[FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Lord Penguin le Lun 30 Sep - 21:53

Yo !
Watashi wa dare mo shiranainode, watashi wa kuru. Watashi wa Lord-Pen... Euh, je reprends.
J'me présente vu que je connais pas tout le monde. Je suis Lord-Penguin. Avec un Lord comme les nobles et Penguin comme les pingouins, pour ceux qui auraient pas fait le lien Wink.
Premier post sur le forum, je me devais d'arranger une lacune de votre univers et j'ai décidé de commencer par une fic (je compte faire le minimum de chapitres possibles, juste l'essentiel) qui sera suivie d'un topic expliquant tout sur le sujet.


Assez blablaté, j'envoie le prologue :b


PROLOGUE :


-Tu penses réellement pouvoir me vaincre ? Vous autres n’êtes bons qu’à nous servir de repas.

-C’est ce que vous dites tous… Au début.

Il m’avait répondu cela d’un ton calme et assuré...
Puis m’avait vaincu.

Je me souviendrai toujours de son regard compatissant… Ces yeux qui me disaient : « Ne vous inquiétez pas, mon cher ami, je vais vous remettre sur le droit chemin… Mais cela risque d’être légèrement douloureux ».
Ces yeux alors qu’il me tailladait de tout part, vif comme la foudre. Alors qu’il me trainait, enchainé, le long de la route. Alors qu’il m’exposait sur la place d’Orrigan, à la vue de tous. Alors qu’il m’amputait violemment d’une aile, membre qu’il jeta ensuite à la foule. Alors qu’il enfonçait son bras dans ma gueule béante, maintenue par un rétracteur, et en arrachait les glandes parotides. Alors que je hurlais et que les acclamations de la foule couvraient ma voix.

Pourtant, ma haine infernale est freinée par un autre sentiment.
Du respect.
Au fond de moi, je respecte cet homme qui m’avait vaincu... C’est exactement ce qu’il disait :

« Vous autres dragons, vous n’attendez qu’une chose. La défaite. Ce n’est qu’à cet instant que votre existence débute réellement. »

En vérité, il est comme mon père... Celui qui m’a donné naissance, qui m’a donné un nom.


Dernière édition par Lord Penguin le Lun 23 Déc - 14:04, édité 1 fois
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 622
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Lord Penguin le Mar 1 Oct - 20:49

Et voilà ça commence vraiment. C'pas bien long, mais bon Noël.



CHAPITRE I :


En ouvrant les yeux, je ne vis rien. C’était l’obscurité la plus complète, les ténèbres totales. Au fond de moi, ce sentiment d’avoir oublié quelque chose d’essentiel, d’avoir quitté un être cher… Tout en le gardant à mes côtés. Mais cette sensation étrange s’effaça rapidement, remplacé par une irrépressible envie. Un besoin de m’enfuir, de voler entre les cieux et les cimes. Un besoin de liberté.
Comment savais-je ce qui se trouvait à l’extérieur ? Je l’ignore et cela m’est égal. Je voulais juste sortir de ce trou.

Alors, je me mis à bouger. Mon corps me sembla d’abord trop massif, mais rapidement, je m’y habituai. Je prenais conscience de chacun de mes membres, chacun de mes muscles, chacune de mes écailles. Je sentais le sol rocailleux sous mes pattes, l’air ambiant, humide et étouffant. Je sentais les battements de mon cœur, le sang qui s’écoulait en moi, mon souffle qui se stabilisait. Je percevais même de l’énergie. Une sorte de puissance, immatérielle, qui m’enveloppait et s’évanouissait lentement. Toutes ces sensations m’étaient à la fois nouvelles et familières…
Puis soudain, avec une aisance qui me déconcerta moi-même, je pris mon envol. D’un puissant battement d’aile, je me propulsai et fonçai toujours plus haut, à l’aveuglette. Je sentis pendant de longues minutes le frottement des pierres sur mes flancs, mais ce n’était pas douloureux, loin de là.
Finalement, accompagné d’un léger bruit de craquement et projetant des morceaux de roches à mon passage, j’arrivais à la surface. Mes yeux s’écarquillèrent alors que je fixais le soleil à son zénith, brillant de mille feux. Son rayonnement me brulait la rétine, c’était aussi ça d’être en vie, mais je m’y habituais rapidement et pu distinguer les terres qui s’étendaient à mes pieds. Je me trouvais au-dessus d’une longue ligne de montagnes, toutes plus hautes les unes que les autres et dont les sommets atteignaient les nuages. Nuages qui disparaissaient tout simplement à l’Ouest de la chaine, où s’étendait une vaste étendue de sables arides et stériles, frappés de plein fouet par le puissant astre solaire. De l’autre côté, des plaines verdoyantes à perte de vue, parsemées d’arbres ci et là et faisant l’étalage d’une multitude de nuances de vert.
Tout en observant ce qui m’entourait, je commençai à m’éveiller aux joies du vol acrobatique. Instinctivement, je me plaçai dans le sens du vent, je battais mes ailes indépendamment l’une de l’autre, à un rythme irrégulier, valsant dans les nuages. Une fois ma frénésie calmée, je m’attardais sur la montagne qui m’avait vu naitre. Elle était particulièrement inégale, sa surface n’étant qu’une succession de creux et d’avancées rocheuses. Il m’était impossible de déterminer d’où je venais et je n’avais de toute façon aucune envie d’y retourner. Le monde s’offrait à moi.

Descendant en piqué jusqu’à atteindre le ras du sol, je m’aventurai dans les plaines de l’Est sans mettre patte à terre. Tant de choses à découvrir…
Et je continuai ainsi pendant un bon moment, jusqu’à ce que je tombe sur un petit garçon humain, seul, courant dans les champs.

Intrigué, je me posais agilement devant lui en position quadrupède, le renversant sans le vouloir.
Alors que le petit être se relevait, je le fixai, perplexe. Une peau lisse, rose, des quantités de poils frisés et dorés sur le crane, quatre membres, pas de queue, enveloppé dans des pièces de tissu... En tout et pour tout, il devait à peine faire la taille de la moitié de mon bras. Je pivotais mon cou souple pour regarder mon propres corps. Des écailles à la couleur jaune orangée, de petits piques dorsaux, 6 membres dont deux grandes ailes… Décidément, nous ne nous ressemblions absolument pas.
Une fois debout, l’enfant me toisa pendant un instant avant de s’avancer dans ma direction. Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose mais n’eut pas le temps d’émettre le moindre son qu’il fut réduit en cendre.

« Il ne mérite pas de vivre »

C’est ce que j’avais pensé alors que, sans même l’ordonner à mon propre corps, je sentais le feu prendre en moi et le projetai pour embraser la petite créature sans défense.

« Il ne mérite pas de vivre. Il est faible. Les faibles meurent, les forts triomphent. »

Le corps sans vie de l’enfant finissait de se consumer devant moi, formant une immonde tache noire de chaire calcinée au milieu de la verdure. « Il l’a mérité » pensais-je.
Oui. Il méritait cette fin.
Et je repris mon envol, à la découverte du monde.

Ainsi s’est déroulé mon premier contact avec un être humain... Et beaucoup d’autres suivirent.

D’abord une petite maisonnée isolée. Brulée, habitants comme demeures.
Puis un petit village de paysans. Brulé.

Plus j’avais affaire aux humains et à leur faiblesse, plus je les voyais fuir, ramper, se cacher, appeler à l’aide, prier pour leur survie, et plus je les haïssais. C’était viscéral, une véritable répugnance à leur égard. Ainsi, le jour même de ma naissance, j’ai incendié une demi-dizaine de « nids » d’humains et en ai occis le quadruple.
A la tombée du jour, je m’allongeai sur les cendres d’une grange, satisfait de mon œuvre. Ma première nuit fut extrêmement reposante. Se découvrir soi-même n’est pas de tout repos et je m’endormais donc rapidement, d’un profond sommeil, sans rêve. Le seul sommeil de mon existence qui ne serait pas empli de songes, si je puis me permettre d’utiliser cette expression.


Lorsque je m’éveillai, le soleil était caché par les montagnes, à l’Ouest. Seule une lumière provenant de cette direction et teintant le ciel d’un orange vif témoignait de sa présence. Mon corps n’était aucunement engourdi malgré le fait que je vienne de me réveiller. Je m’envolai comme si je le faisais depuis toujours et repartais arpenter la région. Le bilan de la journée fut quasiment identique à celui de la veille, additionné à un « bilan de la nuit » car, lorsque celle-ci est tombée, je ne me suis absolument pas senti fatigué et ai continué mon entreprise de purification, car c’était bien de cela qu’il s’agissait. Purifier cette terre de la souillure que représentait l’humanité.


Trois jours passés à semer la désolation.
J’avais découvert, en m’attaquant à une petite ville gardée, que les hommes pouvaient opposer une résistance. Certains, armés de sabres, avaient tenté de me stopper mais je les ai vaincus sans mal… Pitoyable.
Soixante-douze heures sans repos, au terme desquelles je me sentis finalement épuisé. Mais je sentais aussi que je ne pouvais pas m’endormir n’importe où. Il fallait que je trouve un endroit sûr, et je me dirigeai instinctivement vers les montagnes d’où je provenais. Après six heures de vol, il ne m’était plus possible de tenir et je me posai donc avant de sombrer dans le sommeil, quasi instantanément.

Cette nuit-là, je découvris ce qu’allaient être tous les sommeils de mon existence.
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 622
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Lord Penguin le Lun 14 Oct - 19:50

CHAPITRE II :


Dans un premier temps, tout ce qui m’entourait s’effaça peu à peu. Les étoiles scintillantes, les nuages sombres, les hautes montagnes à l’horizon, les petits arbres de la plaine, l’herbe sous mon corps… Je ne les sentais plus. Ni elle, ni la caresse du vent.
Il ne restait que moi. Ou plutôt moi et mon corps, qui commença à disparaitre à son tour. L’extrémité de ma queue, mes pattes arrières, ma tête, plus de respiration, plus de battements de cœur, plus de mouvements, plus rien.
Rien excepté le vide. Le vide frais, froid, glaçant, intangible et pourtant oppressant. Et mon existence commença à disparaitre à son tour... Ou plutôt à se fondre dans un ensemble plus important, plus conséquent, plus dense. Je me trouvais submergé d’entités semblables à la mienne, comme soudées les unes aux autres, sans but et sans volonté, se contentant d’être. La perspective de devenir leur semblable me traversa et je fus pris de panique, cependant, il m’était impossible de me débattre. J’étais manipulé par une force qui me dépasse. Sans corps, à la limite de l’inexistence, je me résignai sans le vouloir à faire partie de l’ensemble… Mais à ma grande surprise, cela n’arriva pas. Je m’imbriquai avec les autres mais gardai mon individualité. Je continuais à penser.
Et soudain, ce fut le déluge. Relayées à travers la toile d’entités, des centaines d’informations me parvinrent comme autant de flèches me transperçant de tout part. Ce fut d’abord une sensation assez désagréable, je ne comprenais rien à toutes ces données, tous ces souvenirs, tous ces savoirs… Ils étaient trop diffus, trop flous. Mais en peu de temps, je m’y habituai et commençait à les assimiler, ainsi qu’à ressentir leur provenance.
Tout à coup, je su que tous ces êtres étaient mes congénères… Et ils étaient extrêmement nombreux.
Les inactifs étaient en grande partie des non-nés, leur nom suffit à les décrire, et en plus petite part des éveillés, des dragons bien en vie mais qui ne dormaient pas.
Parmi cette majorité d’absents, certains étaient dans le même cas que moi. Des singularités noyées dans l’océan d’inconscients. Des dragons endormis et, par conséquent, présents dans le plan onirique. J’en percevais un peu moins d’un millier. Tous mes ainés…
Certains étaient comme des livres ouverts et je pouvais accéder à leurs esprits comme bon me semblait. Ainsi, je m’attardais sur le cas malheureux de l’un d’entre eux qui avait été assailli par un confrère plus puissant. Il était parvenu à s’enfuir et s’était finalement abrité dans une forêt épaisse, avant de s’endormir. Mais il n’avait à présent aucun pouvoir sur son corps resté en bas et pouvait être trouvé et tué à tout moment…
Son anxiété me parvint et je me rendis compte que j’étais dans le même cas. Cependant, j’estimais être assez éloigné de tout danger potentiel, ayant massacré la plupart des humains à proximité. Mon corps serait en sureté jusqu’à mon réveil, sur lequel je n’avais aucune emprise et qui arriverai probablement d’ici trois journées, car il semble que nous autres dragons devons dormir aussi longtemps que nous restons éveillés. Le lieu de notre repos doit donc être choisi avec attention… Je décidai d’y prendre garde la prochaine fois lorsque je sentis la voix de mon congénère de tout à l’heure s’éteindre soudainement. Sa présence s’évanouit de la « toile ». Soit il s’était réveillé, soit il avait été découvert.

Je me rendais compte que les relations entre dragons étaient rarement roses… Et par la même occasion que le sort ne nous avait pas tous traités de la même façon. Certains avaient un potentiel et un pouvoir naturellement supérieur aux autres et régnaient donc sur les plus faibles. Un, tout particulièrement, se faisait ressentir sur la totalité du plan onirique avec une intensité sans pareil. Je n’osais pas tenter de pénétrer son esprit mais il était clair qu’il pouvait lire dans le mien. Il connaissait probablement déjà tout sur moi et aurait pu me trouver dès son réveil, s’il s’en était donné la peine. J’étais complètement à la merci de ce puissant dragon et cela m’inspira un profond respect à son égard. Il était tout ce que j’aurais voulu être. En analysant plus précisément les voix, je pus distinguer qu’approximativement la moitié étaient au-dessus de moi et cela commençait à sérieusement m’intimider, me donnant l’impression de n’être qu’une mouche au milieu d’une ruche de guêpes tueuses.
Après un moment, j’entendis une voix. Elle était d’abord lointaine, diffuse, puis alla crescendo, de plus en plus forte, et m’enveloppa petit à petit. Je reçu alors, en une seule fois, tout ce que je devais savoir. C’était radicalement différent de toutes les données floues que j’avais assimilé jusqu’à maintenant. Un flux d’informations précis, maitrisé, sans aucun superflu. Je me concentrai mais ne parvenais pas à localiser d’où elles provenaient.
Toujours est-il que, dès lors, je connaissais la hiérarchie qui nous régissait. Je savais qui il fallait éviter. Je savais comment générer un flux d’information, l’envoyer à d’autres, mais surtout comment me protéger des incursions de ces derniers dans mon esprit dans la mesure où l’écart de puissance était raisonnable. Je savais comment utiliser la magie dragonique.
Je savais tout ce que je devais savoir...
- Du moins est-ce ce que j’ai cru sur le moment, car tout cela n’était en vérité que bien peu de choses, le strict minimum, et je devais apprendre beaucoup plus par moi-même durant le reste de mon existence -

Etrangement, ce n’est qu’après cette réflexion que je ressentis ce que j’aurais dû remarquer bien plus tôt. Par-dessus toutes les présences, il y en avait une bien particulière. Infiniment plus marquante, puissante, emplie de noblesse et forçant un respect sans égal. Une entité au-dessus de toutes les autres. Notre Dieu à tous…

*

Ouvrant les yeux, je me retrouvais au milieu de la plaine, telle que je l’avais laissée en m’endormant à l’exception du soleil qui n’était pas encore passé derrière les montagnes.
Durant cette nuit, j’avais appris maintes et maintes choses d’une importance capitale pour un dragon. Des informations essentielles, quant à ce dont notre race est capable, notamment.
Je reprenais mon vol empli d’une énergie et d’une ambition renouvelée…
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 622
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Seja le Jeu 31 Oct - 17:25

Et bien, jeune Pingouin, tout ceci est vraiment bien (la puissance de la rime!).
On sent que tu as travaillé le sujet, et j'attends la suite avec impatience, afin de savoir d'autres trucs sur ces dragons. D'autant que, d'après ce que j'ai compris, tu parles des dragons de l'univers d'Eclipse, ce qui fournit une raison supplémentaire à ma curiosité (et j'attends toujours ton post sur la partie Eclipse d'ailleurs)
Bonne continuation!
avatar
Seja
Adepte de la cacahuète

Messages : 471
Date d'inscription : 09/10/2010
Age : 21
Localisation : Chez moi, bien au chaud

Feuille de personnage
Nom des personnages: heu... Beaucoup, beaucoup et beaucoup. Mais si vous croisez quelqu'un du nom de Tobias, c'est moi!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Lord Penguin le Lun 23 Déc - 15:31

YO!
Beaucoup de temps d'attente, mais on s'en fout. Voila la suite. J'estime à deux les nombre de chapitres restants... P'tet même un seul. On verra bien. Sur ce...




CHAPITRE III :




J’ouvrais les yeux après trois journées de sommeil, soit approximativement trois quarts d’heure dans le plan onirique. Il s’agissait de la fin de mon quatrième cycle, un peu moins d’un mois pour les humains, et du début mon cinquième. A la fin du second, j’avais trouvé une grotte creusée dans une montagne de ma chaîne d'origine et m’en suis servi de base pour explorer les environs. Fort des connaissances acquises lors de mon premier sommeil, j’avais poursuivi mon entreprise de purification du monde et exterminé un nombre considérable d’humains.

Je m’attendais donc à trouver mon antre vide, comme les deux fois précédentes… Mais c’était un jour spécial… C’était le jour où j’allais naître.

Le jeune dragon que j’étais, empli d’orgueil et de haine, fut stupéfait de voir cet homme assis à l’entrée de sa grotte. Il portait un pantalon de tissu brun trop large pour lui, maintenu par une cordelette enroulée autour de sa taille qui soutenait aussi un katana, rengainé dans un fourreau de bois. Une veste blanche, légère, était accrochée sur ses épaules par une seconde cordelette qui passait autour de son cou. Le vent la faisait flotter comme une cape, laissant le torse de l’homme nu. Lorsque celui-ci se leva, je pus me rendre compte qu’il était de grande taille et que la hauteur de son corps était quasiment identique à celle du mien.
Mon premier réflexe, celui que j’avais acquis lorsque je faisais face à des adversaires seuls, fut de tenter de lire son esprit… Mais ma tentative fut vaine. J’étais comme face à un de mes ainés, impossible de percer ses défenses.
C’est alors qu’une voix retentit dans ma tête :

« C’est vain. Tu es encore trop jeune, mon ami. »

Je fixai l’homme, stupéfait, lorsqu’il se mit à parler :

-Sumnum Fujiyû, à votre service.

C’était la première fois qu’un être humain m’adressait la parole. Jusqu’à présent, tous ne m’avaient vu que comme une bête sanguinaire et stupide, incapable de penser, ce qui ne me déplaisait pas puisque je les méprisais tout autant.
Mais lui me parlait, d’égal à égal... Ou plutôt d’être conscient à être conscient, car sa voix était teintée de supériorité, comme un maitre s’adressant à son élève.
Cependant, même si je pouvais interpréter son ton, je ne comprenais pas ce qu’il disait à l’oral. Pris de curiosité, je lui répondis par télépathie, le langage de l’esprit étant universel.

« Que fais-tu ici, humain ? »

« Je viens t’apporter mon aide… C’est aujourd’hui que tu seras vaincu. »


La première partie de sa réponse m’avait quelques peu déconcerté, si bien que je fus presque soulagé lorsqu’il la termina. Il s’agissait donc bien d’un homme orgueilleux qui pensait pouvoir tuer un dragon.

« Tu penses réellement pouvoir me vaincre, larve ? Vous autres n’êtes bons qu’à nous servir de repas. »

« C’est ce que vous dites tous… Au début. »

C’est là que s’arrêta la discussion. Sans plus de civilités, il dégaina son sabre et se jeta sur moi. Je tentai de le carboniser mais il roula sous mon jet de flamme et se retrouva sous mon corps, au niveau de ma gorge. Il aurait pu me transpercer d’un coup de katana bien placé, mais il se contenta de m’entailler légèrement. J’aurais dû comprendre dès cet instant que je ne faisais pas le poids, mais je continuai à attaquer et lui à éviter, griffes et flammes, tout en me tailladant de part en part. Sa supériorité était flagrante, mais rapidement, je me convins que sa survie jusqu’à présent n’était due qu’à l’espace étriqué où se déroulait notre combat et me précipitai vers la sortie avant de prendre habilement mon envol. Dans les airs, j’étais sur de vaincre. Je fis un tour sur moi-même avant de revenir vers la grotte, prêt à la submerger de mes flammes, lorsque soudain, ma vue se troubla. Je sentis mon esprit se vider et mon corps perdre ses forces avant de chuter. C’est à ce moment que je vis l’homme sortir de mon antre, son regard compatissant posé sur moi. Je compris alors, avant de perdre connaissance, qu’il était à l’origine du coma dans lequel je sombrai.


~


« Réveillé ? »

Il me fallut plusieurs dizaines de secondes pour reprendre totalement mes esprits et me rendre compte de ma situation. J’étais solidement enchaîné, dans l’impossibilité totale de me mouvoir, et l’homme, aidé de deux ânes, me traînait à sa suite dans les plaines bériliennes. Nous avancions lentement, mais depuis une durée qui m’échappait. Dans tous les cas, il ne devait pas être plus de midi puisque le soleil était encore en phase montante.

« Une journée. Cela fait une journée depuis que tu as chuté de la montagne. »

Il avait lu dans mes pensées.
Un jour entier d’inconscience… Je constatai que le plan onirique n’était pas accessible en dehors des phases de sommeil naturel.

« Comment est-ce, ce plan onirique ? »

Cette manière d’écouter ce que je pensais et de s’immiscer dans ma tête commençait à m’enrager.

« Vas-tu te taire ?! »

« Oh, mais je ne parle pas… »

« A quoi tout cela rime-t-il ? Pourquoi ne pas m’avoir tué là-bas ? »

« Les humains ont des principes… Pour la plupart. Et l’un d’entre eux consiste à ne pas tuer les nouveaux nés. Dès l’instant où je t’ai mis hors d’état de nuire, cette règle m’empêchait de t’achever. »


Des principes ? J’en avais dévoré, des nouveaux nés, durant ces quatre derniers cycles, et cette comparaison entre eux et moi aurait dû me rendre furieux… Mais étrangement, ma rage naturelle semblait laisser place à une certaine maitrise de soi. Je savais qu’il était, de toute façon, inutile de se débattre.

«Vous autres dragons, vous n’attendez qu’une chose. La défaite. Ce n’est qu’à cet instant que votre existence en tant qu’entité consciente débute réellement. »

« Cesse ton charabia ! Ou m’emmènes-tu ? »

« … Au Billot. Mais rassure toi, tu ne mourras pas. Nous allons simplement nous assurer que tu ne sois pas pourchassé. Tu sais, c’est bien beau de détruire des villages, mais il faudrait que tu évites de laisser des survivants… Le gouvernement a été prévenu et est actuellement en train de rassembler des troupes pour t’anéantir… Crois-moi, Nifodt, un dragon de ton envergure ne survivrait pas à un assaut de l’armée Berilienne. »

Comment venait-il de m’appeler ?

« Nifodt. C’est le nom que j’ai décidé de te donner. »

Il avait à nouveau lu dans mes pensées. Je ne répondis rien. De toute façon, ça n’était pas nécessaire…

Nous continuâmes donc à avancer… Ou plutôt, il continua à me trainer derrière lui pendant une journée supplémentaire.

Jusqu’à ce que nous arrivions en vue d’une ville.
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 622
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Lord Penguin le Mer 23 Juil - 19:23

AVIS A LA POPULACE

Tout ceci est à présent obsolète. J'me suis mis d'accorde avec Daloka (enfin, je crois) sur le conflit qui m'opposait à lui et Nefle concernant les dragons. On peut donc considérer que le personnage de Nifodt n'a plus de raison d'exister, même si celui de Sumnum Fujiyu sera modifé pour coller aux modifications que je vais apporter, car si l'on ne veut pas de mes idées pour les dragons, il semblerait que je puisse les utiliser pour X espece qu'il faut encore que j'invente. Cette histoire n'a donc jamais existé et je ne la reprendrai sans doute pas car ce serait chiant d'adapter l'histoire de ce dragon pour autre chose qu'un dragon =3= .

Voila. Peut-être que je redébarquerai avec autre chose, si j'en ai le courage.

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 622
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [FIC] Naissance et Aube d'un Dragon

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum