Une vie de corruption

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une vie de corruption

Message par Kiart Nenzo le Ven 15 Nov - 13:49

Introduction

Le soleil illuminait la chambre, éclairant les paupières du dormeur quand ce dernier se réveilla, l’œil morne et le visage tiré, les pupilles fendues visant chacun des coins de la pièce familière qu'il connaissait tout de même.
Une large chambre en pierre blanche avec un grand lit à baldaquin et quelques commodes de bois de jais dont les couleurs faisaient penser à des essences exotiques venant des jungles de Scarrath. Mais le luxe venait des fresques sur les murs qui représentaient une carte d'une archipel en vue de trois quarts dont il était originaire. C'était le seul souvenir qu'il gardait de ses origines.
Le dormeur se leva et s'étira en écartant les bras dans un claquement avant d'enrouler un drap autour de sa nudité et de se diriger vers le large balcon qui lui servait de fenêtre. Ciel bleu, nuages absents et soleil frappant, c'était l'habituel climat de ce lieu qui le réjouissait grâce à cette chaleur qui, jamais, ne quittait la région.

"Toc toc"Le bruit du poing de quelqu'un contre une porte le fit sursauter, l'obligeant à se tourner vers la large porte en bois, de couleur ébène, plongée dans l'ombre de la chambre. Il se dirigea instinctivement et l'ouvrit, plaquant ses mains contre les poignets avant de tirer pour révéler un large couloir ou attendait celui qui l'avait mandé.

Un homme de haute stature, le visage bourru et marqué par les années mais sans en perdre son charme grâce à ses fins yeux d'une couleur marron et de ses cheveux bruns qui s'étalaient sur ses épaules sans en cacher son visage. Visage qui affichait un rictus à mi-chemin entre le sourire et la neutralité mais tiré à cause d'une balafre commençant à la jointure des lèvres à gauche et tirant jusqu'à coté de l’œil gauche, abîmant seulement sa joue sans toucher à son nez.

"Kiart. Vous ne devriez pas vous rhabiller, nous avons encore des invités." Lança le géant à l'encontre du dit Kiart qui semblait comater à l'instant, bloqué dans sa contemplation.
"Vous n'avez pas oublié que nous avons des invités, n'est-ce pas? Ou dois-je croire que vos soirées vous ôtent la mémoire?"

Aux mots "Invités", Kiart ouvrit les yeux en grand, le fixant avant de remarquer qu'il discutait avec Astar et qu'il était habillé pour l'occasion d'une tenue de fourrure surmontée de maille malgré la chaleur qui baignait les lieux. Mais surtout le nom qui le titilla, jamais Astar ne venait le voir pour le prévenir. Restant le plus loin de lui la journée à cause des expériences nocturnes qu'ils partageaient.

"Oui oui, je vais m'occuper. Vous pouvez juste me rappeler les noms des invités? Kiart le questionna, un sourire aussi aux lèvres.
-Les deux autres membres du premier conseil. Khaëh et Domih-.... Domih... Domirn. Sérieusement, leurs parents ne pouvaient pas choisir des noms plus compliqués.
-Ils viennent des tribus nomades du sud de la muraille de Tarod. C'est normal qu'ils ont des noms étranges. Bon, Astar, prévenez les domestiques qu'ils vont arriver. Et les cuisiniers également"


Kiart devait absolument rattraper la veille et planta ainsi Astar en le laissant au dépourvu. Il ne s'habilla d'une simple toge pourpre, signe du conseil, qu'il attacha avec une broche ayant la forme d'une fleur de Lys avant d'enfoncer ses pattes dans les sandalettes habituelles qu'il enroule autour du bas des jambes avant de se diriger vers l'entrée pour attendre ses invités.

Les heures passaient à un long rythme tandis que les domestiques nettoyaient les tables et les sols, récurant tout le marbre et toutes les dalles pour donner un aspect propre sur soi. Au final, une douce odeur provenait des cuisines, une odeur devenant plusieurs odeurs qui se mélangeaient dans une symphonie amère et sucrée qui taquinait les narines du maître de maison qui ne put pas résister à la tentation car il s'avança vers les cuisines d'un pas long et lourd.
La cuisine était un large espace sous les chambres concentrant la cave à vin et la réserve, perpétuellement envahi par la fumée des feux et des bruits de pas dans un vaste concert de pas rapides. Au centre de tout cela se tenait le chef de cuisine qui finissait un ragoût, ce dernier leva aussitôt les yeux vers le chef de maison pour essuyer ses mains sur son tablier qui était abîmé tout comme ses traits d'homme de Waien.

"Bien le bonjour, que me vaut cette visite?" Lança le chef tout en faisant un signe discret, mais visible, à l'adresse des commis de cuisine qui tournaient autour.
"Cette visite...? Je voulais juste regarder ce que vous nous avez préparé. Il s'agit d'invités de marques tout de même.
-Mais... Mais!
Le chef s’étranglait en entendant Kiart poser sa question. Vous nous avez expressément fait un menu tout droit sorti de votre... Pays d'origine. Des baies d'Arthos, des Redhions bleutés qui ont été fumé et salé ainsi que divers boissons. D'ailleurs, pourquoi sortir de tels mets pour ceux qui partagent votre travail.
-Il faut voir qu'il vaut mieux commencer en grandes pompes mon travail, cela fait que quelques semaines que je les connais du travail et je ne les ai jamais vu en dehors. Alors j'ai pensé que leur faire connaître ma culture gastronomique leur serait plaisant. Voyez ça comme le moyen de tester vos capacités de cuisinier. La réponse vous sied?
-Oui oui, mais je sais que... Mais, ou vous allez?!"

Le chef s'était mis à courir après Kiart, levant la main vers lui tandis qu'il s'éloignait d'un pas excessivement rapide. Mais cela fut en vain qu'il courut derrière car, en tant que poursuivant, il n'était pas doué d'une forte vitalité pour ce qui est de la course à travers les cuisines.
Kiart souriait enfin, l'air radieux au bout des lèvres, en remontant des cuisines. L'air un peu hagard, ses traits retombèrent cependant en voyant devant lui deux personnes en même tenue que lui.

Le premier des deux se nommait Domirn et était en quelque sorte le plus imposant. Non pas doué d'une grande stature, il était gras comme un porcelet et un autre menton apparaissait sous le second comme preuve d'un rythme de vie excessif. Le second était plus fin et plus élancé. Répondant au nom de Khaëh, il semblait plus souriant que son compère même si sa fine moustache allongée lui donnait un air malin et manipulateur plus que révélateur.
Kiart, en les voyant se tourner vers lui, reprit son sourire bien qu'il soit forcé mais garda son sourire tout en s'approchant pour les courbettes nécessaires. Chacun posant sa main droite sur l'épaule de son interlocuteur et prononçait une formule solennel qui signifiait principalement la bonne fortune ou la descendance vigoureuse. Kiart s'abstint de commencer par Khaëh et préféra s'approcher du plus vieux des deux, posant sa main sur son épaule.

"Bonjour Domirn et que les ans ne vous accablent pas plus qu'aujourd'hui. Comment vous sentez-vous?
-Que tes années ne s'écourtent pas. Et merci de t'inquiéter, j'ai eu une légère fièvre il y quelques jours mais un excellent apothicaire m'a soigné avec quelques baumes, je te le conseille.
-Non merci, je me sens en bonne santé mais merci tout de même.
-J'espère bien, les maladies vont bon train et je ne sais pas si les Naosiens y sont plus sensibles que nous.

En coupant la conversation et reculant, Kiart se tourna vers Khaëh qui gardait encore son sourire mais concéda à son hôte un clin d'oeil par rapport a l'hypocondriaque avant de le saluer en bonne et due forme pour continuer le repas.
Le dîner était simple dans la grande salle, un vaste buffet de nourriture pour trois personnes ou les domestiques retiraient les assiettes usagées de la table de pierre avec une grande discrétion qu'ils ne firent réagir les dignitaires.
Profitant du dessert, Kiart prit son verre et le leva vers ses invités pour commencer un long discours en tachant de rester clair dans ses mots.
"Mes confrères, sachez que Jykan est une belle cité et mérite notre travail, notre persévérance et notre dévouement. Son économie doit rester un symbole de Scarrath, son nom doit résonner dans les oreilles éloignées des montagnards du nord et du sud. C'est pourquoi que je vous ai invité car il faut que nous partons sur des bases saines et solides. On doit épurer les anciennes trahisons passées et maintenir une cohésion par un nouveau conseil. Je sais que ce repas n'est pas l'exemple typique de l'avancée sociale mais avec le temps, je promets de faire de mon mieux pour provoquer l'avancée de Jykan."
Kiart, après ce discours, se rassit sous les yeux des deux hommes qui le fixaient sans avoir l'air de comprendre de quoi il parlait.
"Kiart, de quoi parlez-vous? Il s'agit des voeux que vous avez formulé mais pourquoi les citer en notre présence, c'est inutile." Lança Domirn en se tournant vers Khaël.
"Laissez, il s'agit d'un nouveau et il veut faire impression, c'est bien cela? Répondit Khaël en se tournant désormais vers Kiart.
-Oui, c'est cela... Mais je vais arrêter de parler et reprendre de cet excellent vin de baies. Vous saviez qu'il est typique de Naosia et qu'il est utilisé par de nombreux maîtres d’œuvres?" Tenta Kiart pour relancer la discussion.
"Non, je connais pas votre culture mais j'aimerai que vous nous expliquiez toutes les coutumes de vos régions." Répliqua Khaël qui reçu juste après la réponse de Kiart, réponse engluée dans un verre de vin.
"Peut-être, mais vous ne devez pas avoir le temps."

La discussion reprit ainsi sur les coutumes des Naosiens ou plus précisément d'Aulousia. Le pays d'origine de Kiart qui n'était au final qu'une vaste tourbière de plantes ou son peuple s'était élevé en développant un savoir magique et alchimique important jusqu'à que les humains découvrirent l'archipel. A ce moment, leur peuple s'était diversifié en coutumes, apprenant les dures règles du continent comme l'esclavage. Ce ne fut qu'il y a cinq ans que l'esclavage connu était interdit, bien que certains continuaient leurs razzias.
De cette période, tout les peuples s'étaient alliés et avaient partagés leurs savoirs comme la guérilla. Ce fut une époque d'avancée que Kiart ne connu que de loin aux travers des contes de marins qui parvenaient jusqu'à ses oreilles au travers de ses domestiques et autres hommes de mains.

Le dîner s'était arrêté depuis longtemps et les autres membres du conseil étaient sortis à l'instant quand arrive Astar qui se posa à coté de Kiart, juste devant la porte de l'entrée pour lui poser une question.
"Votre poison, il marche quand?
-Ils seront morts demain, rien de plus."

Et la discussion s'arrêta.
avatar
Kiart Nenzo
Crocomo caché

Messages : 570
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 19
Localisation : Lama

Feuille de personnage
Nom des personnages: Kiart Nenzo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une vie de corruption

Message par Edelweyys le Sam 16 Nov - 17:44

J'adore! Bonne introduction, rien à dire. J'aime bien comme tu retombes sur la fin... On s'y attend pas. Bref, je réclame une suite et vite!

Edelweyys, qui se met à lire les fictions des gens.
avatar
Edelweyys

Messages : 218
Date d'inscription : 18/05/2013
Age : 19

Feuille de personnage
Nom des personnages: Edelweyys Pilkann

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre 1: Découverte

Message par Kiart Nenzo le Mer 1 Jan - 14:40

Encore une fois, le soleil tapait dur mais cette fois, c'était au milieu du désert. Dans ce lieu aride ou les espèces non adaptées meurent en quelques heures, l'homme y avait établis ses routes en dépit des dangers. Au point ou Scarrath était la nation prospère. Du moins, sans les agissements politiques.

Au milieu des dunes, une caravane monté à chameau avançait en direction du nord, vers les montagnes de Tarod. Gerée par Astar, il n'en restait pas moins que le vrai dirigeant se trouvait au milieu. A l'opposé des autres membres de la caravane, qui étaient habillés en large tenues de tissu qui cachaient leur corps, se trouvait habillé que d'un simple pantalon de montée et d'une tunique coupée, ce qui laissait penser que les Aulousiens étaient immunisés à la chaleur dangereuse du désert.
Kiart était penché en avant, les yeux clos tandis que les battements des chameaux les menaient plus loin, il réfléchissait.


Les deux conseils m'ont à l'oeil depuis la mort des deux autres. Ils croient que je veux leur prendre la place... Tss. Mais il me faut faire attention. Avec en plus les ennuis sur les routes marchandes de plus en plus fréquent, quelque chose se trame... Que?

Kiart leva les yeux brusquement, au loin apparaissait un énorme mur de sable, comme une tempête qui menaçait de les engloutir. Aussitôt il leva le bras, les guerriers arrêtant leurs montures avant de se tourner vers lui.

"Hola! Pourquoi cet arrêt aussi brusque? Nous devons nous arrêter?Hela le garde devant lui en le regardant en coin.
-Je vois que vous ne pouvez voir, loin au nord, il y a un mur de sable qui s'avance en notre direction. Il nous faut partir vers l'est pour passer par Murnïh. Il nous faut par contre vérifier la position sinon on risque de la dépasser.
-Vous pensez réellement que c'est nécessaire?
-C'est nécessaire sauf si vous voulez vous étouffer sous le sable."

La caravane resta un instant bloquée avant qu'Astar ne s'avance dans la direction prédite, faisans un signe aux autres membres.
'Bougez-vous l'fion! On a pas que ça à faire! Pitt', prend tes cartes et passe devant pour pas qu'on se trompe. Et mettez vos capuches lorsque la tempête sera sur nous!"

La caravane se remit donc en branle, tout le monde marchant à deux de fronts désormais, un homme à la monture surchargée au coté d'Astar tout en lui montrant les cartes. Kiart n'aimait pas cette ambiance que donnait ainsi l'approche du tempête mais ils devaient continuer.
Depuis quelques temps, les cités libres de l'Ouest ne donnait aucunes nouvelles si ce n'est des avis diplomatiques au nom de la république Waienne. D'une façon ou d'une autre, elles étaient sous l'influence de Waien et il fallait éviter que l'infection se propage jusqu'à la moitié du territoire. C'est pour cela qu'ils passaient par Murnïh, un point important de la route menant de Waien à Berillion après Jykan.
Ville montée sur un pic rocheux, elle accueillait une oasis artificielle qui trônait au cœur de la cité. Cité placé en plein milieu d'une route, obligeant le voyageur à la traverser par un goulot réduit qui empêchait à une armée d'y rentrer entièrement. Bien que des passages avaient été aménagés dans la roche pour prévenir des assauts.
Elle n'était pas connu que pour son statut de ville imprenable par sa construction mais également pour son rôle dans l'esclavage dans Scarrath, elle en était la première cité exportatrice car elle rasait fréquemment les villages aux alentours.

Sur ces réflexions de rappel sur la cité, Kiart remarqua enfin le vent qui portait le sable tout en annonçant la tempête, ses compagnons rabattant le tissu sur leurs visages, celui a ses cotés se tournant vers l'Aulousien.


"Vous ne vous protégez pas? Il vaudrait mieux pour vous.
- Je ne suis pas un jeune innocent qui est venu dans le pays sans rien connaître. Et je n'en ai pas besoin, mon corps supporte la chaleur comme le sable. La seule gène étant le sable entre les écailles.
-Comment cela fait?
-Comment quoi?
Lui répondit le reptile avec une pointe d'intérêt pour la question.
-Comment cela fait d'avoir des écailles et d'être.... .... Enfin, vous comprenez, non?
-Je ne vois pas en quoi c'est étrange. Je respire comme vous, je mange comme vous. Seule l'apparence et les difficultés extérieures changent. C'est pas comme si nous é... Nous reprendrons notre discussion plus tard.[/b]

Le vent se faisait désormais violent et claquait contre le tissu qu'ils transportaient, le mur de sable les ayant engloutis pour entrer au cœur de la tempête, une épreuve pour non initiés quand il s'agit de garder ses compagnons de vue. Encore une fois, Kiart était avantagés et continua sa route avant de ne plus remarquer l'homme qui était à ses cotés auparavant. Il savait ce qu'il devait faire et faisant le signe "tout droit" à ceux derrière lui, il se détourna de la caravane et fit demi-tour pour se poser au sol, cherchant au milieu de la tempête. Au bout de plusieurs minutes, il semblait impossible de le retrouver jusqu'à qu'il vit une forme massive et épaisse. Kiart tira alors sur la bride et s'avança, hélant l'inconnu qui se tourna vers lui. Se révélant être un autre Aulousien qu'il pouvait reconnaître aussi surement qu'il connaissait son visage, son frère.
avatar
Kiart Nenzo
Crocomo caché

Messages : 570
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 19
Localisation : Lama

Feuille de personnage
Nom des personnages: Kiart Nenzo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une vie de corruption

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum