...Dhra's World...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

...Dhra's World...

Message par Dhragane le Mar 26 Oct - 22:49

Je vous salue, nobles aventuriers au courage frôlant la témérité !
Apercevez-vous ce petit village au loin, niché confortablement dans les recoins tortueux de mon cerveau dérangé ? Et bien oui, comme vous l'avez sans doute deviné, c'est là-bas que s'abritent une bande de joyeux énergumènes habitants le monde des douze.

Je peux vous faire visiter, si le cœur vous en dit. Je préfère cependant vous mettre en garde : tous ne sont pas des gens recommandables, loin de là. En général, ils ne mordent pas, mais... restez prudents, on ne sait jamais.
Bien, nous y allons ?

Ah... sentez-vous la fraîcheur bienfaisante du soir ? C'est à cette heure-ci qu'ils sont le plus visible... en journée, ils se savent observés. Ils se présentent sous leur meilleur jour. Mais maintenant...

Tenez, pour commencez, laissez-moi vous parler de Rhadamente Rougecœur, cette jeune disciple de Iop de seize ans, toujours munie de sa fidèle hallebarde. Elle ne réfléchit pas plus que n'importe quelle Iop, est d'une naïveté et d'un optimisme à toute épreuve, mais prenez garde tout de même : c'est loin d'être un chevalier au cœur pur. Dès qu'elle peut trancher qui que ce soit en rondelle, elle n'hésite pas...
Pour ce qui est de ses origines, on est sûr de rien. Il semblerait qu'elle soit issue d'une famille haute gradée des Dernières Sentinelles. Mais elle a quittée tout ça bien vite. À moins qu'elle n'y ai été obligée ? Enfin, ça n'explique pas comment elle est arrivée ici.
Ah, ça ? Oui, vous la reconnaitrez facilement... une grande iopette mince aux cheveux rouge sang, au teint très pâle et aux grands yeux blancs cernés de noir. Sa tunique est noir et blanche, ses bas blancs, et ses bottes noires... oui, tout simplement. Tout cela dégouline en général de sang. Ça la rend plus visible, je suppose.

... Là, sur le toit... vous l'avez vue ? Oui, sans doute pas, ça n'est pas comme si elle cherchait vraiment à être discrète... C'était Réglisse Sucresang, une petit Sram de quinze ans qui raffole des sucreries, mais aussi de toutes sortes d'objets farfelus. Elle est affreusement curieuse... mais aussi farceuse, en permanence surexcitée, et... très étourdie, maladroite, toujours dans la lune... en temps que voleuse, ça lui pose quelques problèmes, il faut l'admettre. Enfin, elle doit bien faire avec ! Depuis toujours, dans sa famille, on est Sram de génération en génération, et si on ne peut pas vivre de son butin... personne ne risque de vous venir en aide.
Vous l'avez manqué de peu, mais si vous la recroisez, aucun risque de vous tromper : une fillette maigre et pâlotte, des cheveux noirs de jais qui lui tombent en une longue frange devant les yeux (on se demande d'ailleurs comment elle peut voire quoique ce soit... ?). La discrétion n'est pas son truc, ça se voit tout de suite : elle porte une longue écharpe rouge dans laquelle elle se prend régulièrement les pieds, un court manteau indigo, des guêtres rayées de violets, des bottes et des gants noirs.

Aaah... tiens, nous approchons du cimetière. Peut-être va-t-on croiser Faustinne Sombreumède... ?
C'est que... ah, oui, je ne vous en ai pas encore parlé, de celle-là. En apparence... hum... c'est une jolie petite Eniripsa de 17 ans aux joues remplis et au teint rosé. Ses cheveux sont courts et blancs comme la neige, et ses yeux sont d'un bleu profond. Elle porte une jolie petite robe noire ornée de cœurs à l'envers stylisés, et porte toujours des gants blancs sur elle. Ses pieds sont enfermés dans des chaussures noires et simples laissant entrevoir un bout de chaussettes blanches.
Cependant, on ne peut pas non plus dire qu'il soit vraiment souhaitable de la rencontrer. Contrairement à la plupart des Eniripsa, elle se concentre sur des sorts offensifs (et sur le maniement de son long couteau fétiche), et n'a choisit cette Déesse qu'elle hait dans le seul but de pouvoir, un jour, ressusciter sa famille, décimée par une épidémie qui a décimé son village quand elle était enfant. Immunisée par nature contre cette maladie, elle fait parti des quelques rares survivants de cette catastrophe, et cet objectif fou qu'elle s'est fixé est maintenant sa seule raison de vivre... d'ailleurs, cela se ressent dans son caractère : plutôt froide, ironique, râleuse, irritable, renfermée... elle ne parle pas facilement d'elle et n'aime pas la compagnie en général. Du moins est-ce ce qu'elle veut faire croire... ah, et elle est très intelligente, bien qu'elle n'aime pas en faire profiter les autres...

Tiens ? Vous voyez cette lumière allumée, là-bas ? Oui, cela provient de cet imposant manoir.
Ça doit être Rapunzel Frage et son inépuisable soif de lecture... Oui, c'est plus ou moins l'habitant le plus sain d'esprit de la ville. Un Féca, la vingtaine, de taille et de corpulence moyenne, blond comme le blé. Jamais coiffé, il n'a qu'une ridicule petite queue de cheval à l'inutilité flagrante. Là, il doit porter de petites lunettes par-dessus ses grands yeux bruns, mais ce n'est pas permanent. Sa tenue est assez aléatoire, le grand manteau grisâtre et rapiécé dont il ne se sépare jamais mis à part.
D'ailleurs, quand on y pense, les histoires qui circulent sur ce manteau ne sont pas banales... si l'on en croit les rumeurs, Rapunzel appartenait autrefois à une famille de nobles. Il aimait sa jeune sœur plus que tout, une jeune fille chaleureuse et douce aux longs cheveux blonds. C'est à elle qu'apparentait autrefois ce magnifique manteau bleu roi qui attirait tant de convoitises... après, tout est un peu flous. Les plus optimistes racontent qu'elle l'offrit à son frère après avoir trouvé le bonheur pour qu'il lui porte chance comme à elle. Certains disent qu'elle fut kidnappée et que ce fut tout ce qu'elle laissa derrière elle, laissant à Rapunzel le soin de la retrouver. D'autres encore prétendant qu'elle périt dans une attaque de barbare qui réduisit le château en cendre, et que le manteau bleu fut tout ce qu'on put retrouver d'elle. Bien sûr, rien ne prouve que la moindre de ces rumeurs soit fondée, et moi-même, je reste assez septique quant à toutes ces histoires, mais toujours est-il qu'il garde toujours précieusement ce vieux machin délabré. D'ailleurs, c'est assez incroyable qu'il ai réussit à le garder dans un état à peu près potable... il faut dire qu'il est particulièrement soigneux, perfectionniste, voire maniaque... mais il se garde bien de le montrer : en apparence il est toujours d'une froideur extrême, sec, sur la défensive... un peu parano, peut-être.

... Tenez, vous n'avez rien senti... ?! Mais si, je suis sûre que le temps viens de s'arrêter... !
Moui, bon, peut-être avez-vous raison, au fond, je me fais des idées... mais j'apperçois Coralinne Feraillon, non loin, et cette disciple de Xelor de treize ans à peine n'a pas son pareil pour stopper le temps ! En effet, cette jeune fille, orpheline, n'a hérité qu'une chose de ses parents : une montre. Son père, horloger, l'avait confectionné spécialement pour sa mère en guise d'alliance avant de la demander en mariage. Malheureusement, la mère de la jeune fille est morte en accouchant, et son père ne s'en est jamais remit... on ignore où il est allé, mais il a quitté le village au lendemain de la naissance de son enfant en ne laissant que cette montre. Très tôt, donc, Coralinne s'est passionnée pour les horloges, et tout ce qui indiquait l'heure. Et pour leur fonctionnement. Ainsi, ne connaissant que ça, elle s'est mit à rechercher des mécanismes partout, même chez les êtres vivants, et à se repérer, à socialiser grâce à cela. Bien sûr, quand on le sait, on a du mal à tisser des liens avec elle, mais elle se montre vraiment charmante sans la moindre difficulté !
En plus, il faut bien l'avouer, elle n'a rien d'effrayant. Elle est plutôt petite pour son âge, et d'une maigreur bien visible sous ses bandages grisâtres et sombres. Son casque, d'une blancheur étincelante, ne recouvre que le haut de son visage, ne descendant pas au dessous de ses yeux. Des bandages tombent en mèche du haut de son crâne et descendent ainsi jusqu'à ses épaules. Le reste de son armure donne une impression de "trop grand et large" pour elle, renforçant l'impression de fragilité qui émane de cette jeune personne.

Aaah... je pense que nous en avons fini. Maintenant, si je puis me permettre un conseil, prenez vos jambes à votre cou avant l'emménagement de nouveaux habitants... et puis, je peux bien l'avouer : je ne suis pas toujours tout à fait saine d'esprit non plus. ^^ - C'est bien de l'avouer, c'eeeest... un premier pas pour le corriger... ! - C'est ce qu'on dit. J'ai toujours su que j'avais un problème, ça ne m'a jamais aidé... - Et nous donc...
... ... ... Pardonnez-moi. Oo Monologue, ça me prend régulièrement... vous disiez ?

avatar
Dhragane

Messages : 229
Date d'inscription : 10/10/2010
Age : 22
Localisation : Quelque part à mi-chemin d'un sentier montagneux. Mais allez savoir, avec ce brouillard tenace qui couvre tout le mont, peut-être n'en suis-je encore - qu'aux tout premiers pas !

Feuille de personnage
Nom des personnages: Rhadamente Rougecoeur (quoique je ne l'ai pas joué depuis un moment... xX'), Placebo, le Dr. Victor Valentin Varnel... je vais me contenter des plus actuels.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum