[Culture] Coutumes Waiennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Culture] Coutumes Waiennes

Message par Gemstone le Sam 16 Aoû - 0:55

Coutumes de salutations :


- Standarde : Ce salut se fait avec une personne inconnue, ou dont les relations sont neutres. Il s'agit d'une poignée de main, de forte poigne préférenciellement, accompagné du commentaire "Monsieur". On peut éventuellement ajouter du formalisme en ajoutant un hochement de tête.

- Féminine : Envers une femme, un homme doit par défaut baiser la main de la femme en guise de salut formel. Généralement, on se contente d'un hochement de tête accompagné d'un "Madame" voire un "Mademoiselle".

- Familière : Se fait envers une personne estimée comme un pair, un camarade ou un allié. Un signe de la main gauche de la tempe vers l'avant, avec deux doigts tendus, accompagné d'un sourire. C'est un signe de confiance, réciproque. Est largement utilisé entre les hommes du rang dans l'armée, qui gardent l'habitude de saluer tout le monde ainsi après leur service militaire.

- Proche : Les gens d'une même famille ou des amis proches peuvent se saluer ainsi. Une à trois bises selon les régions.

- Militaire : Lorsqu'un civil s'adresse à un militaire, il commence par le saluer en tenant sa main droite tendue vers sa tempe, si possible avec une expression neutre et une posture droite. Accompagné du commentaire "Soldat"/"Officier". Le militaire lui rend généralement le salut, en disant "Citoyen". A noter qu'il s'agit d'une tradition illustrant le respect des citoyens pour leurs pairs en service. Lorsque les militaires saluent dans les codes hiérarchiques, l'expression neutre et la posture droite ne sont pas dispensables.

- Magistrature : Dans le cadre d'institutions, il est d'usage pour les fonctionnaires d'ajouter au salut standard un hochement marqué de tête penché sur le côté. Cela montre le devoir qu'ils portent envers les autres citoyens.


Règles lors d'un repas :


La fourchette n'est pas un couvert très répandu dans les milieux populaires. Elle ne sert qu'à maintenir un morçeau de nourriture lors d'une découpe. Seul le couteau et la cuillère servent à porter les aliments à la bouche.

Dans les milieux plus bourgeois, sur les tables sont générallement présents deux verres par personne. Un pour le vin, un autre pour l'eau. Il est d'usage pour l'hôte de servir lui-même la boisson.

On trinque avant de boire, sauf en cas de grande confiance (par exemple en famille) où un simple "Santé !" suffira.

Une personne en bonne situation financière se doit de garder toujours une place et une assiette à sa table libres pour un éventuel visiteur. On prend rarement la peine de sortir les couverts et les verres, étant donné que ce genre de visite reste rare.

La consommation de viande se fait dans le silence et dans le respect de la rareté du plat. Que ce soit dans le milieu populaire ou que ce soit dans le milieu bourgeois, bien qu'ils puissent s'en offrir bien plus fréquemment.

Les bruits de mastication sont synonymes de plaisir à manger. Il est donc d'usage de manger bouche légèrement ouverte, en prenant toutefois soin de ne pas mettre en évidence son contenu...

Renverser, gâcher, faire tomber de la nourriture est très mal vu dans les milieux paysans.

Le vin accompagne à peu près n'importe quoi. Le paysan aisé aura toujours deux-trois bouteilles de vins variés afin d'accompagner de bons repas.


Traditions militaires :


En temps de paix, l'armée est affectée pour la plupart à des travaux civils, comme l'entretien et la construction de fortifications.

Le grade de sous-officier est basiquement symbolisé par un brassard de couleur terre sur lequel sont brodés les galons. Celui d'officier par un brassard blanc.

Les tenues sont standardisées par régiment. Cependant, tous les régiments gardent en commun les couleurs. Et l'équipement se ressemble beaucoup d'un régiment à l'autre.

Lors du retour à la vie civile, on conserve l'équipement et on le stocke généralement dans un coin de la maison. On en déduit donc que la majorité des citoyens sont armés et potentiellement prêts à en découdre en cas d'invasion ou de révolte.


Autres :


Il est extrêmement mal vu de monter un cheval. S'en servir comme bête de somme n'est en revanche pas gênant.

Il est possible pour un étranger de joindre le service militaire de cinq ans, suite à quoi il devient citoyen de la cité qu'il a servit.

Les nurenuilliens sont bien vus, comme des alliés de toujours.

Les scarrathinois sont plutôt bien vus pour leur pacifisme, mais leur esclavagisme laisse planer une ombre sur leur réputation.

Les bériliens sont plutôt mal vus pour leur société très éloignée de l'idéal fédéré.

Les haynailiens sont très mal vus, étant des ennemis héréditaires.

Les tarodiens... ben ils ne sont pas vus du tout, vu qu'il n'y en a pas vraiment.

Les races non-humaines sont tolérées, et relativement appréciées comme porteurs de contes et cultures éloignées.

Les créatures surnaturelles sont par défaut emmenées à la potence, ainsi que toutes les personnes suspectées d'y être liés. Complément bûcher en option, si nécessaire.

Le métier de magicien fonctionne comme celui d'un artisan. Chaque petite ville a un magicien sédentaire, tandis que les petits villages se contentent de mages ambulants. Leur métier est purement civil; réparer des objets, lancer des petits sorts, tuer les rats, dérouiller des outils, etc... Ils iront rarement en faire un usage combatif.
avatar
Gemstone
Admin

Messages : 1296
Date d'inscription : 07/10/2010
Age : 22
Localisation : Digital world.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Therius, Bauldeury, Gemstone

Voir le profil de l'utilisateur http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum