Pluie de Prométhium, fuite de sang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pluie de Prométhium, fuite de sang.

Message par Core Van Heim le Jeu 7 Mar - 18:43

 WARHAMMER 40,000
"Nous sommes au 41ième millénaire. Depuis plus de cent siècles l’Empereur se tient immobile sur le Trône d’Or de Terra. Il est le maître de l’Humanité par la volonté des dieux, et le souverain d’un millier de mondes grâce à la puissance de ses innombrables armées. Il n’est qu’une carcasse pourrissante se tordant sous les influx d’une énergie invisible, relique du Moyen Âge Technologique. Il est le Seigneur Charognard de l’Imperium, au nom duquel un millier d’âmes sont sacrifiées chaque jour afin que jamais il ne meure vraiment.
Ni vraiment mort, ni tout à fait vivant, l’Empereur maintient sa veille éternelle. Ses puissantes flottes de vaisseaux de guerre traversent le miasme du Warp, la seule route permettant de relier les étoiles lointaines. Leurs trajectoires sont dictées par l’Astronomican, dont les visions sont les manifestations psychiques de la volonté de l’Empereur. D’immenses armées livrent bataille en son nom, sur plus de mondes que l’on ne peut en compter. Les plus grands de Ses guerriers sont ceux de l’Adeptus Astartes, les Space-Marines, de super soldats génétiquement modifiés. Leurs frères d’armes sont légion : la Garde Impériale et les innombrables rangs des forces de défense planétaire, l’Inquisition toujours vigilante et les Technoprêtres de l’Adeptus Mechanicus pour n’en nommer que quelques uns. Pourtant, malgré leurs multitudes, ils sont à peine assez nombreux pour contenir la menace perpétuelle que représentent xenos, hérétiques, mutants - et bien pire encore.
Être un homme en ces temps troublés, c’est être un individu isolé parmi des milliards d’autres. C’est vivre sous le joug du régime le plus cruel et le plus sanguinaire qui soit. Voici les chroniques de cette époque. Oubliez le pouvoir de la technologie et de la science, car tant à été oublié pour ne jamais être réapprit. Oubliez les promesses du progrès et de la raison, car dans les tristes ténèbres de ce lointain futur, il n’y a que la guerre. Il n’y a pas de paix au royaume des étoiles, seulement une éternité de carnage et de massacre, et le rire moqueur des dieux assoiffés de sang."




Le désert, toujours le même désert. Toujours la même chaleur a longueur de journée. Toujours les même journées. Et toujours le désert pensait Genkt. Le sable a perte de vue réfléchissait la lumière mordante du soleil en lui brûlant les yeux tandis qu'il regardait dans sa paire de jumelles. Il baissa la main en quittant du regard les lentilles de son optique. Rien que les dunes de sable a l'horizon. La chaleur également. Étouffante. Il en avais mal a la tête. Il se tourna sur son écoutille et regarda derrière lui. La poussière soulevée par son Leman Russ recouvrais la suite de la colonne. Il distingua les canons de deux Destroyers de couleur beige mouchetés de marron clair. Le grondement des engins blindés et des transports était assourdissant. Sa main se posa sur sa gourde pour en tirer un peu d'eau tandis que ses yeux regardaient un vol de canonnières Vultures passant au dessus du convois dans le hurlement des moteurs a combustion.
Il s'essuya les lèvres avec sa manche puis cracha sur la carlingue quand il senti le goût du sable qui recouvrais son uniforme gris. La salive s'évapora rapidement, laissant une simple trace sur le blindage du char d'assaut. Dans les cahots de la route, l'homme descendit dans l'habitacle surchauffé du véhicule. Une fournaise. L'élévation brutale de la température lui donna le tournis. S'asseyant sur son siège de commandement, Elwin Genkt passa son casque sur sa tête. Le bruit du moteur du Leman Russ diminua de quelques décibels. En retour, le flux radio agressa ses tympans aussi rapidement que des mouches s'acharneraient sur la carcasse du repas d'un Carnodon. Elwin identifia les communications du Sabbat Wrath, un autre blindé de son escadron. Le Lucky Shoot émergea a son tour dans tout le brouhaha des échanges radios. Le chef de char amena son micros devant sa bouche après quoi, il se jeta a son tour dans la discussion de son unité de tanks, bercé par les secousses brutales du Shields of Terra qu'il commandait.
L'astre journalier atteignit progressivement son zénith. Torse nu, Genkt sortit de l'habitacle surchauffé du char. Le vent qui balayais le désert lui paru frais en comparaison a l'air de l'intérieur. Son regard se posa sur l'étendue sablonneuse que la colonne parcourais depuis déjà quatre jours. L'homme retira d'une sacoche, accrochée a sa jambe, une carte de la région. Son doigt suivit une ligne tracée au crayon sur la tâche jaune sale qui représentait le désert. La Mer de l'Oublis. Ce foutu désert s'appelait La Mer de l'Oublis. Ce trou perdu d'Amalis, il l'oubliera pas, pour sur. Genkt et son escadron, comme bon nombre de gardes impériaux d'ailleurs, avaient débarqués il y à bientôt un mois sur Amalis. Un petit caillou dont seul les littoraux étaient viables. L'intérieur des terres composé d'un seul et unique continent n'était que déserts brûlants et montagnes arides. Elwin Genkt se demandais ce que le Maître de Guerre Macaroth pouvais vouloir a cette planète. Deux cité ruches, six villes. L'Hérésie avait débutée a Zéphyr, la ruche la plus proche du pôle nord, en plein désert de glace. La révolte s'était étendue jusqu'à Zolia, un spatio-port miteux bâtit sur les rives de la Mer Intérieure. L'Ennemis de toujours poursuivit alors son offensive jusqu'à Eclus, qui tomba en quelques heures seulement. De la, Zéphyr et Eclus lancèrent une offensive combinée sur deux fronts. La ruche envoya ses troupes renégates jusqu'à Misrat. S'en suivit trois batailles: Aurgias Point fut une victoire Impériale. La contre offensive des fidèles de l'Empereur, puisse t-Il nous garder, se solda par un échec. Les forces hérétiques reprirent dont leur assaut jusqu'au contreforts des monts Valis. A cet endroit, les FDP stabilisèrent par chance le front, empêchant les troupes de l'archonte Gaur de s'emparer de Misrat. Depuis Eclus, l'offensive se dirigea jusqu'à Taliograd via les montagnes de Talios. Au cœur de cette chaîne, la garde Impériale lança une contre offensive depuis la ruche Etna, appuyée par le déploiement d'un régiment depuis l'orbite, au cœur de ces montagnes. Le fronts se stabilisa. Dans le camps impérial, cinq offensives en direction d'un déploiement hérétique relativement important dans le désert de Volos furent lancées simultanément. La ville de Carmin envoya un régiment blindé qui rencontra une troupe du Pacte du Sang, l'Elite des armées renégates soit par chance ou par talent, ils rencontrèrent une victoire qui ne permit cependant pas a l'offensive de continuer. Les troupes impériales durent faire demi-tour. Taliograd et Etna lancèrent deux colonnes d'assaut qui se regroupèrent pour tenter d'enfoncer le front hérétique. L'offensive depuis Volosgrad s'enlisa et fut anéantie. Dans la chaîne des Talios, la garde Impériale lança un assaut destiné a mettre sur pied une base avancée pour prendre a revers les troupes hérétiques. Ce fut un succès a l'issue de quoi, la FOB Titus fut bâtie, ouvrant un nouveau front. Quelques semaines après, le Tactiae détecta une importante force ennemie dans la Mer de l'Oublis, près de la côte. Une offensive fut lancée avant l'ennemis ne grimpe en puissance. Ainsi, Genkt et ses camarades de la Garde, progressaient depuis quelques jours. Ils avaient franchit la veille un petit fleuve et s'étaient engagés dans ce désert.
Encore deux semaines de route, calcula Elwin, et ils seraient enfin sur la zone de front qu'ils devaient ouvrir. Soudain, le ronflement du char diminua puis s'arrêta. Derrière lui, la colonne fit de même. Intrigué, Genkt se rendit dans la tourelle pour aller a la pêche aux informations. La radio se mît a crépiter:
-Tête de colonne, tête de colonne, ici Opération, disait la voix, pourquoi avez vous stoppé la progression?
-Opération, ici tête de colonne, reprit une seconde voix, il semblerais que le Shields of Terra soit responsable.
Elwin reconnus la voix du chef de char du Lucky Shoot. A côté de lui, un homme attira son attention.
-Mon Capitaine, panne de moteur, commença t-il. Le sable a encrassé toute la turbine, au moins deux heures pour tout réparer.
Genkt renvoya l'homme a sa tâche en hochant la tête puis se saisit de la radio. -Opération, ici le Shields of Terra, nous subissons actuellement une avarie moteur, on a besoin de temps pour tout fixer et repartir, a vous.
-Bien reçu Shields of Terra, je transmet l'info au Tactiae, patientez. Dit alors l'homme qui parlait a la radio. Un long silence s'installa, perturbé par quelques chocs métalliques produits par l'équipage s'affairant sur le moteur du char. Bientôt l'homme reprit la communication.
-Shields of Terra, ici Opération. Autorisation de faire halte a la colonne pour réparer les avaries. Le Munitorum en profitera pour ravitailler les équipages en eau, nourriture et carburant. Opérations, terminé.
La communication ayant prit fin, le Capitaine Elwin Genkt se hissa sur sa tourelle puis descendit de son tank. La poussière étant retombée il pût enfin distinguer la colonne entière. Presque un millier de chars en tous genre et de camions transportant hommes, munitions carburant et tout le matériel nécessaire a la progression de l'armée Impériale. Partout les moteurs étaient maintenant à l'arrêt et les occupants des différents véhicules quittaient leurs transports ou poste pour aller bavarder entre eux a l'ombre d'un char ou d'un camion. A intervalle régulière, des équipages de tanks anti-aériens Hydra balayaient encore le ciel, fidèles a leur poste malgré la halte. Alors qu'Elwin boutonnais sa veste pour se protéger du vent, un second capitaine s'approcha de lui. Il reconnus aussitôt les trais bourrus et taillés à la hache du chef du Lucky Shoot. Le sergent Hunt l'aborda rapidement:
-Mon capitaine, t'a la guigne hein, débuta t-il en riant. D'abord une fuite de prométhium à la sortie des Talios et maintenant ça. Ouais?
-Quand l'Esprit de la machine ne veut pas, va lui faire changer d'avis Willy! Rétorqua t-il aussitôt sur le même ton riant que son subordonné.
Pour dire vrais, Elwin Genkt s'inquiétait de cette série d'incidents. Contrairement au jeune Willy Hunt, il ne riait pas de cette malchance. Les chars du XII de Mall étaient conçus pour les grands froids, comme sur leur planète et la chaleur d'Amalis les rudoyait beaucoup trop. Toute cette foutue colonne connaîtrait des avaries de ce genre. Il en avais discuté avec un agent du munitorum qui lui même avait rapporté ses craintes au Tactiae, sans résultat. Le commandement faisait la sourde oreille a leurs remarques et leurs doutes.
Un half-track d'entretiens s'approcha du Shields of Terra. Deux mécaniciens en défendirent avec une caisse de matériel. Ils discutèrent bruyamment avec l'équipage du char avant de céder leur fardeau a contre cœur. Les quatre hommes couverts de sueur l'ouvrirent avec l'aide des agents du munitorum puis semblèrent chercher une pièce. Willy reprit la parole.
-Genkt, j'ai causé avec Feuller, il a fait une estimation de notre conso' de carburant. On aura jamais assez pour rallier l'obj', ouais.
-C'est pas a moi que tu doit dire ça, répondit le concerné, rend compte a Opération.
-Déjà fait. Rétorqua t-il. Putain ouais qu'ils m'on presque rit au nez!
-Hunt, on s'en plaindra quand on sera sur zone. Pour l'instant on en a. Je laisse les chefs se charger du reste. On gueulera quand il faudra.
A ces mots, Elwin se retourna vers son blindé en réparation. Les hommes s'affairaient autours en parlant fort. Le capitaine se rendit rapidement compte que toute la colonne semblais avoir oubliée son objectif. Tous les gardes impériaux discutaient et riaient en échangeant des bouteilles ou en fumant des cigalhos. Certains avaient même ouverts leurs packs de rations et mangeaient. Un bruit sourd monta de l'arrière de la colonne et s'accentua. Genkt leva les yeux suffisamment vite pour voir passer un vol de trois Vultures.

La colonne de la garde Impériale défilait a une vitesse ahurissante sous ses yeux. Le bruit assourdissant des turbines de sa Vulture était étouffé par l'épaisse verrière blindée. Près de mille véhicules blindés en tout genre, du Leman Russ au Trôjan en passant par le Baneblade et le camion a huit roues plus presque cinq mille fantassins étaient a l'arrêt au milieux de nulle part. A ses yeux s'offrait désormais l'immensité du désert. Majestueuse et silencieuse. Mystique presque pensa t-elle. Sarah Winston contemplait contemplait la Mer de l'Oublis avec une fascination déconcertante. Jamais elle n'avais vue une si grande étendue de sable de sa courte vie. A vingt sept ans à peine, elle avais déjà connue cinq planètes et cinq fronts différents, mais aucune ne lui avais offert un spectacle si grandiose. Des toundra gelées de Mall aux nuages de l'Ebouillanteuse de Phantine en passant par les jungles de Skoris et les plaines de Valhur. Et les océans de Krys. Les mondes de Sabbat étaient tous somptueux mais jamais aucun ne l'avais autant captivée. La Béatis avait bien choisie son recoins de l'espace. Les hérétiques aussi avaient du goût se surprit-elle a penser. Elle chassa cette idée de sa tête. Non les renégats n'avaient aucun goûts. Ils ne vivaient que pour reprendre l'horreur et la destruction sur les mondes de l'Empereur Dieu.
Sa radio crépita, la tirant ainsi de sa contemplation.
-Rapace Un à tous. Demi-tour par la gauche à mon signal. Conservez la formation. Top.
Sarah tira sur le manche en inversant la poussée de ses réacteur. Son appareil entama un virage serré a la suite des autres Vultures. Elle sourit en encaissant les G négatifs qui la plaquaient violemment a son siège. Une tâche sombre envahis progressivement sa vue jusqu'à ce qu'elle rétablisse enfin son aéronef. Sainte Sabbat qu'elle aimait voler. Un bref coup d' œil a son tableau de bord. Toutes les runes de contrôle affichaient une couleur verte. Aucun problème. Sa radio crépita à nouveau.
-Rapace Un à Rapace Trois. Votre virage était trop serré. Vous vous êtes trop rapprochée de Rapace Deux. Rétablissez la formation.
En grognant elle répondit.
-Rapace Trois à Rapace Un, bien reçu. Je corrige.
Sa joie à peine entamée, le lieutenant Winston baissa légèrement les gaz pour déceler afin de se laisser distancer de quelques mètres par Rapace Deux. Elle corrigea ainsi son positionnement. Désormais, devant elle, la forme de la colonne commençait à se profiler à nouveau sur l'horizon. Le canonnier de la Vulture tourna la tête vers elle, légèrement en contre-bas. Sa voix enrouée par l'abus de cigalhos lança, semblant lointaine par L'écho de la radio.
-Concentre toi petite, le Commandant aime pas trop quand quelqu'un ne respecte pas ce qu'il appelle un "vol artistique".
Sarah éclata de rire puis répondit à l'homme d'un ton affectueux.
-C'est noté Kephas.
L'homme tourna à nouveau la tête. La colonne défilais maintenant sous leurs yeux. Kephas Ish'Kyria était un major d'une quarantaine d'années, ou plus sûrement, qui volait avec elle depuis ses débuts dans l'aviation légère de la garde Impériale. C'était un vétérans de la vieille école, amoureux du travail bien fait et des bars clandestins des cités ruches. Il avait servit pendant vingt-cinq ans comme canonnier de Walkyrie dans les FDP avant d'être recruté par la garde. Cet homme se comportait avec elle comme un grand père. Pour tout dire, elle le considérait comme tel. Des rumeurs disaient qu'il aurais une fille de son âge si cette dernière n'avait pas été tuée par des hérétiques ayant envahis sa planète d'origine. Certaines disaient même que Sarah serait sa fille. Valhur. Sept ans déjà qu'elle était dans la garde et qu'elle avait quitté son foyer pour libérer sa planète et les mondes de Sabbat. D'un coup, sa joie s'envola. Le lieutenant Winston repensa a ses parents et sa petite sœur de dix ans. Dix sept ans. Elle a dix sept ans. Et elle n'est pas chez elle pour la voir grandir. Intérieurement, alors que les larmes brouillaient sa vue, elle se mît a maudire cette croisade et les responsables. Les ennemis de l'Imperium l'avaient arraché a son foyer. Ils méritaient tous de crever comme les immondes insectes qu'ils sont. Sa radio cracha une nouvelle fois. Elle ne compris pas sur le coup ce qu'il se passait mais remercia l'Empereur de lui envoyer une distraction pour ne plus penser a son ancienne vie. Désormais elle était de la garde Impériale. Elle appartenait a la plus grande force armée de la galaxie et prenait par a la grande croisade du Maître de Guerre Macaroth. La radio babilla a nouveau de manière agressive. Merde la radio! Sarah bafouilla.
-Mauvaise com', répétez.
-Rapace Un pour Rapace Trois! S'énerva le chef d'escadron. Tu vas te réveiller petite conne? On amorce la descente. On se pose sur le repère lumineux déployé par Opération. Pour la troisième fois, tu a compris?!
-Rapace Trois, bien reçus. Préparation a l'atterrissage. Terminé.
Me traiter de conne, pensa t-elle, quel crétin. Elle manipula la manette des gaz et se mît en vol stationnaire. A sa droite Rapace Un toucha la sol en soulevant un nuage de poussière puis Rapace Deux entama sa descente. De son côté, Sarah joua avec sa pédale de palonnier pour se tourner afin de se poser délicatement. Intérieurement elle se maudissait d'avoir fait aussi longtemps abstraction de ce qu'il se passait autours d'elle. En a peine quelques minutes ils avaient remontés trois kilomètres et avaient atteins le centre de la colonne. Une fois que la seconde Vulture eut touchée le sol, la jeune pilote amorça sa descente. Son appareil se retrouva soudainement englobé par un écran de poussière jaune. Sa visibilité baissa entièrement. Ainsi, Sarah se retrouva a faire confiance à ses appareils de mesure pour manœuvrer. La rune de collision hurla a mesure qu'elle se rapprochait du sol. Le piaillement de l'alarme fut de plus en plus régulier jusqu'à devenir un son continu au moment ou son aéronef toucha le sol. Après avoir posé sa Vulture, Sarah Winston éteignit ses moteurs. Le silence se fit puis la poussière retomba. Une équipe d'entretiens de l'aviation légère de la garde impériale se précipita vers les engins inertes en poussant les rampes d'accès pour leur permettre de débarquer. D'autres équipes amenèrent des chariots de munitions pour désarmer l'appareil. Enfin, un camion citerne s'approcha d'eux pour refaire le plein de prométhium gélifié. Le vieux Kephas ouvrit sa verrière. Le brusque changement de température assena un coup de poing au jeune lieutenant. Elle comprenait maintenant pourquoi les hommes a l'extérieur étaient tous en sueur. Lorsqu'elle ouvrit elle aussi sa verrière, la chaleur l'accabla aussitôt. Elle ne s'était pas rendue compte que l'habitacle pressurisé et refroidit grâce au système d'injection d'air que la température intérieure ne dépassait pas les vingt degrés contrairement a l'extérieur ou il régnait un bon quarante a l'ombre. Sarah retira son casque puis le laissa sur son siège a avant de descendre. Un des hommes de maintenance la félicita pour son atterrissage parfait auquel elle répondit par un sourire. Plus loin, elle vit Kephas discuter avec les canonniers des autres Vultures en s'allumant un cigalhos. Elle défit la boucle du col de sa veste puis l'ouvrir en entier. S'approchant d'un half-track de ravitaillement, elle aperçut le commandant de l'escadron Rapace s'avancer vers elle d'un air furieux. En se retournant, elle soupira, s'attendant au pire.
-Winston! Hurla t-il.
-Ouais, ouais mon comandant, je sais...
-Alors tu sais aussi que c'est la dernière fois que tu joue les écolières en vacances et que je te colle une interdiction de vol pour la semaine? Cracha l'officier.
-Quoi? Mais... Elle bafouilla, troublée. Erich, tu peut pas me faire ça.
-Ho si je peut! rétorqua ce dernier. Et cette sentence prend effet immédiatement.
-Erich, attend!
Le concerné ne répondit pas puis se dirigea vers un groupe de chimères hérissés d'antennes, gardées par une dizaine de véhicules Hydra et un Baneblade. Erich Salt, le commandant de fer comme on le surnommait était implacable. Sarah était bien forcée de le reconnaître. Rageusement elle retira sa veste de pilote grise puis la jeta au sol. Autours d'elle les équipes de maintenance s'étaient tues et l'observaient, les yeux ronds. Sarah défit son chignon puis laissa ses cheveux roux retomber en cascade. A côté du véhicule chenillé elle trouva un bac d'eau dans lequel trempait quelques gobelets en fer. Sans se soucier de quoi que ce soit, elle plongea les mains dans le liquide tiédît par la chaleur puis s'aspergea le visage en soufflant. Cette opération eut pour effet de la rafraîchir autant que de dissimuler les larmes qui lui montaient aux yeux. Ce fumier de commandant. Puisse t-il aller se perdre dans l'œil de la terreur. Dans son dos, les hommes de l'entretiens se remirent au travail en silence.
Accroché au half-track de couleur beige, elle trouva son sac opérationnel. Elle le souleva en constatant qu'elle l'avais un peu trop chargé puis le décrocha. Sarah Winston le jeta au sol puis défit les boucles en fer qui le fermaient, après quoi elle plongea sa main dedans pour en ressortir une casquette camouflée ainsi que son pistolet laser. Le pilote sans ailes enfonça l'arme dans un holster noir, a l'issue de quoi elle l'accrocha a sa cuisse gauche. D'un geste négligent elle enfonça la casquette sur son crâne. Tant pis pour le protocole pensa t-elle, si elle ne pouvais plus voler, elle n'avais rien a faire dans cette colonne. A ses yeux, être dans le ciel même si bas dans son aéronef de soutien était sa raison de vivre maintenant qu'elle sillonnait les mondes de Sabbat pour la Croisade.

Octavius retira son casque avec plaisir. Le vent balaya son visage trempé de sueur. Il déposa la protection complète qui recouvrais sa tête et son visage sur son énorme sac de campagne. Assis a côté de lui sur le plateau d'un camion bâché, d'autres hommes en firent autant. Octavius Septim sauta au bas du véhicule en soulevant un nuage de poussière. Au dessus de lui, trois Vultures passèrent en trombe, dont l'une d'elle semblait voler de manière erratique. Débarquants d'autres camions alentours, des gardes le saluaient. Tous semblaient dans le même état d'esprit: contents de s'arrêter enfin pour quelques heures. Des groupes d' impériaux se rassemblaient autours des camions du munitorum dont les agents débarquaient des citernes d'eau pour les hommes assoiffés. Le vent chaud balayait le désert brûlant. Cet air déplacé rafraichissait pourtant les âmes prises dans cette fournaise.
Après avoir perçu son eau, Septim laissa les agents lutter pour contenir l'empressement des gardes souhaitant boire. L'homme raccrocha sa gourde à sa ceinture. Des bruits de pas juste derrière lui attirèrent son regard. Un de ses homme se rapprochait vite, en portant une radio dont l'antenne lui battait l'épaule. Il engagea la conversation:
-Mon Capitaine, je viens de recevoir une com' de l'ALGI, y'a un Ish'Kyria qui demande à vous parler.
-Kephas? Il me veut quoi ce vieux fumier? Répondit l'officier.
-Il n'a pas mentionné. Il vous demande de le retrouver au PC mobile.
Octavius se passa la main sur la nuque puis fit volteface. Il regarda les antennes flottantes au vent. Le poste de commandement se trouvait aux pieds de ces relais. Il se dirigea alors vivement vers les tiges de métal qui émergeaient du convois. Un kilomètre. Ils étaient en tête de colonne bordel, le major avait intérêt à lui fournir une bonne raison de le faire se déplacer comme ça.
-Keld, commença Septim, préviens le lieutenant Genkt de pas repartir tant que je serais passé le voir.
-D'accord, j'annonce quel motif de visite?
En marchant, Octavius lâcha au sergent Finneas Keld:
-Demande en mariage.
Le vieux vétéran regarda une seconde son chef puis rattrapa ce dernier en courant. Arrivé à son niveau, alors qu'ils dépassaient un escadron de canons anti-aériens Hydra, Finneas activa le porte voix de son communicateur.
-Tête de colonne, tête de colonne, ici Berger.
La radio grésilla puis la voix d'un homme se fit entendre.
-Berger, ici tête de colonne, à vous?
Avant de reprendre, le sergent regarda son supérieur qui hocha la tête.
-A l'intention du Lieutenant Genkt, Shields of Terra, ordre de ne pas repartir. Le Capitaine tiens a parler au chef du blindé.
Une pause eut lieux dans la communication au moment où le duo passe a proximité de trois Baneblade. Les équipages semblaient bronzer sur la coque, allongés sur des bâches en toile. En attente de réponse, Keld observa avec appétit les œufs et les tranches de lard qui cuisaient sur le blindage surchauffé d'un des chars. La réponse parvint ensuite.
-Le lieutenant aimerais savoir le motif.
Inquiet, le sergent regarda Octavius qui saluait de la main un groupe de gardes qui semblaient nettoyer leurs fusils lasers puis répondit, légèrement sceptique.
-Demande en mariage.
Un long silence suivit cette réplique. La radio crépita enfin, laissant entendre la voix perturbée du manutentionnaire audio.
-Heu... Patientez Berger.
Nouveau silence. La voix perturbée de l'homme refit surface, des rires sonores semblant couvrir des coups de marteau sur une plaque en fer.
-Bien... Bien reçu Berger. Tête de colonne vous attendra.
Durant le temps que dura la communication, les deux gardes impériaux étaient arrivés a un Checkpoint. Ils furent arrêtés par une escouade de Kasrkyns portant comme eux les couleurs de Cadia. Rapide salut protocolaire entre les camarades du même régiment. Le chef d'équipe aborda ensuite Octavius.
-Oct', tu viens faire quoi ici?
-Un major de l'ALGI veut me voir, je sais pas pourquoi.
-T'a peut être engrossé sa copine?
Le capitaine rétorqua en donnant un coup de poings sur son épaule
-C'est ta mère que j'ai engrossé pauvre tâche va, c'est un amis qui m'a convoyé sur Skoris.
L'immense Kasrkyns éclata d'un rire sourd. Il fit signe a ses hommes d'ouvrir la barrière déployée entre deux Hellounds pour tenir l'accès au PC. Le capitaine et son sergent s'engagèrent dans l'espace où un Leman Russ aurais pu passer. Le mastodonte les salua une dernière fois.
-Bonne journée Papa dans ce cas!
Sans se retourner, Octavius salua son camarade d'un geste de la main. Comment s'appelait cet homme déjà? Il ne s'en souvenait plus. Il ne se rappelait que de leur formation de Kaskyns qu'ils avaient fait ensembles. Lui était resté simple caporal tandis que lui était passé capitaine. Saint Empereur, pensât-il, c'était y'a déjà dix ans. Keld et Septim contournèrent l'amas de Chimera et de Trojans faisant office de bureaux stratégiques. Une cour aménagée entre un Baneblade et plusieurs half-track du munitorum faisait office d'aire d'atterrissage pour les Vultures accompagnant la colonne. Trois appareils gris étaient posés la. Une fourmilière de serviteurs faisaient usage de leurs cervo-membres pour entretenir les engins. Entre eux, un prêtre mechanicus bénissait les aéronefs en agitant de l'encens alors qu'il babillait des prières. Toute cette activité donnait un brouhaha qui, à l'issue, était équivalent au fracas d'une escarmouche.
Un homme bourru âgé d'une cinquantaine d'années s'approcha du duo en écartant les bras. Septim enlaça le vieillard qui disposait malgré tout d'une force remarquable. Il se séparèrent rapidement, après quoi Octavius présenta a son amis le sergent Keld. Le Major engagea la conversation en les emmenant a l'écart du bruit.
-Alors fiston, lâcha t-il de sa voix enrouée alors qu'il s'allumait deux cigalhos. Comment tu te porte?
Il présenta a Octavius l'un des deux tubes a fumer.
-Très bien, et toi?
Le vieillard expira un nuage de fumée avant de reprendre.
-'Commence a avoir de l'arthrite , que veux-tu, même un garde à une date d'expiration, et moi j'approche de la limite.
Septim imita son vieil ami puis répondit.
-Alors demande a être muté dans les unités de formation.
-J'y songerais à l'occasion.
-Ouais, tarde pas trop. L'Empereur reprend toujours les âmes des gardes.
Il marqua une pause puis reprit.
-Kephas, pourquoi tu m'a appelé? Pas pour parler de ton arthrite j'espère?
Le canonnier éclata de rire puis reprit une bouffée de tabac synthétique. Il s'arrêta de marcher pour s'adosser a une citerne pleine de prométhium. Keld recula, inquiet à l'idée de voir un homme fumer près d'une cuve pleine de carburant.
-Octavius, j'ai un service à te demander.
-Nous y voilà. Je t'écoute mon ami.
-J'ai une jeune été brûlée à faire convoyer.
Octavius hocha la tête puis interrompit son camarade.
-Elle n'a pas d'aile ta colombe?
-Elle n'en n'a plus. Suspendue.
Un silence tomba. Lourd, aussi pesant que la chaleur du soleil. Le vent était tombé. Un oiseau noir passa au dessus d'eux. Loin de la forêt. Trop loin. Il allais sûrement mourir s'égara Octavius. Il revint ensuite a son interlocuteur.
-T'a pas trouvé mieux qu'une compagnie de combat pour s'occuper de ta poulette?
-J'ai surtout confiance en personne d'autre. Elle est comme ma fille.
-Ha je voit, c'est cette Sarah dont on a parlé la dernière fois?
-Ouais. T'accepte?
Le capitaine ignora l'air réprobateur de Keld puis répondit.
-Tu veux que je m'assure qu'elle se brosse les dents pendant le voyage? Et couchée a huit heures?
-Assure toi juste qu'elle survive une semaine et je la récupèrerait.
-C'est bon, va chercher le colis.
-Je te revaudrais ça fils.
avatar
Core Van Heim
Rôtisseur d'hérétiques

Messages : 32
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 23
Localisation : Chatbox, essentiellement.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Ly' (Chatbox version)

Voir le profil de l'utilisateur http://lysandder.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pluie de Prométhium, fuite de sang.

Message par Core Van Heim le Mer 13 Mar - 18:46

Voici la fin du chapitre 1 de mon roman (en cour et sans éditeur) "Pluie de Prométhium et fuite de sang"



-Demande en mariage, mon lieutenant, qu'y dit.
Elwin éclata de rire en même temps que Willy et Feuller. Devant la mine déconfite de son aide de camps, il répondit malgré tout au caporal.
-Dites lui que je l'attend Karim!
L'homme au teint basané acquiesça puis retourna dans le tank pour transmettre le message. L'officier se retourna vers ses comparses qui riaient encore. L'un d'eux lui tendit un cigalhos qu'il accepta avec joie. Il l'alluma à l'aide du briquet en fer blanc du sergent Hunt. Ils se tournèrent tous vers le désert pour voir passer un escadron de Sentinelles qui partait en reconnaissance. Leur démarche en canard donnait au véhicule marcheur l'image d'un insecte métallique hérissé d'armes et d'antennes de presque trois mètres de haut. Leurs pieds cruciformes laissaient de profonds sillons dans le sable. Très vite, les formes des engins marcheurs disparu en raison de leur camouflage de couleur désert. Quelques gardes impériaux creusaient non loin d'eux un trou pour positionner un mortier sous les beuglements d'un vieux sergent chauve. Un autre groupe avait débarqué des sacs de sable et mettaient en batterie un Bolter lourd en direction de l'étendue désertique.
-Toute cette opération, je la sent pas. Commença Lens. On évolue dans le désert au compas. Les Auspex ne repèrent rien d'autre que nos troupes et sont saturés par les animaux enfouis sous le sable. Si il y avait un ennemis, on le saurais qu'au moment où il nous canarderait.
-Te plaint pas, rétorqua Willy, on a des tanks nous, on est pas a pieds, c'est le pi.
Elwin l'interrompit brusquement.
-Sergent Hunt, une blague vaseuse, une seule, et je vous fait courir à côté du convois.
-T'es plus aussi drôle qu'avant mon capitaine! Se plaignit le menacé.
Le vent s'était levé à nouveau. La chaleur baissait légèrement alors que le soleil commençait a décroître. Les ombres s'étiraient de plus en plus. Intrigués, les impériaux levaient les yeux vers le ciel. Cette diminution de la chaleur et de la luminosité n'étaient pas normales. Surtout dans un désert. Le vent forcissait de minutes en minutes, charriant derrière lui des nuages d'un noir d'encre. Au cœur d'une puissante rafale qui soulevait un nuage de poussière, la trappe du Shields of Terra s'ouvrit brutalement. Au même instant, trois Vultures grises passèrent en trombe. Sur l'horizon, une sentinelle approchait, des flammes surgissant de son moteur.
Karim sauta de la tourelle puis, après avoir manqué de se casser une jambe, couru vers son officier supérieur.
-Monsieur! Opération demande a vous parler!
Genkt fit volteface, après quoi, il se rua vers le char en tournant la tête vers les deux sergents qui se précipitaient déjà vers leurs véhicules. Le capitaine escalada le Leman Russ aussi rapidement que possible et s'engouffra dans l'espace exiguë de la tourelle pour prendre place derrière la radio.
-Opération, Tête de colonne a l'écoute.
L'appareil de communication crépita puis une voix se fit entendre.
-Tête de colonne, Viktor Deux-Quatre a été prit à partie. Rapace viens de prendre les airs pour reco et interception.
-Bien reçu Opération, on viens de les voir passer. Je fait prendre position à Tête de colonne. Avons nous du soutiens, à vous?
Avant que la réponse ne parvienne, le Shields of Terra tremblaient. Le moteur repartait. L'équipage venait d'embarquer. Les runes de combat rouges plongèrent tout l'intérieur du char de combat dans une pénombre rouge. L'engin se mît en branle.
-Tête de colonne, l'escadron Un du XIII Mall doit tenir la ligne le temps que le XVI génie d'Amalis déploie les défenses destinées a notre FOB. Notre guerre commence ici capitaine!
-Bien reçu, Opération, je demande l'autorisation d'engager Berger dans la défense.
L'opérateur radio répondit à l'affirmative. Immédiatement, Elwin transmit l'information aux autres équipages de char. Son blindé se mît en route. Les cahots secouèrent l'habitacle quand le véhicule commença a escalader une dune de sable. Des grondements sourds semblables a des roulements de tambours inondèrent les capteurs audio du char. Sur l'écran de surveillance de son poste, Elwin Genkt vit les éclairs rosâtres percer le ciel. En à peine cent mètres, ils étaient au cœur d'une tempête. Le brouhaha des échanges radio amplifia puis cessa brusquement. Le chef du Shields of Terra essaya plusieurs canaux sans succès. Toutes les communications étaient mortes. Peter, le tireur hurla dans le micro de communication interne.
-Contact avant!!
Le silence se fit dans le véhicule en dehors du ronronnement du moteur. Elwin se leva de son siège pour se poster derrière l'Auspex de son tireur. Une dizaine de formes arachnoïdes progressaient vers eux. Nature mécanique signait le détecteur. A deux cent mètres devant eux, Genkt vit les véhicules marcheurs noirs émerger de derrière une bute.
-Defilers!! S'entend dit-il crier.
Le sol trembla. Un rayon bleu glacial qu'il savait pourtant brûlant comme un soleil partit de sa droite. Un des destroyers, le Sabbat Wrath, déduit-il vu la position, venait d'ouvrir le feu. Une des machines adverse se vaporisa. En résulta une détonation sourde et blanche suivie d'une explosion qui donna l'effet d'un fruit trop mur s'éclatant sur le sol. Sur sa gauche, le Lucky Shoot de Hunt tira a son tour. Le rayon plasma arracha l'une des pattes du blindé marcheur ennemis qui tituba avant de s'affaisser sur le sol en pliant sa tôle. Le cervo-moteur de la tourelle de son propre char s'activa. Peter Hedding aligna son viseur sur un des Defilers qui dévalaient maintenant la d'une. Cent cinquante mètres, cria t-il. À peine eut-il fini de parler qu'il pressait la manette de tir. Le Shields of Terra trembla dans un tonnerre assourdissant. Les deux auto canons jumelés du blindé crachèrent leurs obus. Alors qu'un des tubes rechargeait automatiquement, le second tirait. Une véritable pluie d'acier partit du Leman Russ dont l'habitacle sentait le brûlé à mesure que les douilles utilisées emplissait l'espace de la tourelle. Elwin ramassait les étuis de calibre lourd puis les jetait dans une trappe pour les évacuer, les yeux rivés sur l'écran de contrôle. Il voyait le sable se soulever tout autours d'un des marcheurs. L'acier de son blindage pliait a chaque impact. Soudainement, son moteur prit feu. Les flammes gagnèrent rapidement une soute de munition ou encore un réservoir de carburant. La machine habitée par le démon sursauta puis explosa de l'intérieur en un bouquet de lumière ardente. L'explosion toucha un autre Defilers qui fut haché menu par les débris de son ailier. La rafale lâchée par Peter gagna l'engin endommagé. La multitude de Bolts lourds secoua le marcheur qui tituba avant de reprendre sa route. Une des quatre pattes du véhicule se plia, l'envoyant ainsi au sol. Deux autres tirs lui arrachèrent un morceau conséquent du corps du démon mécanisé. Le reste explosa. Sur les trois heures des blindés renégats, un escadron de Vulture passa en rase motte. L'appareil de tête lâcha une grappe de missiles qui fauchèrent deux marcheurs en pleine course, les criblants de Shrapnels. Leurs carcasses s'écrasèrent lourdement sur le sable en générant un nuage jaunâtre. Un deuxième aéronef perfora un troisième Defilers de tirs lasers dont l'intensité fit fondre le blindage noir de sa proie. Le marcheur démoniaque fit quelques pas avant de s'embraser subitement pour finir sa course sous la grêle de missiles lâché par la troisième Vulture, ce qui eut raison de lui lorsqu'il explosa violemment.

-Mais lâchez moi! Hurla Sarah.
Octavius ne répondit pas, la guidant en courant à travers le convois en proie à la panique. Il la maintenait à moitié courbée, une main sur sa tête, faisant office de bouclier. Tout autours d'eux, des gardes impériaux couraient vers des véhicules qui essayaient de se dégager d'un véritable bourbier. Depuis cinq minutes qui lui semblaient durer des heures, Sarah courrait droit vers l'enfer. Tout le convois subissait un barrage d'artillerie. La fumée bouchait le ciel pourtant déjà encombré par les nuages orageux. Tout autours d'eux, les explosions fauchaient véhicules, hommes valides et blessés sans distinction. Un véritable bourbier. Le pilote criait a chaque explosion, totalement effrayée par le martèlement constant du bombardement. C'était donc ça la guerre. Son cerveau affolé analysait les informations qu'il recevait aussi vite qu'il pouvait. Machinalement, elle se laissait guider par les deux gardes Impériaux qui étaient sensés la convoyer jusqu'à ce qu'elle reprenne les airs. Non elle ne retournerais jamais la haut. Personne ne pouvais survivre a un tel rouleau compresseur. L'enfer, si il devait être matériel, il ressemblerait a ce qu'elle vit maintenant. Durant des années, elle avait contemplé le même spectacle depuis les airs, souvent responsable du même cataclysme a cause de ses armes embarquées. Elle en avait la nausée.
-Berger, Berger, ici Octavius. Hurlait l'officier qui la maintenait désormais au sol pour la protéger des tirs et des projections.
-Finneas, reprit-il, les com' sont a terre, faut rejoindre l'front maintenant!
Son radio hocha la tête en se protégeant le visage avec son bras alors qu'un banc de fumée s'approchait d'eux. Sarah s'insurgea.
-Mais vous êtes dingues? On va pas aller la bas, c'est déjà assez dangereux comme ça!
Le capitaine Septim la dévisagea quelques secondes puis posa sa main sur la cuisse du pilote pour retirer son pistolet laser de son étuis pour le lui mettre dans les mains. Il lâcha ensuite.
-Tant qu'à ce que vous soyez en danger, autant l'être avec des gens pour vous protéger mademoiselle Winston et que vous soyez en mesure de le faire seule.
La jeune Valhurienne voulu rétorquer mais une nouvelle détonation la secoua jusqu'aux os. Elle ouvrit la bouche pour éviter a ses dents d'éclater sous la pression de l'air. L'espace d'un instant, elle vit un sourire se dessiner sur l'homme qui venait de l'intégrer a son unité de force.
-Comme sur Sepherith mon pote! Criât-il a l'intention de Keld.
-Oui monsieur, en moins bruyant cependant!
Les deux hommes échangèrent un rire couvert par le tumulte. Une nouvelle explosion secoua le sol près d'eux. Leur attitude changea du tout au tout. En une seconde, ils apparaissaient comme des fous, maintenant, Sarah avait l'impression d'avoir des hommes différents face a elle.
-Sergent Keld, vous avez identifiés le calibre?
L'homme regarda le ciel quelque secondes en suivant des yeux la trajectoire incandescente d'un autre obus avant qu'il ne pulvérise un transport Chimera.
-Du Quatre-Vingt Dix monsieur. Probablement des obusiers de campagne.
-C'est ce que je pense aussi.
La nouvelle garde regarda les deux soldats en écarquillant les yeux. Leurs phrases étaient courtes, rapides, précisent. Ils semblaient calmes et sur d'eux. Elle, elle était effrayée elle retenait des larmes, regrettant d'avoir quitté son foyer. Jamais elle ne se serait engagée si elle avait su qu'un jour elle serait si proche de la mort sans pouvoir rien faire.
-Sergent, trouvez nous un itinéraire jusqu'à la ligne de front.
Le sous officier acquiesça.
Octavius passa son fusil radiant laser devant lui puis activa les cellules d'énergie. L'arme émit un petit ronronnement alors que dans son dos, le boîtier d'alimentation émit une douce chaleur. Doux euphémisme, pensa Winston. Malgré le vent frais et le soleil masqué, le désert demeurait une véritable fournaise. Elle reposa son regard sur l'officier quand il repris la parole.
-Garde Impériaux, la guerre pour Amalis débute ici pour nous!
Le sergent Keld répondit aussitôt.
-Puisse l'Empereur nous protéger de l'ennemis et de nos petites amies.
Et du capitaine de répondre.
-Amen.
Après ce rapide échange, Finneas Keld se releva. Un obus secoua le sol a dix mètres devant le trio.
-Dix secondes pour traverser!! Hurla t-il.
La Valhurienne commença a se lever quand Octavius lui attrapa le bras puis la poussa en avant, se lançant à sa suite dans une course éperdue pour traverser la désolation de la colonne prise sous le barrage d'artillerie. Sur leur droite, un char Leman Russ explosa. Une plaque de métal vola pour sectionner proprement un garde vêtu d'un uniforme de Tallarn. Ce dernier bâtit des bras quelques secondes avant de s'immobiliser dans une flaque de sang. Sarah fit une erreur qui allait lui coûter la vie. Le sifflement caractéristique d'un obus approchant se fit entendre. Tétanisée par la vision du l'homme coupé en deux, elle ne pensa pas à s'enfuir. La charge explosive fusa vers elle. Un cri. Une pression. Elle vit Keld la pousser. Son coude heurta violemment le sol. Le choc la ramena a la réalité. Ses yeux se posèrent sur le sergent qui courrait désormais vers elle. Le sol trembla alors qu'une explosion creusait un cratère à la place qu'elle occupait quelques secondes avant. La fumée retomba rapidement, balayée par les vents. Le sergent avait disparu. Une légère brume rouge flottait autours d'elle. Un objet mou et chaud lui tomba sur le visage. Un morceau de chair humaine. Sur le sol, éparpillés sur une dizaine de mètres, de nouveaux fragments de corps jonchaient à nouveau le désert parmi tant d'autres. Une main agrippa son col et la leva de force. Ses yeux se posèrent sur ceux de Septim qui regardait l'endroit où se tenait son ami peut de temps avant. Il entraîna sans un mot, en direction d'un amas de véhicule qui remontaient vers la provenance des tirs, le pilote encore choquée par ce qui venait de se passer.

-Contact sur nos Trois heures!!
Karim meuglait dans le haut parleur du char pour prévenir l'infanterie qui grouillait maintenant autours de l'escadron des chars de Mall. De temps à autres, il actionnait la manette de tir du canon laser de coque quand un véhicule passait dans son viseur. Elwin aperçut le Lucky Shoot trembler sous une grêle d'impacts de balles à travers l'écran de contrôle de son char. Ce dernier pivota avant que son long canon n'ouvre le feu. Le rayon bleu traversa le champs de bataille pour frapper un char qui se souleva pour finir par se retourner dans une violente explosion. Le Lieutenant Genkt donna un coup de pieds au siège de Garrik Fledje, le pilote du Shields of Terra. Ce dernier enfonça la pédale d'accélération. Le blindé trembla puis s'élança. À travers la verrière blindée de sa monture, le soldat Fledje voyait défiler le sol noircit par les explosions et parsemé de carcasses de chars ainsi que des corps de soldats ennemis.
Plus haut, dans la tourelle, Peter beuglais en tournant les manivelles pour manœuvrer ses canons. Ce jeune conscrit transpirait sous les effets du stress. Issu de Mall comme tous ses camarades, il sortait à peine de l'académie. Son premier affrontement. Il se devait d'être irréprochable pour assurer sa survie et celle de ses camarades. L'ozone qui emplissait sa tourelle témoignait de ses efforts, il en était convaincu. L'Empereur soit témoin qu'il ne laisserais aucun blindé ennemis atteindre le Shields of Terra. L'oxygène s'étant raréfié pour laisser place aux fumées de combustions de toutes les munitions qu'il tiré, il avait passé sur son visage un masque à gaz. Plus bas, Blaise, son camarade de promotion était accroché au Bolter lourd dans la tourelle de droite. Les rafales qu'il lâchait emplissaient l'habitacle d'un aboiement sourd. Le capitaine Genkt rejoignit la tourelle gauche pour faire cracher la seconde mitrailleuse. Sur son viseur, le tireur de l'arme principale du Leman Russ, pouvait voir les lignes de tirs des mitrailleuses du véhicule faucher des rangs entiers d'hérétiques cherchant à gagner le couvert de chars renégats détruits. Un nouveau véhicule fit son entrée dans son champs de vision. Sa masse allongée surplombée d'une tourelle à l'arrière finissait de le rendre identifiable. Un transporteur d'infanterie. En pestant, il fit pivoter légèrement sa tourelle pour aligner ses organes de visée sur le véhicule lancé à pleine vitesse dans la tourmente de la bataille. Avant de tirer, il jeta un œil aux bandes de cartouches reliées aux auto canons. Tout était en place. Désormais verrouillée sur le mouvement du char adverse, la tourelle tournait seule afin de garder les senseurs pointés sur sa cible. Rompu par des mois d'entraînement, Peter Hedding calcula rapidement la déflexion de la pente puis ouvrit le feu. Le premier tube recula afin d'éjecter sa douille vide. Les gaz le ramenèrent en avant, rechargeant automatiquement le canon tandis que le deuxième qui venait de tirer reculait. Ainsi de suite, le char délivra une rafale d'obus anti chars sur le blindé hérétique. Les ogives frappèrent la coque ocre en mouvement, creusant des trous béants dans la carlingue. Une explosion secoua de l'intérieur le transport qui fini par chasser sur la gauche en tournant avant de se retourner puis d'effectuer un tonneau, offrant le dessous de son châssis, vulnérable, aux tirs des Bolters lourds du Leman Russ. Karim Ben Balya, né sur Mall, originaire d'une famille composée d'un Tallarn a la retraite et d'une autochtone, vit immédiatement le tir d'opportunité qui s'offrait à lui. Sa main empoigna la crosse du canon laser qu'il maniait puis aligna ses viseurs sur le châssis exposé de sa proie. Son doigt se referma sur la gâchette. Le canon tressauta quand le rayon laser transperça le ventre du char. Durant une à deux secondes, rien ne se passa. Soudainement, une trappe s'ouvrit. L'appel d'air qui s'en suivit fit exploser l'engin qui se dispersa aux quatre coins du désert. Quelques fragments rebondirent contre la carlingue du Leman Russ dans une série de tintements.
Entre temps, Garrik avait stoppé la progression du char d'assaut. Il s'était positionné au sommet d'une nouvelle proéminence sablonneuse. Les deux autres chars de l'escadron étaient toujours aux côtés du Shields of Terra. Cependant, le Lucky Shoot affichait quelques brûlures sur son blindage et le Sabbat Wrath accusait le contre coup d'une roquette. Son flanc droit était enfoncé et partiellement arraché, risquant ainsi d'exposer sa coque et son châssis aux assauts ennemis. Après leur arrêt, quelques transports Chimera rejoignirent leur position au sommet de la bute, tous feux allumés. La seule lumière présente était celle des explosions, des tirs et des flammes. Les projecteurs des blindés guidaient les tirs de l'infanterie aussi bien qu'ils attiraient ceux de l'ennemis. Dans leur dos, ils étaient loin de se douter que la colonne était bien malmenée par un ennemis qu'ils ne voyaient pas encore.

Octavius avait fini par remonter vers la tête de colonne. Des Chimera en feu, quelques chars d'assaut, des camions et des sentinelles jonchaient le sol vitrifié par endroit sous l'effet des tirs. Un nombre difficilement calculable de fantassin, des centaines se risquerait à annoncer l'officier, entouraient les différentes carcasses de véhicules. Dans leurs dos, le bombardement se poursuivait avec autant de violence qu'à ses débuts. Quelques Basilisks, ces longs canons d'artillerie montés sur des châssis de Chimera vinrent se positionner près d'eux. Un véhicule tout terrain revint de la ligne de front qui avait avancée de trois cent mètres durant les vingt dernières minutes avant de se stabiliser au sommet d' une bute calcula t-il. Par groupe de trois, les véhicules d'artillerie prirent position. Des half-track du munitorum déboulèrent a toute vitesse de l'enfer du bombardement, miraculeusement indemnes. Les équipages commencèrent a s'affairer autours des plates formes au moment même où les freins hydrauliques des hybrides mécaniques stoppèrent la progression des engins. Entre-temps, le roulement des tirs s'était éloigné. Plus le temps passait, moins les obus tombaient. Malgré tout, le fracas des affrontements de la ligne de front parvenait à leurs oreilles. La clameur des combats était de plus en plus forte. L'ennemis venait de lancer un nouvel assaut sans doute, pensa Octavius. A ses yeux il était primordial de rejoindre la zone des combats pour faire ce que l'Empereur lui commandait de faire depuis des années: lutter encore et encore contre le Grand Ennemis. Il s'apprêtait a chercher un moyen de transport quand il vit Winston, assise en boule contre un véhicule. Deux Medicae s'affairaient autours d'elle à la recherche de blessures. Il se mît en tête qu'elle était juste choquée par le bombardement et que, prise en charge par le corps médical, elle ne risquerais plus grand chose. Un boulet en moins soupira t-il en se dirigeant vers le tout terrain garé près d'une carcasse de Leman Russ.
-Hé!
L'appel fusa comme un boulet de canon. Septim s'arrêta en retenant un juron.
-Attend moi!
Le capitaine fit volte face pour se plante face à Sarah qui arrivait vers lui, un fusil laser dans une main, un gilet pare-balle dans l'autre ainsi qu'un casque trop grand jeté sur sa tête, sûrement empruntés a un blessé ou un mort.
-Mademoiselle Winston, vous croyez aller où comme ça?
La jeune femme se posa face à lui, légèrement tremblante mais le regard évidemment décidé.
-Bah je viens avec toi! Lâcha t-elle.
Le Cadien secoua négativement la tête.
-Comment ça non?
Elle gonfla les joues puis reprit.
-Je viens, et c'est pas négociable! T'a compris?
Octavius ravala une insulte puis rétorqua aussi calmement que possible.
-On dit mon Capitaine quand on s'adresse a moi. Vu? lieutenant?
La jeune femme se contenta d'agiter son gilet pare-balle sous son nez.
-Je suis pas sous t'es ordres, tu doit juste me garder en vie.
-C'est justement ce que je fait! Restez avec les Medicae et laissez moi faire mon devoir miss Winston. Vous serez en sécurité ici.
-Hé ho, arrête ton baratin. Tu vas y aller comment à ton front la? À pinces?
En soupirant, Ocatvius Septim pointa avec son fusil la jeep. Sarah lui ria presque au nez.
-Je viens de parler au conducteur. Il retourne pas la bas gros malin.
-Hein?
-Hein? Ricana t-elle. Il va vers le Pc. Rapport de situation qu'y dit l'autre.
-Et alors? Trois cent mètres c'est pas la mort.
-Rectification. Trois kilomètres.
Octavius ouvrit la bouche pour répondre mais le pilote ne lui en laissa pas le temps.
-L'bruit il porte loin. C'est comme sur Valhur, pas beaucoup d'obstacles donc on voit loin et on entend loin. Et tu te dit vétéran?
L'officier soupira avant de déclarer forfait.
-D'accord, vous avez gagné lieutenant. C'est quoi le plan?
Elle bomba le torse par fierté avant que le casque ne lui retombe sur le visage.
-Une Walkyrie part dans cinq minutes pour amener du personnel médical, des munitions et de la nourriture. Le pilote est un ami, il va nous prendre en taxi.
L'homme soupira une nouvelle fois avant de regarder en direction des Medicae.
-D'accord Winston. Vous venez mais si je dit quelque chose, vous obéissez!
Sarah exécuta une parodie de salut militaire avant de répondre.
-Oui capt'aine!
Octavius grogna avant de faire demi-tour.
-Tant qu'à être en danger, autant l'être avec des gens capable de me protéger non?
Conclu alors le pilote en riant.
Devant eux, le ciel se dégageait de ses fumées et nuages qui empêchaient la chaleur du soleil de les attaquer. Le vent au sol était tombé mais en hauteur, il soufflait encore, chassant les masses noires de la guerre. Un vol de corbeau, l'Empereur Seul dans Sa Grande Sagesse sait comment ils ont fait pour survivre si loin de tout.
avatar
Core Van Heim
Rôtisseur d'hérétiques

Messages : 32
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 23
Localisation : Chatbox, essentiellement.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Ly' (Chatbox version)

Voir le profil de l'utilisateur http://lysandder.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum