi petite, ronde. Le plateau est en marbre, son pied unique et centralisé est composé d'une épaisse bar de métal noire sculptée, terminée en trompe. Deux chaises se font face à face, identiques. Assise ronde recouverte de tissu tendu et sûrement rembourrée, cerclé de métal noir, dossier et pieds composé d'une arabesque de fin tuyaux du même métal. On aurait dit que l'ensemble avait été subtilisé à un café-terrasse. Sympathique.

"_ Ben dis donc, enfin réveillé ! Bien dormi ? Vas-y, assieds-toi et mange, je prépare la fournée suivante."

Voix de femme, amicale, un un peu grave, mais douce, comme les sons d'une guitare-basse. Une femme en chemise de nuit et pantalon de soie jaunâtre. Son chemisier était serré mais entrouvert, laissant deviner ses formes rondes mais pas très développées. Son bas paraissait trop petit pour elle, car il s'arrêtait au dessus de ses chevilles. Je lui obéis, tire la chaise dos à la fenêtre, et m’assoie face à mon assiette. Quelque chose me trouble, je me racle la gorge :

"_ Comment tu savais qu'j'allais me lever ? T'as mis le couvert pour deux et préparé le repas en conséquence.

"_ Parce que je suis géniale", qu'elle me répond le plus sérieusement du monde. Je lui jette un regard qui dit ouais, c'est ça, fiche toi de moi , et en profite pour admirer ses yeux bleu-nuit, aux reflets plus clairs. Je remarque également que ses cheveux sont couleur jais, mais leurs reflets étaient des mêmes pigments que ses yeux. Constatant mon air incrédule, elle se reprend :

"_ Bon, en fait, le soir de la bataille, tu as été conduit aux urgences derrière le portail. Je t'ai fait passer la file des blessés graves, on t'a soigné le jour même, je t'ai amené ici chez moi, tu dormais depuis trois jours, et chaque jour, à chaque repas, je faisais à manger pour deux, au cas où...

_ Mais ... T'avais qu'ça à faire ? J'veux dire, tu étais en plein dans une bataille contre les androïdes de la C.S.I., alors qu'tu ressembles à une étudiante... Tu vis seule ? Comment tu te payes l'appart'? Tu fais des petits boulots, un truc comme ça ?

_ La Confédération des Systèmes Indépendants?

_ Tu connais bien Star Wars ?

_ Je suis une adepte du "monde du dessous", ton monde, comme on l'appelle ici", qu'elle me répond en me faisant un clin d’œil.
J'ai la nausée. Je rigole nerveusement d'incrédulité lorsqu'elle sous-entend l'existence plusieurs mondes. Elle constate ma réaction et me lance, en enfournant une fourchette de bacon et d’œuf :

"_ Tu ne me crois pas et tu me prends pour une folle, c'est ça, hein ? Et ben si, t'as quitté ton monde.
_ Ben, j'voudrais bien avoir une preuve de c'que t'avances ...
_ Alors, regarde un peu ta "cicatrice". La médecine de ton monde est bien incapable de donner ce genre de résultat en trois jours", elle réplique.

Je tire et défais mes bandages, les pose sur le dossier de la chaise, me lève, et touche mon abdomen en le regardant : Seul un léger trait clair barrait ma peau.

"_ Je ... Je suis sûr que c'est tout à fait faisable dans "mon monde", je lui rétorque, peu sûr de moi.
_ En trois jours, vraiment ? Eh bien, si ça ne suffit pas, jettes donc un oeil par la fenêtre", elle sourit, elle parait beaucoup plus sûr d'elle, elle.
Alors je m'exécute. Puis je me tourne vers elle, pâle, des yeux de merlan fris. Je suis obligé de la croire à cause de cette preuve ... Irréfutable : si la lumière est si éblouissante, c'est parce-que les nuages ne sont pas au-dessus, mais assez loin en dessous et reflètent la lumière d'un soleil qui ne rencontre aucun obstacle... Aucun mise à part les innombrables infrastructures étranges, blanches, nous entourant. Chaque construction a l'air de suivre son propre schéma, même si je remarque certains "modèles", comme de longs couloirs, ou plutôt tubes, reliant les différents bâtiments importants et massifs, ceux-ci n'ont d'ailleurs aucune forme particulière. Il y a également de grandes bâtissent rectangulaires, sorte d'immeubles où la populace s'entasse. Et puis il y a cette foultitude d'appareils volants, tous uniques. Maisils ont quand même des points communs : des espèces de voiles, horizontales, comme des ailes, composées d'une étrange matière azure translucide, qui semblent alimenter ces engins, tous mêlés de blancs, de gris clair et de noir profond.
"_ Ok ok, j'admet que c'est pas commun tout ça, je lui concède.
_ Forcemment, puisque c'est pas ton monde
_ Et où est-ce que j'suis alors?
_ Bienvenue aux dix milles blocs Est des quartiers de , à .(Noms à définir plus tard, j'doit y aller ..)
[hrp] hum.. je doit y aller, je reprendrais plus tard, désolé. [/hrp]


Dernière édition par Floowyd le Dim 8 Jan 2012 - 18:30, édité 3 fois
avatar
Floowyd

Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans mon monde :D

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Reprends plus tard si tu veux, moi, je critique

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Mer 30 Nov 2011 - 7:28

// Enfin un moment de libre pour répondre, 20 minutes pour écrire ma critique, ça devrait aller je pense... //

Alors, pour commencer, je me pose une question: -Est-ce intentionnel d'avoir écrit le deuxième chapitre au présent alors que le premier est au passé?
-Si oui, c'est que le "temps zéro" de l'histoire est à ce moment-là, et donc que le personnage se trouve là où il est dans le second chapitre, et qu'il raconte le premier chapitre, ce qui peut être un style.
-Si non... Bah, tu me corrige tout ça, allez hop!

Ensuite, je vois que les fautes d'orthographe sont moins fréquentes, et que les descriptions sont plus longues (Bah voilà, quasiment un chapitre pour décrire l'intérieur d'un bâtiment)

Je conclus avec une petite remarque: Fais attention, rien que le mot "parisien", puisqu'il s'agit d'un point de vue interne écrit à la première personne, laisse entendre que ton personnage se trouve dans notre monde (Si c'est le cas, oublie cette remarque)

Et puis voilà, plus grand-chose à dire
Les incohérences temporelles ont définitivement disparu (Facile dans un texte entièrement au présent, tu me diras)

Bon... Et bien c'est la fin de cette critique, quelques difficultés à trouver un moment pour y répondre, mais là c'est bon.

Bonne continuation
À quand la suite?
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Exactement !

Message par Floowyd le Sam 3 Déc 2011 - 16:10

Et bien tu viens de me rappeler ce que je voulais faire au début ! xD Je me souvenais plus la particularité que je voulais donner au chapitre un, bah c'tait ça : j'voulais qu'il dise un truc du genre qu'il s'était fourré dans un truc pas possible, et qu'il racontais c'qui s'était passé. Et pour l'histoire du café parisien, je vais changer, par ce que c'tait une comparaison placée là comme ça, mais actuellement quand il le dit, il est plus dans notre monde (En parlant de café... Vous n'avez jamais entendu parler des meurtres à la blague de merde? Et bien.. C'est un type qui rentre dans un café, et "plouf!"..).
.. Merci de des critiques toujours utiles Artsenor !

Ps : Les modifications temporelle, l'ajout de la particularité du chapitre un se feront lors de la correction de ce dernier, c'est à dire après rédaction du second... Après correction du premier, je ferais celle du second, puis je rédigerais le trois'... Ah et j'aurais besoin d'une aide extérieure pour déceler les fautes, je te propose Artsenor si tu le veux et que tu en as le temps, de m'envoyer un mp avec les fautes en question, les lignes si tu y tiens, mais sinon au moins dans l'ordre d'apparition. Le grès/gré m'a marqué en tout cas xD

Ps2 : J'ai tendance à écrire "c'tait" au lieu de "c'était", ou "pisque" au lieu de "puisque", pasque/par-ce que, ect.. merci de me le faire remarquer si j'en ai mis dans la partie histoire !

Ps3 <- J'l'aurais à nowel ! 8D *sbaffe*
avatar
Floowyd

Messages : 12
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 21
Localisation : Dans mon monde :D

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Haïcor (Autorisé par Vample pour l'utilisation du mot)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum