La Troisième Ere

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Troisième Ere

Message par Jack Van Flyff le Dim 25 Nov - 0:23

« Le monde, celui des douzes, ou celui des treizes. Eliatrope est-elle en vie, ou Ogrest l’aurait détruite, elle la fleur de Wakfu sacrée ? C’étaient des questions qui taraudaient aux débuts des découvertes des restes de leur existence, des bribes d’histoires, de la technologie. Les steamers de leur côté semblaient peu de choses, mais la fier Nation de Sufokia ne pipait mots à ce sujet. Mais notre Nation, elle savait quoi en penser,grâce à L’Homme.

Rapport du 2o Novamaire 14oo, Jack Van Flyff, pour la Nation, pour Brâkmar, pour L’Homme. »


Le sacrieur déposa sa plume dans l’encrier, pensif, ses doigts souplement enlacés entre eux. La populace se pliait peu à peu à cet être ingénieux, à cet Homme. La propagande prenait bon train, simpliste et guerrière, parfois plus économique mais mettant en avant cet être, cet être qui changera le monde. Il plia doucement la lettre, et la glissa dans l’enveloppe, la scellant d’un cachet de cire rouge, au symbole d’un corbac. Il se leva doucement prenant appui sur son bureau pour reculer sa chaise, et attrapa avec une délicatesse presque exagérée, son képi souple et anguleux au style presque sado-masochiste. Si ce n’était pas le noir de son manteau, le cuir ténébreux de ses gants, ou encore ces disques de verres ombrageux qui recouvraient un regard sans vie, l’on ne comprendrait pas pourquoi cet homme à la peau pâle était si charismatique ; dans la peur. Il se dirigea vers la fenêtre, la lettre en main, d’une démarche plus qu’assurée. Il tendit le bras dehors, la lettre pendant dans le vide, alors qu’un corbac l’attrapait dans son bec, laissant derrière lui, une simple volée de plume aussi noire que son âme. Restant un instant immobile, comme par lassitude, son corps reprenant mouvement avec un calme presque malsain. Il respirait la haine, la colère, le sang, et le vice. Son regard sur le monde était plus peiné que les nuits sans lunes de L’Hiver, et plus froid même que le cœur de Brumaire. Il s’accouda au rebord de la fenêtre.

Au Nord, Bonta la Blanche, l’Héroïque. Ses soldats de plombs sans courage, gardaient ses murs de la pâleur d’un cul de catin. Cette cité aux principes pompeux et à l’éthique médiévale, était à l’image de son peuple, abusé par les Dieux et par La Mission que c’étaient instaurés, une suite de Gouverneurs, plus ou moins idéalistes, qui pensaient que la Cité de Jiva était là dans le but de protéger le monde de tout maux. Ayant perdu de loin le travail de leurs ancêtres qui consistait à mettre la vie dur à Brakmâr. Mais depuis peu, ils recommençaient à fouiller à nouveau dans les affaires des Brakmâriens. Un peu trop au goût du sacrieur, qui devait souvent les ramener aux ruines d’Incarnam pour leur faire perdre le fil.

Ah oui, Incarnam ; avant de regarder Sufokia, il fallait passer par ce qui était auparavant Amakna et ses vastes prairies emplies de Tofu poursuivis par des aventuriers. Désormais, alors que le dérèglement de l’univers, ou plus généralement, l’augmentation du taux Stasis au millimètre kamacube, était plus qu’avancé, Incarnam commença une chute brutale de son plan céleste, jusque dans le plan matériel. Amakna fut détruite en grande partie, ne laissant derrière elle qu’un peuple désœuvré qui c’est barbarisé. Amakna était le siège de la racaille, et de la fange du monde des Douzes. Par-là, le sacrieur voulait dire qu’il y’avait le plus gros bordel de toute l’ère de Wakfu. Son riche patron revendait les informations à bas prix, et se mettait facilement dans des affaires bien mauvaises, bonne connaissance du sacrieur donc.

Enfin Sufokia, la puissance coloniale, l’industrie en développement, l’économie fleurissante dans un style steampunk fort chic. Malgré que le plus grand marché, soit celui qu’exerçaient les grands en secrets, celui de la poudre de Stasili, connue pour ses propriétés hallucinogènes, les rues industrialisées aux couleurs urbaines et bronzes, étaient tellement brutes, que la crasse dans laquelle marchaient les riches Steamers, était comme inexistante, jusqu’à ce que l’on bute sur les restes d’un ouvrier, d’un Steamer récalcitrant. Tout le périphérique de la ville Sufokienne était plus pauvre qu’un village ravagé par la famine. Les corbeaux sautillaient dans les rues, contrastant avec le riche centre-ville, aux couleurs or et blanches, avec la teinte violette de la Stasis par de nombreux endroits. On surnommait cette ville grosso-modo, La Ville Du Futur, une ville que l’officier Brakmârien, n’avait eut que très peu la chance de visiter. Portuaire, possédant la quasi-totalité des îles, c’était une puissance qui c’était développé grâce à la vente du Stasili, ou de sa poudre, également principale combustible de l’époque, dans l’armement principalement. On connaissait aussi Sufokia pour sa force d’espionnage et de travail dans l’information, mais pour le sacrieur, rien ne valait un petit tour à Amakna.
Il détourna le regard de ce monde, regardant à nouveau vers la table dont il venait de se séparer il y’avait à peine quelques instants. Il émit un soupir, l’ennui le gagnait déjà. Le plus dur était encore à venir et il semblait pourtant ne pas apprécier cela. Ses raisons étaient bien plus personnelles, de se joindre au conflit, de rétablir l’équilibre, de sauver le monde par ce qui se profilait au loin. Il était l’un des rares personnages dans le secret des enlèvements éliatropes. Il était le commandant de la troupe d’Elite de la Cité Rouge. Lui Jack Van Flyff, grand chef du P/C, dit, les Purifying Corbacs. Tuer, détruire, enlever, torturer, extraire les informations, les falsifier, et combattre les éliatropes étaient leurs principales tâches. Ils étaient éduqués dans le secret, entraînés dans un même secret. Leur savoir était diabolique, l’art de la guerre n’avait pas d’autres cadeaux pour eux que le sang et la gloire.

A nouveau, il prit son temps, tirant de sa poche une montre à gousset. Il l’ouvrit calmement, très calmement. Cette lenteur rendait malade ceux qu’il interrogeait souvent, mais là elle était toute autre. Au fond de son regard froid perça une lueur de rage impuissante, et l’image de cette femme dans sa montre, était sa simple raison d’être désormais, d’être présent.

Brâkmar n’était pas la plus reposante, de toutes façons, ses ruelles sombres et boueuses, ses allées marquées du pas des patrouilles, et ses rues bondées d’affiches de propagandes. Rien de bien anormal pour une cité sous dictature. Parfois quelques morts, quelques bagarres, mais la ville soufflait d’un début d’industrialisation minière, dut a la plus grosse production d’acier du monde des Douzes. Devenue une véritable forteresse-navire, l’île de Feu tirait son énergie d’un noyau de Stasis de grande taille trouvé jadis.

Il avait changé de salle, et était sous la douche. Le lendemain allait rassembler d’importants personnages. Le lendemain déciderait de l’avenir de L’Homme, et du monde.

________________________________________________________________________________________________
Bien, je posterais ici le règlement etc etc... Choisissez votre nation faites une fiche etc...plus y'a de personnes plus ça sera marrant! L'intrigue se construira petit a petit...Et certains seront informés de choses que seuls eux pourront savoir!!! Et ne devront pas divulguer (ou créez vous mêmes ces choses et je verrais si ça tiens!Very Happy), pour que l'intrigue, l'univers lié a cette idée s'étoffe. Il y'aura bien sur des règles par armées... très simples! Que voici.

Les différences entre les cités, différences notoire:
Brakmâr:
-Armée spéciale: surentraînée, au style SS, bourrés d'implants, capacités de régénerations, maître du chantage et de la torture. Violent et sadique, mais aussi froid que l'acier de leurs armes. Peu nombreux.
-Armée banale: bah des combattants quoi.
-Espions/assassins: particulièrement des femmes prêtes a tout pour L'Homme et ses idéaux.
-Scientifiques/chercheurs: Dangereuses recherches sur être vivant, interdites dans les autres citées par décrets, car barbares.
Bonta:
-Armée Elitiste: Se trouve entre l'armée spéciale brakmarienne et l'armée banale de la même nation. Groupe d'hommes en armures, artilleurs, dont la résistance et la force n'est pas négligeable.
-Espions: Une véritable organisation bien structurée qui possède des pions un peu partout mais particulièrement a Sufokia, cité pour eux, du mal, qui les concurrence dans la propagation de leurs idéaux, et de leur extension, les informations et les micro-conflit sur certains îlots sont nombreux.
-Chercheur/Technologiste: Comme le nom l'indique.
Sufokia:
-Armée Robotique: Armée de robots steamers de première importance, la plus puissante, et qui possède l'artillerie la plus lourde.
-Espion: Ce qui reste des humanoïdes sont dressé a l'espionnage et au camouflage, regroupant une unité d'assassins d'élite, mais également des extracteurs/trices d'informations compétent ils sont redoutés pour leurs technique de tortures.
-Machinistes: Ceux qui programment les Steamers voir l'armement Steamer etc...


Rien de plus a dire, vous pouvez créer tout ce que vous voulez politiciens, colonisateur, anti-colonisateur etc....Les soldats sont ceux qui nécessitent tout de même certains règles. Vu comme ça les plus intéressants sont ceux qui viennent de Brakmâr, mais il y'a ceux qui gèrent les camps d'extraction(Où on exploite les éliatropes) qui peuvent être intéressants a jouer. Choisissez! Very Happy


Dernière édition par Jack Van Flyff le Mar 5 Mar - 19:44, édité 1 fois (Raison : (UNE faute °3° mince.))
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par Gemstone le Dim 25 Nov - 16:46

Gemmël relit une dernière fois les tracts :
- La colonisation est la honte de notre patrie ! Sufokia est une terre de progrès technologiques, mais les progrès humains ne suivent pas. Nous dépouillons avidement les colonisés de leurs ressources et de leurs droits. Opposez-vous au point noir de notre patrie !
Il en avait imprimé des centaines dans une imprimerie cachée dans d'anciens souterrains, sous une grande métropole sufokienne. Chaque décoloniaste devait en distribuer deux cent, mais sans se faire prendre. Les autorités punissent à présent ce genre d'acte de la peine maximale. Mais le risque était inévitable; il fallait d'un moyen ou d'un autre contre-carrer la fervante propagande colonialiste.
Gemmël lui était le leader local des déco's. Il faut dire qu'il est dans le milieu secret depuis plus de quinze ans, après avoir fait de la prison pour avoir tenté de politiser de manière conventionnelle le sujet. Il avait la quarentaine, et est patriote. Il a fait son service militaire avec zèle dans sa jeunesse, et sait donc quelque peu manier une arme. Il est basiquement un féca, mais ne porte que peu de foi en la magie. Sa sillouette générale est de taille moyenne, avec une carrure effilée. Son visage est maussade, mal-rasé, avec une cicatrice sous l'oeil droit. Ses cheveux, bruns et épais, sont coiffés vers l'arrière. Il porte une longue veste brune sombre aux bordures bleues. Dans les deux poches intérieures, un revolver à 6 coups et un porte-monnaie. Cette veste possède un capuchon, qu'il utilise fréquament pour ne pas se faire reconnaitre. Etre recherché a ses inconvénients... Il porte en outre un épais pantalon noir et des chaussures de travail usées.
Alors que les autres distriburaient les tracts, Gem' avait lui des négociations avec des espions brakmâriens à faire. Arrivé au lieu de rendez-vous, une ruelle étroite en bordure d'un quartier ouvrier, il attendit.


//Note : J'ai perdu l'habitude d'écrire, désolé... --'//
avatar
Gemstone
Admin

Messages : 1276
Date d'inscription : 07/10/2010
Age : 22
Localisation : Digital world.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Therius, Bauldeury, Gemstone

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Jack Van Flyff

Message par Jack Van Flyff le Dim 25 Nov - 17:44

Dans son grand manteau de ténèbres, l'homme s'avançait calmement dans la ruelle sombre, les anciens restes de la ville donnait encore accès a de vieux zaap, cachés aux regards de tous. Pratiques pour les parties contre le pouvoir en place. Malgré tout, il détestait ces vieilles ruelles qui puaient la mort, pire encore, que celles de Brakmâr en Eté, alors que le soleil réchauffait et putréfiait encore plus facilement les restes morts ou du moins, permettait a ceux ci de se décomposer bien plus vite. Il n'en était pas moins qu'il y était, et que l'entrevue avec le militant du partie était de la plus importante. Il se demandait qu'elle en serait l'issue, et surtout le prix. Les informations qu'il possédait étaient disait il, au propos de son gouvernement, des plus "embêtantes". Ce qui était intéressant pour ce qui se passerait dans peu de temps, réellement. En espérant que tout irait bien, oui toujours en espérant que tout irait bien. Il ne cessait de s'approcher de la fameuse place de rendez vous, dans le plus grand silence qui soit.

Au bout de quelques minutes, il atteignit le fameux homme. Il le salua froidement, essayant de l'impressionner de par sa taille, sa tenue, et son aura. Et lança directement le sujet.

-Quel est ton prix?Il sera le mien...
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Oreb sort de l'ombre.

Message par Nelfhithion Aesiryon le Mer 28 Nov - 19:14

Bâtard! Puant! Sors d'ici espèce de fumier!
Deux coups secs tonnèrent et un son plus lourd se fit entendre. Des pas s'approchaient de la voix maintenant éteinte, stoppée par ce qui semblait être une arme à tension, une arbalète surement.
A la porte de ce qui semblait être une auberge, un grand homme se tenait droit, en train de mâcher ce qui semblait être un cure-dent. Un sacrieur d'une quarantaine d'années, mal rasé, mal coiffé, vêtu d'un grand manteau grisâtre parsemé de taches de sang sur lequel étaient cousus quelques galons qui faisaient de lui un homme plus important que les gueux qui peuplaient la salle. Son manteau était complètement ouvert et laissait paraître une tunique noire ainsi qu'un fourreau.
Dans ses mains, l'arme qui en provenait, une arbalète qu'il nommait "A tension", car elle fonctionnait sur un système qui propulsait la flèche par la tension de la corde qui était alimentée par des ligaments transmettant une énergie diluée, une forme de stasis peu puissante mais qui suffisait à accélérer la vitesse de son projectile. L'arme fumait, pointant un homme cloué au mur, un carreau dans chaque bras.

Officier Oreb, je suis déçu que personne ne m’aie reconnu ici. Il me semblait pourtant bon de savoir quelles sont les personnes dangereuses dans la ville, avant de s'adonner a des pratiques illégales.
Amusé, il cracha l'aiguille par terre et demanda à deux gardes de saisir le perturbateur.
Illégal... Vous savez bien que vous vous faites du mal avec votre marché noir...
Sur ces mots, un groupe de quelques uns de ses sbires entrèrent, armes à la main, et attrapèrent tout le monde. Ils les entrainèrent vers la sortie.
Oreb stoppa ses deux gardes et leurs demanda de laisser le patron seul à seul.

Messieurs, allez veiller sur les autres... non toi, fait attention à ce qu'il ne sortes pas tout seul.
L'homme acquiesça et sortit avec les autres, le tavernier recula a bonne distance, seul face à un psychopathe.
Car c'est ce qu'il était, il avait raté un implant au niveau de la nuque, ce qui affaiblit le cervelet et accentua sa cruauté. Le seul implant restant était au niveau de son bras droit, qui permettait de faire des réserves pour son arme.


L'officier sortit un coutelas et le planta dans une table.
Faites comme chez vous... asseyez vous...
Faites de même, après tout, vous êtes chez vous.
Les deux s'assirent à la table. Tout amusé, Oreb lança la conversation, savant très bien que son interlocuteur n'ouvrirais pas la bouche.
Qu'est ce que ça fait d'abuser de la bonté des autres?
L'homme ne broncha pas, il ne savait quoi répondre. Il vit que le gradé insistait et se contenta d'un simple: "Je n'ai rien fait."
Rien fait? Vous escroquez des gens en leur vendant des biens appartenant à l'état.
Je préfère que le peuple mange, pas l'état.
Oh... il mange le peuple, vous savez? C'est pas le problème. Le problème c'est que les ivrognes que tu reçois... Je peux te tutoyer j'espère?
Le patron acquiesça.
Parfait, je disais donc, les ivrognes que tu reçois, si ils travaillaient, ils auraient de quoi manger. Tu vois? Mais les feignants ne sont jamais récompensés, retiens le.
Encore une fois, l'aubergiste dut acquiescer. Il n'était pas très causant, ce que Oreb n'aimait pas. Ce dernier plaça son arme sous la gorge de sa proie et le regarda avec son petit sourire permanent.
Je peux savoir une dernière chose?
Faites mon cher!
Qui?
Un certain Theos Bellu
Le salaud...
Ne vous inquiétez pas, à l'heure qu'il est, il doit surement s'en mordre les doigts... Il est au P/C.

Vous l'avez envoyé là bas?
D'un air dépité l'officier lui dit: Si ça ne tenait que de moi, il serait déjà mort, mais il a l'air interéss...
Un coup sec retentit, un bruit sourd se fit entendre. Le patron trainait sur le sol, un carreau dans la tête.
Oh Merde! Il faut toujours que j'appuie au mauvais moment!

Reprenant ses esprits et calmant ses ardeurs, le gradé ôta les carreaux de sa proie et sortit. Il ordonna a deux de ses hommes de déclencher un feu accidentel pour effacer la visite et se retira, menant les prisonniers aux bureaux secondaires du P/C. Il n'aimait pas trop ces gens, et c'était réciproque. La seule chose qui les avaient empêchés de s'entretuer était son efficacité dans son job. Mais il était méprisé pour sa notion différente a propos de l'hygiène, ne décidant de changer de manteau que si le gris disparait entièrement.
avatar
Nelfhithion Aesiryon
Berserker

Messages : 397
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 22
Localisation : Tu vois cette maison la bas? Pas moi...

Feuille de personnage
Nom des personnages: Nelfhithion, Danilian, Vigaj, Algorath, Valéra, Haddéus Dren, Seth.

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/  (Niahahah)

Revenir en haut Aller en bas

Le voyageur.

Message par DALOKA le Mer 28 Nov - 20:16

Noir... Noir... Je ne vois rien, rien... Il fait froid, mes bras ne veulent plus bouger, ou est ce que je vais exactement? Suis je réellement en vie? Mon corps flotte dans cet espace vide... Il n'y a rien, juste l'obscurité, et moi. Combien d'années se sont écoulées? Je parle mais je n'entend rien, je n'ai pas faim, ni soif, il n'y a rien, rien du tout... Alors c'est ça le vrai néant, Arond?...


A Brakmar, dans une salle en sous sol s'organisaient comme chaque jour des expériences douteuse, pour des objectifs pas toujours honorables. Au centre de la salle se trouvait un grand cylindre d'une matière transparente, semblable à du verre. Autour de ce dernier était installé divers dispositif complexes, que manipulaient plusieurs chercheurs. Cette dizaine de personne était sous la direction de Jigen, un riche scientifique, n'étant lié à aucun dieu effectuant des recherches sur les failles et portails dimensionnels. Jigen surveillait les moindres faits et gestes de ses assistants, c'était un homme plutôt grand et bien bâti pour un chercheur, il portait une grande cape brune sombre munie d'un capuchon, qui ne laissait voir qui le bas de son visage, ainsi qu'un pantalon de la même couleur et un haut laissant ses bras nus. Deux longues mèches de cheveux gris dépassaient de son capuchon, mais il ne semblait pas réellement vieux, ses deux bras n'étaient pas normaux. Ils étaient fait d'un métal inconnu à la couleur de l'argent, divers symboles runiques y étaient marqués.
-Tout est prêt monsieur. Fit l'un des chercheurs en se retournant vers son "patron"
Cette expérience était primordiale pour la suite de son plan, il ne devait prendre aucuns risques et s'assurer que tout fonctionnait à 100%.
-Bien, démarrez la machine.
Tout les scientifiques s'éloignèrent du grand cylindre et ce dernier se mit à émettre un bruit sourd, c'était invisible à l'oeil nu mais une énergie se concentrait à l'intérieur du cylindre. Le bruit de la machine devint de plus fort jusqu'à ce que l'énergie prenne la forme d'un flash blanc, avant de stabiliser pour prendre une forme ovale. C'était un portail, il devint moins lumineux pour prendre une couleur plus grise et avoir la même texture qu'un portail zaap.
-Portail stabilisé avec succès monsieur.
Des sourires de joies flotèrent sur les visages des scientifique, même Jigen, impassible jusqu'à maintenant souria, satisfait des fruits de son travail. Mais il n'avait pas le temps pour ça, il fallait passer à la suite.
-Amenez moi le sujet 15.
Après ces mots, l'un des scientifiques quitta la salle. Jigen était l'un des plus grands chercheurs de la cité, mais il refusait de coopérer gratuitement avec Brakmar, ses services coutaient toujours très cher. Cet homme avait abandonné volontairement ses bras pour porter ses "Voltench", deux bras de métal lui ayant donnés le nom de "Jigen Voltench", cependant la version officielle était qu'il avait perdu ses deux bras en combattant vaillament au front. Bien qu'il fut un jour soldat, il n'avait jamais perdu de membres à la guerre. Jigen était un fourbe, un traitre, un hypocrite et un menteur; toute son histoire n'était que mensonges, ses objectifs n'étaient que mensonge, son nom était surement un mensonge. Il ne fallait jamais faire confiance à Jigen, mais ça peu de personnes le savait... Il retira son capuchon, montrant son visage au teint mat et libérant le reste de ses cheveux, noués en une longue queue de cheval tombant jusqu'au bas de son dos, ses yeux étaient d'un argenté pâle. Le scientifique ayant quitté auparavant la salle revint, une éliatrope le suivait, elle n'était pas attachée mais il y avait quelque chose d'anormal; son regard était vide, elle semblait manipulée ou hypnotisée. A sa vue le visage de Jigen s'illumina d'un grand sourire, il ria aux éclats pendant un moment.
-Ma mignonne adorable et magnifique numéro 15!
Il s'approcha de la jeune fille qui ne dépassait pas 14 ans et lui caressa la tête avec sa main de métal, elle ne réagissais pas, restant comme une machine.
-Ca fait un moment que je ne t'avais pas vue, tu sait, depuis que 14 et 13 sont inutilisable je me suis sentit seul! Terriblement seul sans mes mignons et superbes éliatropes! DitJigen, son calme habituel avait laissé place à un regard de fou Que m'avais tu demandé déjà?... Pardonne moi, ma mémoire flanche un peu... Ca devait surement commencer par "Pitié", agrémenté de quelques pleurs... Tu ne peut plus pleurer maintenant, nos drogues sont efficaces n'est ce pas?
L'un des scientifiques toussota et interrompit son chef dans son monologue, car la personne en face de lui n'était pas plus consciente qu'un mur.
-Ah? J'ai du m'emporter un peu, reprenons. Fit Jigen en reprenant une expression sérieuse C'est dommage que 11 soit mort... Il aurait été parfait pour cette expérience, mais bon, toutes les choses ont une fin.

Pour Jigen les éliatropes étaient des cobayes de premier choix, fut une époque ou il n'aurait jamais imaginé qu'il existait des êtres dans ce monde pouvant réaliser des portails si facilement... Le scientifique ordonna à l'éliatrope de le suivre, ce qu'elle fit sans discuter, elle était une pièce importante de son plan. Jigen leva sa main droite qui se mit à briller d'une lumière blanche et un portail apparu, semblable à celui créé par la machine, mais plus petit, assez grand pour qu'une personne y passe. L'éliatrope y entra, suivit de Jigen, le portail disparu ensuite, et les scientifique s'activèrent pour préparer une autre expérience.


Dernière édition par DALOKA le Dim 13 Jan - 18:57, édité 1 fois
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1948
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 21
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Folie.

Message par Jack Van Flyff le Mer 28 Nov - 22:06

Les pensées chamboulées, le sacrieur était enragé. L’échange c’était bien passé, mais le prix était cher. Arrivé, au dépôt d’armes, il fit faire un paquetage, comptant des Lances-Stasis, des bombes à retardement faible puissance, et des Armes a Tir rapides (mitraillettes), des armes de guérilla. Il y’avait aussi « une » arme de précision, une. Sûrement pour le révolutionnaire qu’il avait rencontré. Homme étrange et intéressant a la fois, il lui avait montré un personnage aux idées précises, a une force oratrice certaine. Mais son talent en commerce, avait énervé le sacrieur, franchement. Mais ce qui finit de le faire fut la curiosité d’un des hommes qui s’occupait du dépôt :

-Ca vous servira a quoi mon bon M’sieur ?

Le sacrieur soupira se frottant les sourcils. Il remit ses lunettes et l’homme vola quelques mètres plus loin. La cage thoracique défoncée. Sans rien ajouter, les autres finirent rapidement le chargement. C’était souvent le cas, très souvent. Les morts n’étaient pas rare, et de son poste, Jack ne se privait jamais. A part ça, il semblait parfaitement calme, son habit noir n’avait pas un pli. Toujours le plus parfait possible, le cuir noir usé de son manteau lui donnait un côté d’homme solitaire et plein d’éxperience. C’était le cas, surement, même si il n’avait pas acquis le savoir d’un dragon. Morose et fatigué, il alla dans son « bureau », vaste salle très sobre. Il retira ses gants, et son manteau, les déposants sur le porte manteau. Il retira sa chemise. La jetant, découvrant de multiples tatouages. Ils étaient très artistiques, et aussi relatifs a des faits guerriers. Il les avait obtenu en se rapprochant le plus possible de l’idéal de Sacrieur. Une entreprise difficile, mais qui lui valait un respect certains. Il avait les traits tiré d’un guerrier de 45 ans. Carré, et pourtant très fin. Il avait des pattes qui se terminaient en favoris, juste sous les pommettes. Des cernes sous ses yeux vides, dont on dirait qu’il était aveugle, d’une couleur laiteuse. Son expression passa de la paix a la rage. Il frappa le mur de toutes ses forces faisant trembler le bâtiment attirant alors les gardes, paniqués.
-Les gars il se passe quoi ?!, firent les soldats, défonçant la porte.
Quand les soldats défoncèrent la porte, le sacrieur saisit le premier par le visage, dans un mouvement souple,enfonçant ses doigts dans les yeux. Fermement, et avec une expression de joie sauvage sur le visage, continue jusqu’à ce que le jeune homme ne bouge plus, laissant le sang couler le long de son bras, et laissant les autres faire dans leurs culottes, alors que le jeune homme en avait fait dans ses froques avant de mourir. Il laissa tomber le jeune homme au sol, et le silence permit d’écouter l’écoulement du sang, a un rythme de plus en plus lent, comme lassé. Et d’un ton sec :

-Lavez moi tout ça et changez bande de sous merdes…ET RAPIDEMENT !

Tremblants, ils marmonnèrent un « chef, oui chef ! » et s’occupèrent de tout ça, le sacrieur allant s’asseoir sur son fauteuil, fatigué. Se massant les tempes.
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par Gemstone le Ven 30 Nov - 21:01

Gemmël, de retour à la base, se ressaça l'échange :
-Quel est ton prix?Il sera le mien...
- Mon prix ? Je sais bien que vous autres brakmâriens n'avez que peu de considérations pour nos valeurs. Il est même assez difficile de savoir si oui ou non je m'adresse à un homme de parole. Peu importe, nous avons réciproquement ce que l'un et l'autre a besoin. Notre réseau surveille toutes les actions sufokiennes, plus ou moins secrêtes, qui concerne la colonisation, et d'une manière plus générale, la politique d'agression. Je ne suis pas un traître à mon pays, et j'ai confiance en mes hommes pour ce sujet. Vous serez mis au courant de ce que nous savons à propos de la politique aggressive, et de ce qui est rattaché, comme des opérations militaires en échange de matériel. Mais ne comptez pas en obtenir davantage...

Un homme l'aborda, le tirant de ses songes :
- Vraiment, bricoler avec les brakmâriens est dangereux. J'espère que tu sais ce que tu fais.
- J'espère aussi. On n'a pas vraiment le choix, manque de matos. J'en ai discuté avec tout le monde, ça semble à peu près d'accord dans l'ensemble. Mais je n'aime pas non plus l'idée de comploter contre une politique aggressive avec une autre politique qui le fait depuis bien plus longtemps...


// Z-êtes tous super-méchants ! Faut que je fasse un idéaliste pour équilibrer tout ça xD //
avatar
Gemstone
Admin

Messages : 1276
Date d'inscription : 07/10/2010
Age : 22
Localisation : Digital world.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Therius, Bauldeury, Gemstone

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Sirafed

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Sam 1 Déc - 19:05

Eh ben, j'aurai pas perdu ma journée

Les ruelles sombres et sales de Brakmâr cachent souvent des choses: Quel meilleur endroit qu'un lieu de rare fréquentation dans une ville sans foi, ni loi, pour arracher des informations à quelqu'un. C'est justement ce que pensait Sirafed, et ce qu'il venait de mettre en pratique. Ce disciple de Pandawa ne craignait pas réellement d'avoir à torturer, non pas physiquement, nous ne sommes pas des barbares. Selon lui, on n'obtient rien en rendant un homme trop faible pour pouvoir parler, il préférait rendre un homme trop faible pour pouvoir mentir. On ne voyait pourtant aucune cruauté, dans son regard: il semblait presque épuisé d'effectuer sa tâche.

Aujourd'hui, il n'a pas réussi à s'en sortir avec de simple paroles, ou plutôt, il n'a pu faire promettre le silence à sa victime. Ainsi, un nouveau cadavre jonchait le sol, un cadavre parmis tant d'autres dans les ruelles de cette ville maudite. Lavant sa lance toujours couverte de sang, le responsable du meurtre sortit tranquillement à la lumière des braseros brûlant dans les plus grandes rues. C'était, comme dit précédemment, un Pandawa, portant une armure légère, ne recouvrant qu'une faible partie de son corps. Elle était faite d'un alliage de bois et de fer, et ne se constituait que de genouillères, de brassards et d'un plastron ne recouvrant que la partie haute de son torse. Il ne lui fallait pas une armure capable d'encaisser un coup d'épée, et ce pour la bonne raison qu'il considérait qu'aucune armure n'était impénétrable. En fait, il voulait surtout éviter, au cas où il ramasserait un coup d'une maigre puissance, de saigner: il n'aimait vraiment pas montrer la moindre blessure permettant de montrer une quelconque faiblesse chez lui. Bien sûr, une armure entièrement composée d'un acier résistant offrait également cet avantage, mais elle "gênait ses mouvements", disait-il.

Il commença a marcher parmis les habitants de cette ville. Peut-être côtoyait-il de ses pires ennemis, peut-être se faisait-il bousculer par des gens qui désireraient sa mort s'ils savaient qui il était. Mais après tout, ses intentions n'étaient pas marquées sur son front. Bien sûr, il nettoyait une arme qui avait tout juste servi à tuer. Mais personne ne l'aborderait sur un soupçon si mince, de peur s'il s'agissait d'un de ses alliés, de le faire remarquer, ou s'il s'agissait de l'un de ses ennemis, de se faire éventrer.

La satisfaction du devoir accompli, Sirafed entra dans une auberge très peu fréquentée. Il parvint par quelques tournées générales à faire tomber dans le coma les quelques trainards, et alors que l'aubergiste tentait d'en réveiller un, il disparut dans la cave à vins. Elle était plutôt rustique, mais offrait de nombreuses cachettes: L'une d'entre elles, une caisse vide parmis tant d'autres. Le Pandawa entra dedans, prit tout le temps d'écrire ce qu'il avait appris, à la lumière de la bougie du dirigeant de l'établissement, qui par deux fois était descendu dans la cave à sa recherche. Il sortit à la fin de la deuxième visite, passant de fût en fût, puis jusqu'à la porte, et ressortit, et se remit à marcher, marmonnant:

J'en connais quelques uns qui vont être surpris de nous savoir informés de leur subterfuge...
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

Retour au P/C

Message par Nelfhithion Aesiryon le Sam 1 Déc - 22:48

Pendant ce temps, Oreb arrivait avec son petit escadron de la mort accompagnant le groupe de rebelles dans les batiments principaux du P/C. Ce n'était pas son objectif de base mais les ordres changèrent durant sa mission et il eu l'ordre de rapporter tout ce joyeux petit monde auprès des élites. C'était pas bon, ils allaient prendre cher.

Entrant dans le bâtiment, il dût faire face aux réactions habituelles de tout ces officiers snobs et de ces généraux qui devaient l'éclat de leurs bottes au léchage de pompes que leur procuraient les aristos du coin. C'était une émotion de dégout qui animait toute cette foule, chacun regardait ce qui semblait être une épave, une petite bouteille d'alcool à la main, des soldats recrutés parmis la pègre qui pourraient d'ailleurs se retourner contre leur recruteur a tout moment, un sens de l'hygiène peu commun...
Oreb se fichait des réactions de l'entourage... Dans le cas contraire il aurait tué les perturbateurs.

Officier Oreb!
P'tit gars, j'ai des reb's sur le dos, je me débarasse de tout ça et je suis à toi.
Enfin mons...
Tut! J'ai dit quoi?
L'homme ferma son clapet et attendit que le débauché en finisse avec ses prisonniers.

Arrivant au comptoir, il salua ce qui semblait être un secrétaire, celui ci le regardait avec dégout, se bouchant le nez avec un mouchoir.
Que voulez vous monsieur?
Décharger la marchandise, tu me dis où j'amène cette racaille et je l'envoie là bas.
L'homme se mit a fouiller dans ses dossiers récents, après une petite recherche il sortit un papier et annonça: Cellule 313. Je vous laisse vous y rendre.
Oreb pris le papier, le donna à l'un de ses gardes qui partit dans la direction indiquée avec toute sa bande d'ordures idéalistes.

Se retournant vers l'autre personnage qui faisait le planton en attendant qu'on lui adresse la parole, Oreb lui demanda:
Bien, tu me veux quoi toi?
Deux missives qui vous sont adressées, l'une venant d'en haut et l'autre d'adresse inconnue.
Parfait, tires toi.
Il prit les deux lettres et dégagea l'homme.
La première venait du P/C, on lui demandait de monter, les hauts gradés avaient besoin de lui. Jack surement... Quand a la seconde, elle venait de son informateur favori, il y avait eu des mouvements bizarres dans une taverne des environs, un pandawa qui aurait apparu et disparu, cette lettre avait été écrite depuis très peu de temps.
L'officier attrapa son postier et lui demanda de monter et de signaler qu'il sera absent. Il savait qu'il envoyait ce pauve gars à la mort, mais il s'en contrefichait: Ce n'était pas la première fois qu'il désobéissait aux ordres, et certainement pas la dernière...

Suite a cela, il partit en direction de sa taverne, espérant tomber sur le dit Pandawa.
Comment le trouver? Des pandawas y'en a de partout!
avatar
Nelfhithion Aesiryon
Berserker

Messages : 397
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 22
Localisation : Tu vois cette maison la bas? Pas moi...

Feuille de personnage
Nom des personnages: Nelfhithion, Danilian, Vigaj, Algorath, Valéra, Haddéus Dren, Seth.

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/  (Niahahah)

Revenir en haut Aller en bas

J'aime le sang.

Message par Jack Van Flyff le Sam 1 Déc - 23:21

Plus le temps passait, et moins Oreb était présent sur le pallier de la porte. Il savait qu'il n'était pas homme a suivre les ordres, mais le nombre de fois où il avait fait preuve de ce genre d'attitude, ne cessait de croître, malheureusement. Son âge et sa manière d'agir, en avait fait pour le sacrieur un personnage assez fascinant, et c'était bien pour cela qu'il ne le punissait pas de ses désobéissances redondantes. Après tout, on a chacun une volonté propre, aux lèches bottes de croire qu'il fallait suivre les ordres.
Cette réflexion tira un sourire a Jack, qui fixait la porte, comme pour voir au travers. Aucun de ses muscles ne bougeait, sa respiration était parfaitement calme et inaudible. Il attendait comme un prédateur attendait sa proie. Son regard brillait dans l'ombre de son fauteuil. Des pas maladroits s'approchaient, et des dents, tremblaient. Rien de bien spécial a première vue. Si ce n'est que la porte s'ouvrit sur un postier rachitique, qui semblait s'enfoncer dans ses bottes, et qui se mit a dégager une forte odeur d'urine. Le sacrieur sourit, renforçant cette aura de peur qui rendait la salle presque vivante pour l'interlocuteur. La dentition requine de Jack était toujours impressionnante. Et l'on ne savait jamais a quoi pouvait lui servir celles-ci, nourrissant les fantasmes du peuple. On disait qu'il arrachait les nuques ou les membres avec celles-ci, qu'il dévorait des hommes, femmes et enfants, sans autres plaisir que de les entendre hurler de douleurs. C'était peut être vrai, ou peut être faux. Jack ne laissait jamais dévoiler ses secrets. C'était ça, la peur. C'était comme ça qu'on inspirait la terreur. Cliquetant des dents le jeune homme, néanmoins, articula:

-L'Officier Oreb est parti à la poursuite d'un suspect, Monsieur, il sera donc absent.

Le jeune homme était dans un impeccable garde a vous, l'idée de le tuer, fit presque de la peine a Jack, mais c'était comme ça après tout, il avait pissé dans ses froques. Prenant une grande inspiration, ce qui fit parcourir d'un frisson l'échine du postier, le sacrieur répondit:

-Vraiment?...

Le jeune homme, se mit a trembler, et bégaya un "o-o...oui" tout en faisant marche arrière. Qu'il était pitoyable, son frêle corps sans intérêt allait exploser entre les doigts puissants du sacrieur. Il n'aurait même pas le temps de crier, même pas celui d'ajouter un souffle. Le sourire de Jack s'effaça, et il se leva posant les mains sur la table sèchement:

-Bien..
-B-bien....?..

Jack ne lui laissa pas prendre le temps d'ajouter quoi que ce soit, il dégaina rapidement son arme et transforma le jeune homme en tas de chair fumant et dégoulinant. L'odeur âcre du mort se répandit petit a petit dans le bâtiment, tandis qu'il mettait sa chemise,son manteau, ses gants et son képi. Il mit ses lunettes en dernier et se dirigea vers l'accueil:

-Vous direz a la femme de ménage de bien nettoyer dans les coins de l'escaliers, et de pas hésiter a utiliser le K-r chair.

La secrétaire béate, ne dit rien, le sang coulant lentement dans les escaliers, tandis que le sacrieur sortait. Si Oreb ne venait pas a lui, il irait chercher l'officier.
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Salut les copains,moi aussi j'veux du sang!!

Message par Mélusine le Dim 2 Déc - 17:16

Tu n'as vraiment pas changé Jack.... fit la jeune osamodas en le rattrapant a la sortie du bureau.Cette jeune femme peu gradée pouvait se permettre ce genre de familiarités.Après tout,elle n'était pas la belle-fille de Jack;le chef des P/C dont;grâce à lui elle faisait partie?Mais bon...Il lui devait bien cela après avoir fait brûler le chanil où elle travaillait avant car elle ne voulait pas abandonner les pauvres animaux..La jeune femme se retourna et fixa son reflet dans la grande porte vitrée du bâtiment ,s'étudiant ;les cheveux blanc long en une tresse qui finissait au creux des reins;grande,mince et forte. Mélodie portait une tenue de cuir moulante noir avec son grade et des souples bottes de marche en cuir tout aussi noir.Ses yeux perçants et froids comme la glace étudiaient le reflet,à la recherche d'imperfections.
Tu n'aurais pas une petite mission pour moi s'il te plait?
En sa présence,elle ne se mettait jamais au garde a vous sauf pendant les rares cérémonies où ils étaient tout deux présents.
avatar
Mélusine
Trucideuse d'Exorcistes.

Messages : 253
Date d'inscription : 11/10/2010
Age : 19
Localisation : Pipou.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Didi(-chan)/Lady

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par Jack Van Flyff le Dim 2 Déc - 18:52

Jack ne dit rien, cette voix féminine lui rappelait la douloureuse vérité; qu'il avait marié son fils a une amoureuse du règne animal, a une osamodas. Belle peut être, mais peut être aussi trop sûre d'elle même, le sacrieur se sentait obligé de la surveiller, alors que cela aurait été plus a son fils, éternellement sur le front des Restes d'Incarnam. Il avait peu souvent de nouvelles de lui. Enfin la vie était comme ça, il n'y pouvait pas grand chose. Et ayant détruit le chanil pour que personne n'utilise sa famille a mauvais escient, il avait dut la recruter, contre son gré. Au fond de lui, il aurait bien voulut isoler sa famille pour ne pas être retarder dans sa course contre la montre. Lady. C'était son étoile du nord, son but. Mais la jeune fille pouvait être gênante, autant la prendre sous son aile, s'arrêtant et se retournant vers elle, prenant un sourire calme et rassurant:

-Tu pourrais bien m'être plus utile que tu ne le penses, rien qu'en me disant, une chose..Aurais tu vu passer l'Officier Oreb? Cela m'arrangerais bien que tu ai vu quelle direction il a prit en partant il y'a de cela 15 bonnes minutes.


Jack ne dit rien, ésperant que ce travail, venant de lui intéresse la jeune femme. Et cela l'aiderait bien, surtout.
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Attendre la nuit...

Message par Mangetsu no Arashi le Dim 2 Déc - 21:14

Ses mains tremblaient tellement qu'elle en renversa la moitié par terre. Qu'importe, elle parvint tant bien que mal a former sa ligne, comme la ligne du destin, cette ligne qui était au fil du temps devenue une partie de sa vie, cette ligne aux doux reflets violacés, malsains... Son rail était prêt.
Elle se boucha une narine et inspira méthodiquement. Sa tête parti violemment en arrière lorsque la sensation de déchirement dans ses poumons explosa. Elle ferma les yeux en attendant que la douleur s'estompe et que son cerveau commence à décrypter ce que sa poitrine tentait de lui expliquer...
Alors l'univers commença à se déformer, à tanguer, à prendre vie. Sa vision zooma d'elle même sur un pandawa en armure légère qui s’éclipsait furtivement au sortir de la cave de la taverne, puis elle revint au plafond où les lames de bois avaient entreprient de chahuter avec les poutres. ses doigts se tordaient et...


"REMBALLES TA CAM ! Tu vas attirer les indics !" lui enjoignit le tavernier avec autant d'amabilité qu'un steamer berserk. Joignant le geste à la parole à l'aide d'un seau d'eau ou flottaient encore quelques glaçons.
Le liquide glacé lui remis les idées en place, Fate redevint elle-même et demanda entre deux quinte de toux:

-Depuis combien de temps suis-je la ?
-ça fais bien trois heure que tu as décoller. J'ai jamais vu un trip pareil, tu as impressionné les clients, regarde...

En effet, de nombreuses pièce jonchaient le sol à ses pieds. Cela lui inspira un profond dégoût. Quelle idée avait-elle eu en s'installant dans une taverne pour sa dose de Stasilis ?
Elle ramassa la majorité des camas dans un terrible sentiment de honte, paya le patron et disparu sans un bruit rabattant la capuche de sa cape (enfin celle qu'elle avait récupéré sur le dos d'un des clients avant de sortir de la taverne). Sous la-dite cape se cachait donc une Ecaflip d'une vingtaine d'année,fine, élancé, au pelage noir. Elle portait une combinaison noire de cuir de bouftou céleste renforcé plastacier extrement coûteuse qu'elle avait fais tailler aux frais d'un riche citoyen de Bonta. Elle épousait parfaitement ses formes, ne couvrant que la poitrine, le bassin et les pieds, pour la laisser libre de ses mouvement et de tout superflu de poids. Son équipement était composé d’étuis fixé à ses avants-bras et ses tibias contenant de fines lames (noires elles aussi) rétractables pouvant être enduites de poisons. Ses griffes étaient toujours bien aiguisées et le bout sa queue, fendu, était équipé (grâce au progrès chirurgicaux) d'un système magnétique lui permettant de tenir et lancer des disques prévus à cet effet.
Mais revenons au présent... et à sa mission. Ah oui au fait son métier : Fate est assassin, c'est une tueuse professionnelle. Et sont contrat actuel est l'inteception, interrogatoire et l'élimination d'un indic, puis si possible de son client. Les indics sont fréquents dans le quotidiens de Brakmar, et très gênants. Elle attrapa une bordure de fenêtre et laissa choir sa cape au sol. Le temps que celle si achève de tombé à terre, Fate courait déja sur le toit.

Enfin au calme.

Sautant de toit en toit, elle atteignit l'objectif, un sofikien, visiblement pressé, pas très discret d’ailleurs, il regardais sans cesse derrierelui, Tu as bien raison de t'inquieter mais tu ne regarde pas au bon endroit, dommage...
Elle acheva sa phrase en se saisissant, grâce à sa queue, d'un de ces disque tranchant, qu'elle lança droit dans la bas du dos de l'infortuné, coupant net sa colonne vertébrale, et, du même coup (c'est le cas de le dire), sa course.
Sans perdre de temps, Fate sauta du toit et atterit à coté du nouvellement invalide, terrorisé.


-Pour qui tu bosse ?
-J' j' je ne dirais rien
, parvint-il à bégayer.
-Que tu dis... elle lui enfonça une lame juste au-dessus de l'omoplate, dans un nerf.
L'indic en eu le souffle coupé par la douleur et ne pus même par hurler celle-ci. Retirant sa lame du corps prostré et meurtrie, elle demanda calmement :

-Es-tu prèt à parler maintenant ?
-Ou' Oui, je vous dirais tout ce que vous voudrez, mais s'il vous plait ne me faite pas de mal !
-D'accord, je ne te ferais plus mal, promis,
se disant qu'il était suffisamment amoché comme ça. Quelle est ta mission précisement ?
-Je dois surveiller les agissement des groupes d'agitateur "révolutionnaires".
- Qui t'envoie ?
-Les services de renseignement de mon pays.
-Mais qu'ont-ils à faire de Brakmar ?
-Ces agitateur gênent les affaires commerciales et menacent la cohésion de notre sacro-sainte flotte. Je me suis infiltré chez eux et devais empêcher la mise en place d'agissement allant en notre défaveur. Je'interceptais la transmission des ordres et les transmettait à mes vrais supérieurs pour pouvoir contrecarrer les plans.

Il était devenus d'un coup bien locace trouva Fate. Elle avait eu ses information et fais une promesse
-Je ne te ferai pas mal.
-M' Merci. Je vous promet que je reviendrai jamais !
-Je n'e doute pas. Tu ne sentira rien..
-Pardon ? Qu'est-ce que...
Il ne pus achever sa phrase avant qu'une lame noire lui travers le crane, de la jugulaire à l'oreille.
Bon bah je crois que je pourrai pas m'occuper du commenditaire tout de suite, sufokia c'est pas la porte coté.
Je vais rendre mon rapport à Jack et pis prendre une douche aussi, comment il a giclé celui-la, il m'a pourri ma fourrure, c'est dégeulasse !

Elle calla le corps contre un mur, posa sur ses jambes son insigne. Les netoyeur ne tarderais pas. Elle reservais ses plaquettes spécialement pour les missions officielles. Il émettait un rayonnement visible par les capteurs des nettoyeurs et ceux-ci savaient que c'était alors à leur tour de passer à l'action.

Puis elle se prépara à retraverser toute la ville pour aller faire son rapport dépouillant discretement un autre passant de sa cape...
avatar
Mangetsu no Arashi
Renard en tube givré

Messages : 79
Date d'inscription : 13/03/2012
Age : 22
Localisation : Dans tes rêves !

Feuille de personnage
Nom des personnages: Encore assez peu. Mangetsu, Eliasiss, Fate, Jokkaïro, Hay-lang(et Hay-Faé) et Alastaïr

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par DALOKA le Dim 2 Déc - 21:35

A l'entrée du bâtiment du P/C, un étrange phénomène se produisait; l'air devenait soudain plus froid, et dans un flash blanc, un portail apparu. Jigen ne devrait pas montrer ses portails en public, mais il le faisait quand même, juste pour voir la tête des ignorants autour de lui dès qu'il sortait de nulle part, de plus cela lui donnait un sentiment de supériorité. L'homme sortit du portail, habillé de sa cape et encapuchonné, il regarda autour de lui pour s'assurer qu'il était au bon endroit. Même si il était habitué à ces voyages, une simple erreur pouvait l'envoyer à des lieux de sa destination. Une fois qu'il vit le bâtiment du P/C, le porte se ferma suite à un geste de sa main droite, puis il aperçu LE Jack Van Flyff, comme il s'amusait à l'appeler, accompagné d'une jeune femme qu'il ne connaissait pas. Même si il avait sans doute déjà bien attiré l'attention il frappa dans ses mains, créant un bruyant son métallique, en vérité c'était plus pour agacer les gens autour de lui qu'autre chose.

-LE Jack Van Flyff! Cria il en s'approchant, ne cessant de frapper dans ses mains qu'une fois auprès de lui Je n'interrompt pas une conversation avec la dame j'espère?... Je plaisante, je m'en moque.
Jigen ne saluait et ne regardait même pas l'osamodas à côté, après tout pour l'instant elle ne présentait strictement aucun intérêt pour lui. Il faisait preuve d'une grande insolence, comme toujours, on se demandait souvent pourquoi il ne s'était pas fait hacher menu depuis longtemps.
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1948
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 21
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Humpf...

Message par Jack Van Flyff le Lun 3 Déc - 8:52

Il tiqua. Non pas un peu, mais il sursauta. Cette voix. Cette personne. On ne pouvait pas dire qu'il appréciait réellement cet assemblage difforme, de vie et d'acier, et plus particulièrement le personnage. Changeant son expression en une moue dédaigneuse, l'air le plus calme qu'il pouvait garder. Il rageait profondément, se retenant de sortir armes et magie. Il baissa légerement son chapeau sur ses yeux, silencieux:

-Salutations...

Il avait retenu un haut le coeur, le scientifique le dégoûtait au plus haut point, malgré ses massacres, malgré les multiples meurtres qu'il avait commis, l'atrocité de cet homme, tout de même guère impressionnante, touchait particulièrement de jeunes éliatropes. Jack savait ce que c'était que de perdre un enfant, et n'aimait pas vraiment les manipuler, de quelques manières que ce soit. Tranquillement il se dirigea vers le scientifique, et de sa hauteur, le surplomba, dégageant une aura menaçante, tout autant que la noirceur de son ressenti qui grandissait en lui.
Il l'attendait le jour où il pourrait lui écraser son visage sur le sol goudronneux, et le frotter avec force, en entendant son crâne gratter le sol rugueux. Cette simple idée lui donna un sourire plus que démoniaque, presque satisfait, heureux. Un sourire vraiment inquiétant, qui mettait bien en avant ses envies, meurtrières.
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le phoureur !

Message par Dadouh le Lun 3 Déc - 21:06

Me voici au P/C, cela va faire quelque mois que je n'ai pas posé un pied là dedans. Pas depuis qu'on m'a arrêté pour avoir vendu des caisses de nourriture à un camp bontarien. Y'en a qui disent que c'est un crime, s'ils savaient ce qu'il y avait dans la nourriture, j'aurais pus éviter la prison. Enfin bon, ce qui est fait est fait.

Je marchais tranquillement vers les grandes portes du P/C, faisant une pose habituelle, j'entrais doucement, marchant à reculons, j'ai baptiser cela le moonwalk, je dansais en marchant, on appelle cette façon de danser, le Dis'co. Certains me prennent pour un taré rien qu'en me regardant danser. Je passais de pièce en pièce, jusqu'à une pièce intéressante, y'avait Jack, une fille et le professeur, je fis un demi tour sur moi même, saluant les personnes. Je continuais de danser sur place, une sorte de cigare à la bouche dégageant une fumée gênante. Un soldat me fixa.

- Pff Wyl', tu me dégoute...
C'est pas ce que ta mère a pensé de moi en tout cas.


J'entendis les rires pour avoir remballé de misérable, il semblait vexé par la nouvelle.
- Tu oses revenir après avoir trahit Brakmar et pour couronner le tout, tu te fout de moi... Tu mérites la mort, traitre !

Je lâchais un soupire, puis j'attendais que le Iop charge, l'épée en main avant d'éviter le coup, royalement et de le désarmer a coup de pied et un coup de paume assez violent dans la colonne vertébrale qui le fit perdre l'équilibre.
Traitre... Pfeuh a croire que toi et les gardes de la prisons, vous êtes ignorant. J'ai vendu des caisses de nourriture à un village Bontarien contre une belle sommes certes. Mais réfléchit un peu, y'avais quoi dans la nourriture...?

Le Iop crachat une gerbe de sang, le coup a touché un organe, du coup, il perd assez de sang.
- Arg..Je...Je sais pas
Pfeuh ignorant !


Je fis un coup de pied dans le dos du Iop, il poussait un hurlement de douleur, j'avais touché l'endroit où j'ai fais ma petite spécialité que les pandawushu m'ont apprit. La forte paume.
J'aime tout ce qui est minage et minerais. J'ai réduit en poussière de l'arsenic et je l'ai mis dans cette nourriture. Une fois mélangée, la nourriture est devenu une arme qui ravage. Ce village est un village fantome à cette heure-ci.

Je soupirais un grand coup, serrant mes poings en forme de griffe de fer. Cette personne m'avait foutu la rage. Je me ferais un plaisir de le réduire en tas de chair pour la peine. Ma chevelure blanche devenait doucement de plus en plus long, je rangeais doucement mes gants de phorreur. Mes mains devenaient poilues, puis de vrai griffes apparurent, une couleur assez belle, entre le jaune ocre et le doré. Les défenses apparurent à mes joues. Étant adepte d'enutrof, je pouvais devenir un être mi homme mi phorreur. Sans que mon fidèle compagnon vienne fusionner avec moi. Mes muscles grossirent, je fixais le Iop en colère.
Me traiter de traitre...Tu as le don de me foutre en rogne toi. Pour la peine tu vas rejoindre la shukrute !

Je frappais violemment le Iop avant de le transpercer a coup de griffes et le lever, encore vivant et l'écraser au sol, la tête la première avant de retirer mes griffes. Des morceaux de cœur et de poumons étaient encore présent sur mes griffes, accompagné de sang qui recouvre bien ses griffes. C'était pas très beau a voir.

Va falloir nettoyer ça...Misérable, t'as souillé mes griffes.

J'écrasais d'un coup la tête du Iop avec mon pied, sous la colère et la force d'un phoureur, la tête se brisa, puis je marchais vers le Trio, redevenant normal.
J'en ai un peu trop fait... V'là que j'ai salis le sol. Ne me frappe pas hein, Jacky... Tu fais pire toi avec les soldats...

J'inspirais un grand coup dans mon cigare et je recrachais une fumée, en évitant de cracher la fumer à la figure de Jack, par simple respect et les gens sont rarement content quand on crache de la fumée dans la gueule.

______

Enfin bon moi c'est Wylfried Phorgriffe mais on m'appelle Wyl. Ça va faire plusieurs année que je suis au P/C. Au point d'être devenu un ami de Jack alors qui ferait peur à chaque soldat qu'il croise. C'est limite si les parents disent a leurs enfant : "Si tu ne manges pas, Jack Van Flyff viendra !". Jack est une star ! Je l'admire. C'est pour ça que j'ai rejoins le P/C pour déjà faire sa connaissance et l'aider. Cela sert à ça un ami.

Je suis un adepte d'enutrof. On ne me croit jamais, et bah si c'est vrai. Un enutrof ne nait pas vieux. Non non, c'est un être comme les autres. J'ai 21 ans, une coupe normale, mes cheveux sont blancs comme la neige ou la fourrure de mon phorreur. Je mesure dans les un kamamètre 75, je me sens petit, c'est affligeant...

Je porte une tenue qui fait mercenaire, alors que je suis un simple enutrof cupide jusqu'à la moelle. Je porte une armure de cuir qui semble être d'une bonne qualités accompagnée d'une toge gris sombre qui permet de cacher mon physique et cela me permet d'avoir la classe avec une cape. Je porte des gantelets assez spéciale. Ce sont des gantelets que j'ai inventé, les griffes du phoureur. Ça remplace la pioche et la pelle. Les griffes me permettent de creuser et de miner tel un phorreur. Je suis un grand fumeur, si on ne me voit pas avec une cigarette ou un cigare, c'est que je vais mal.


Dernière édition par Darkly le Lun 3 Déc - 21:23, édité 1 fois (Raison : correction '-')
avatar
Dadouh
L'attachant

Messages : 263
Date d'inscription : 13/10/2010
Age : 23

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Humpf'

Message par Jack Van Flyff le Mar 4 Déc - 14:10

Les choses se chamboulaient, rien ne s'arrangeait, il y'avait de plus en plus de soucis, du point de vue de Jack. Voilà que Wyl' une vieille, mais jeune connaissance qui c'était amouraché de l'arsenic et des explosifs, et qui avait finalement finit en prison pour une affaire plutôt stupéfiante a son regard. Mais voilà, cela n'arrangeait pas la situation. Jigen a son niveau, et juste devant lui surtout, semblait le gêner au plus haut point. Qu'était venu faire ce vermisseau sur son terrain? Provocation, ou futile amusement. C'était ça, obligatoirement, une provocation. Wyl' serait en danger, Mélodie aussi, ils étaient en danger, il ne fallait pas qu'il montre un seul attachement auprès d'eux, et eux non plus. Si seulement ils comprenaient l'art de la guerre. Dérrière ses lunettes son regard devient plus haineux encore. Ses sourcils se froncèrent, et l'on vit clairement qu'il était pensif, et a la limite de ses moyens.

-Monsieur Phorgriffe, j'aimerais que vous me fassiez un rapport, écrit, le plus rapidement possible.

Jack n'ajouta rien, qu'allait dire, constater, remarquer Jigen? C'était tout qu'il lui fallait voir d'un coup. Visage, corps, respiration, regard. Tout lui semblait important.

avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Encore une chope

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Mar 4 Déc - 19:19

De son côté, Sirafed arriva à sa destination: Une sorte de grande tour plantée en plein milieu de Brakmâr, en parfait état, avec des peintures peu accueillantes sur la porte d'entrée. Il n'entra pas, mais contourna l'édifice, dont la porte était fermée de toute façon, pour se retrouver contre un mur, semblable à n'importe quel mur, en apparence, et ce car il s'agissait tout bonnement d'un mur. Il l'escalada, en essayant de rester à l'abri des regards, et lorsqu'il fut arrivé en haut, il se mit à chercher quelque chose: un petit coin où il n'était vu de personne. Bien sûr, on l'eût vu pénétrer dans cet endroit sombre, mais pas en ressortir. Il sauta en bas, toujours caché, et ressortit après s'être couvert d'un manteau. C'était une technique qu'il utilisait pour se débarrasser d'éventuels fileurs.

Il continua à travers les rues de Brakmâr, marchant au hasard. De toute façon, son contact en provenance de Bonta n'était pas encore arrivé... Deux fois il passa devant la taverne qu'il avait utilisé pour écrire tranquillement ses notes, avant de se rendre compte de ce fait. Il la contempla donc un moment, et... il entra.


Tavernier, laisse tout tomber et oublie ce qu'il s'est passé il y a quelques heures, enfin, sers-moi à boire.

Bien sûr, une telle réaction est étonnante de sa part. Si on le cherchait, c'est ici qu'on le chercherait. Mais il avait sa propre morale: Selon lui, il avait de nouveau deux à trois hommes sur le dos, et il ne pourrait plus s'en débarrasser comme la dernière fois, alors il les attendait. Constamment, il avait la paume de sa main sur un couteau, car il savait qu'un drame allait avoir lieu. Et il buvait en attendant ce drame...

Monsieur, si vous avez l'intention de vous embarquer dans des ennuis, sachez que je ne veux en rien y être mêlé. Et vous paierez les trois tournées qui vous ont servi à endormir tout le monde, tout à l'heure!

Sirafed resta calme, il se contenta de répondre sans une once de sourire:

De deux choses l'une: Parle-moi sur un autre ton, tes tournées, je les paierai quand j'aurais trop bu pour me permettre de renier les principes. Ensuite, sache que si j'ai des ennuis, "ils" ne se soucieront pas de ton innocence. Un conseil, pars tout de suite

Il ne dit rien et fit mine d'aller chercher un nouveau tonnelet de bière dans ses caves. D'un autre côté, cela évitait à l'agent d'avoir un nouveau mort sur la conscience... Et il commençait à boire un peu trop...
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

En marche!

Message par Nelfhithion Aesiryon le Mar 4 Déc - 20:51

Oreb était sortit depuis bien longtemps du Quartier Général, sans même demander l'avis des autres, ayant envoyé un jeune troufion décorer les murs à sa place...
Tu m'déranges toi! Poussez vous enfin! Dégagez le passage, laissez moi passer, je suis officier!
Son passage était loin d'être discret, ralant à chaque fois qu'un péquenot le bousculait, faisant tomber les porteurs de marchandise sémant le bazar dans ce qui semblait être un bazar. Il passait par là pour éviter de contourner toutes les grandes ruelles, c'était l'endroit idéal, à un détail près: La populace qui venait ici pour travailler ou glander. Si les travailleurs le perturbaient dans sa route, les glandeurs le faisaient carrément chier! Rien a faire ici toute cette canaille! Allez bosser!
L'agitement qu'il provoquait attirait un grand nombre de personnes, dont la plupart n'étaient que des comères incapables de trouver autre chose que la misère des autres pour se divertir. Un peu comme Oreb... Mais ce n'était pas pareil, lui il était officier et avait le droit de tuer!
Un groupe de garde arriva devant l'officier et le stoppèrent.
Halte là! C'est vous qui provoquez cette discorde?
Toi là! Tu choppes tes troupes et tu me suis!
Monsieur, je vous conseille de ne pas me parler sur ce t...
Le garde pris une magnifique chataîgne et recula de deux bons pas.
Gamin, je suis ton supérieur, alors soit tu me suis, soit je t'envoies au P/C, et pas pour y surveiller les troufions de ton espèce!
L'homme s'essuya le nez qui avait fait place à une mer rouge.
Oreb lui tendit un mouchoir et commença a partir.
Saigne gamin, saigne, tu pisseras moins après...

Enfin, le petit escadron de la mort qu'avait composé l'officer arriva vers la taverne d'ou venait la missive. Un homme à l'entrée lui serra la main, reçut un petit pactole et disparu dans la ville.
Oreb se mit face à la porte, regardait le sol en réfléchissant, ses hommes attendant, armes à la main, que leur chef décide d'ouvrir.

Personne ne bouge! Non ça fait trop bandit, je suis pas un bandit... Et puis un bandit qui attaque une taverne c'est un guignolo... Garde! Canaille! Non... ils croiraient que je fais un spectacle... Ah je sais!
Oreb défonça la porte.
Messieurs! Vous vous êtes foutus dans une sacrée merde!
avatar
Nelfhithion Aesiryon
Berserker

Messages : 397
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 22
Localisation : Tu vois cette maison la bas? Pas moi...

Feuille de personnage
Nom des personnages: Nelfhithion, Danilian, Vigaj, Algorath, Valéra, Haddéus Dren, Seth.

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/  (Niahahah)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par Mélusine le Mar 4 Déc - 21:16

En voyant venir le scientifique et le regard de Jack;Mélodie comprit instinctivement la situation.Elle prit la mine renfrognée de quelqu'un qui est en colère et qui n'est point ami avec son correspondant.
Putain Capitaine POURQUOI?!Pourquoi j'ai les missions qu'obtiennent normalement les baltringues?!Je vaux beaucoup mieux que ça!Alors rentrez vous dans votre crâne que j'en ai mare d'être juste un putain de soldat sans grade alors que j'ai plus de potentiel et de jugeote que la plupart de vos officiers!J'exige de monter de grade! Elle partit ;ayant laissé un gros rat bien dégueulasse dans la jambe gauche du pantalon de Jack et se dirigea vers une taverne;celle où venait d'entrer Oreb et son "escouade meurtrière"
avatar
Mélusine
Trucideuse d'Exorcistes.

Messages : 253
Date d'inscription : 11/10/2010
Age : 19
Localisation : Pipou.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Didi(-chan)/Lady

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par Jack Van Flyff le Mar 4 Déc - 21:29

Voilà, c'était bien mieux ainsi. Une de moins. Plus qu'a espérer que Wyl' comprendrait aussi. Toujours planté devant le scientifique, attendant sa réaction, attendant que "Mossieur" se mette a parler. Il le fixait de toute sa hauteur. De toute sa stature. Il en imposait visuellement. Mais qu'attendait t-il? Que voulait t-il? C'était un peu embêtant. Gênant, rester planté a se dévisager comme des prédateurs attendant une faiblesse, l'un de l'autre. Pourquoi était t-il si sur de lui? Si assuré dans sa démarche? Le tuer le démangeait. Un rictus commençait a se former sur son visage, une expression sadique, vraiment sadique.
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par DALOKA le Mar 4 Déc - 22:21

Jigen affichait un sourire, le sourire de celui qui sentait qu'il avait la situation bien en main, il ne semblait pas du tout effrayé par Jack et conservait une attitude calme. Il tapa deux fois dans ses mains pour créer le bruit métallique oh combien désagréable aux oreilles.
-Rassure toi, je ne suis pas venu que pour abimer ton audition. J'ai des choses importantes à te montrer, si tu est libre bien sur, cependant j'aimerais en parler... Sans parasite, n'est ce pas? Dit Jigen en tournant la tête vers Wyl', une manière de le prier de débarrasser le plancher rapidement.
Passons, tu n'aurais pas un lieu ou personne ne verra ce que je vais te montrer? C'est une découverte fabuleuse et toute fraiche, même toi ça t'intéressera.
Une découverte en effet fabuleuse, après tant d'années de recherches, il était si près du but...
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1948
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 21
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Quelque chose a lui montrer?

Message par Jack Van Flyff le Sam 8 Déc - 14:14

Jack parut un instant surpris. Il avait quelque chose a lui montrer, quelque chose dont lui parler. Il s'adressait a lui et pas à l'Homme. Qu'était ce comme chose si importante, comme découverte? Que lui seul allait voir pour le moment? Il ne dit rien réfléchissant à plusieurs explications. Autour d'eux rien ne semblait avoir bougé, le monde sa faisait calmement, comme si de rien était. Ses deux proches étaient partis. Rien de mieux pour enfin, discuter seul. Il changea d'attitude pour celle de la personne qui n'en avait rien à battre, se calmant.

-Bien sûr. Suis moi.


D'un pas leste et silencieux, son manteau produisant le bruit d'un drapeau de guerre agité dans le vent, il s'avança, calmement, dans les ruelles, jusqu'à ce que le cimetière soit en vue. Personne n'y venait, enfin, depuis un moment a vrai dire. Depuis que son ancien lui était censé y être enterré. S'approchant de la chapelle où se trouvait son gisant, même malgré la chaleur de Brâkmar, l'air refroidissait pour atteindre le zéro. La nature était morte, et la chapelle, éloge à ses faits d'armes et son grade. L'intérieur était grand, une statue de lui en plein mouvement s'y trouvait,comme dans un combat, et il s'en approcha. Même Jigen ne savait rien de ce fait, que le sacrieur était toujours le même, et la statue très ressemblante, malgré la tenue d'époque, donnerait déjà quelques pistes. Chaque pas créait un son qui se réverbérait dans toute la chapelle, qui n'en restait pas moins d'un silence religieux. Il s'assit sur une sorte de trône de marbre devant le gisant et en dessous de la statue. Style gothique et brâkmarien mélangée, dans une pierre de lave solide et imposante la chapelle semblait écraser quiconque voulait affronter ce passé. Le plus impressionnant était le travail fait sur la faux, semblant véritable et travaillée d'or et d'argent avec un joyau de Coraline tout en haut du manche de l'arme, incrustée.


-De quoi voulais tu me parler?

Fit Jack sans rien ajouter attendait la réponse de Jigen, tenant une coupe en or, dans laquelle il versa du vin, avant de le faire tourner lentement, comme connaisseur.
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 778
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Et pour quelques verres de plus

Message par Aʀτѕᴇɴοʀ le Sam 8 Déc - 14:46

Dans la taverne du... du... Comment s'appelait-elle, celle-là? Bref, dans la petite taverne ou se trouvait Sirafed venait d'entrer un gars de l'élite du P/C sous les regards des clients à peine éveillés ou complètement ivres, et bien sûr, celui du Pandawa. Un combat de titans allait s'enclencher.
En fait, j'en sais rien, mais voir deux agents provenant de factions différentes se rencontrer, moi j'dis que ça va finir en combat, mais si ça se trouve, c'est pas ça...
Bref, le sacrieur entrait en annonçant, avec l'air fier de ceux qui viennent de trouver la réplique qui déchire son Bwork:


Messieurs! Vous vous êtes foutus dans une sacrée merde!

Et, alors que l'officier observait ces quelques gens sentir leur dernière heure arriver (ou se demandant qui sont ces guignolos), la voix de l'agent Bontarien s'éleva pour annoncer:

Ça vaut aussi pour vous, suppôts de Djaul...

Il se leva avec grande difficulté, lança un regard dans la salle, et tout en avançant vers la cave pour empêcher quiconque d'y entrer, fit son annonce:

Tout le monde dehors, soldats comme ivrognes.

Certains des soldats commençaient à peine à reculer, mais s'arrêtaient net en voyant leurs camarades à qui l'idée de bouger ne venait même pas. Quant aux quelques alcooliques, ils ne pouvaient pas sortir. La terreur se lisait sur leurs visages, ils voyaient la mort arriver avec ce disciple de Sacrieur, et cherchaient n'importe quel moyen de se dérober. Et puis il y avait toujours Oreb, planté devant la porte, et qui ne laisserait probablement sortir personne...

Quand je dis tout le monde, tu n'es pas exclu, disciple de la Sanguinaire...

En fait, il ne cherchait pas un duel avec ce type, mais juste un peu de tranquillité le temps de déssaoûler
avatar
Aʀτѕᴇɴοʀ
Ecuyer

Messages : 392
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 20
Localisation : For each integer A from 1 to 666 (Take random point in (Region set from (Position of (Paladin #0071) offset with (Arithmetic ( (Convert Integer (Integer A) to real) x 60060,61) ) ; (Arithmetic (Convert integer (Integer A) to real) x (Square root (Convert integer (Integer A) to real) ) ) ) ) to (Take random point in (Playable map area) ) ) ... Voilà, avec ça, si vous me tombez dessus, jouez au loto. Si vous avez rien compris, jouez au loto quand même.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Artsenor (Oh?), Defaris, Kaoren Sor (En cours de création), Céophraste, Nihlvexo... Néolune, ça compte?

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/

Revenir en haut Aller en bas

C...Comment?!

Message par Nelfhithion Aesiryon le Sam 8 Déc - 16:41

Comment? On lui demandais de déguerpir? Lui? Le grand officier Oreb? Jamais!
Le premier de vous qui recule je lui fait pêter la cervelle! Les civils, vous évacuez, toi et toi, vous vous occupez de les envoyer au P/C, ils seront interrogés et partiront si ils sont innocentés!

L'officier observait le pandawa avec interêt, c'était surement le fouteur de troubles qu'il cherchait, il était surement interessant.
P'tit gars, bloques la porte le temps que je m'en occupe...
Mais m'sieur, je peux pas vous laisser s...
Oreb l'avait saisi par le col et avait rapproché sa tête.
Ecoute gamin, tu contredis mes ordres encore une fois et je fait tomber ce poids mort qui traine sur tes épaules!
Ou...oui msieur!
M'sieur?
Oui officier!
Officier qui?
Il plaça son arbalète sous la machoire du soldat
Officier Oreb! Pitié! Faites pas ça!
Il le jeta par terre, le laissant tomber sur son arrière train puis se relever à toutes jambes pour bloquer la sortie. Le sacrieur avait eu le temps de faire évacuer à peu près tout le monde, il ferma la porte et attrapa son arbalète à tension.Rien ne vaut la crainte pour se faire respecter... J'ai pas ramené mes hommes a moi, faut bien que je leur apprennes les bases à ces gars...
Oreb n'était pas du genre à éliminer ses propres soldats, il aimait leur faire peur, voilà tout, un soldat était un homme comme un autre d'après lui, n'ayant juste pas eu la même chance que lui.

Se déplaçant doucement, il reversa une table et s'arrêta derrière, attendant qu'on l'attaque pour pouvoir l'utiliser. C'était fréquent un fauteur de troubles armé, c'était même permanent. Il fallait se méfier de cette racaille.
Alors mon gars? Comme ça on trouble cet ordre instable et fondé avec difficulté? Aucun remords?

C'était habituel chez lui de discuter avec son adversaire, dans le but de lui soutirer des informations ou dans celui de le mettre mal à l'aise.

avatar
Nelfhithion Aesiryon
Berserker

Messages : 397
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 22
Localisation : Tu vois cette maison la bas? Pas moi...

Feuille de personnage
Nom des personnages: Nelfhithion, Danilian, Vigaj, Algorath, Valéra, Haddéus Dren, Seth.

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/  (Niahahah)

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Troisième Ere

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum