le vielle homme perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le vielle homme perdu

Message par Blackovanossar le Dim 25 Jan - 23:39

il existe a éclipse un lieu qu'on nomme "la croisé des chemin". lieu mythologique dont on est pas sur de l’existence et dans lequel toute personne qui a suffisamment voyager fini par passer. peut être n'es au final qu'un lieu comme les autres. ou peut être pas. toujours est il que cette endroit il y a longtemps a servie de terrain a l'histoire qui va suivre. imaginez vous un vieillard fatigué qui approche d'une route. il viens de partout et nul-part, d'un temps dont on ne parle plus même dans les livres mais dont le souvenir se perpétue de bouche en bouche jusqu’à se que je vous la raconte aujourd'hui. cette homme est l'homme le plus banal qui sois si l'on exclu son long voyage. il n'est ni fort, ni intelligent, ni rapide. c'est juste un vagabond. un pauvre hère assoiffé et fatigué se retrouvant a la croisé des chemin alors que le soir tombe. n'aillant rien de plus que ses habit pour seul richesse il rechercha toute la soirée un lieu ou il pourrais dormir en paix. ses pérégrinations portèrent ses pas jusqu’à 5 feu de camps. il approcha du premier et en observa les occupant. il s'agissais d'un groupe de bériliens haineux qui tirèrent le sabre au clair des qu'ils virent l'homme arrivé. comprenant qu'il ne fallait pas faire de vieux os ici l'homme pris ses jambes a son cou et parti vers le deuxième camp. celui ci appartenais a un homme plutôt accueillant qui lui posa tout une série de questions étranges a propos de l'empereur et de sorcellerie. il compris qu'il avais affaire a un inquisiteur et des que celui ci eu le dos tourné pris congé aussi discrètement que possible en direction du troisième camp. auprès de celui la il trouva toute une petite compagnie d'homme qui s’avérèrent être des marchants d'esclaves scarath. s'ensuivi une poursuite pendant de longues minutes par ses homme qui espéré revendre sa vielle peau au marché. a la suite de quoi l'homme toujours plus fatigué et assoiffé se retrouva sale et plein de courbatures. il approcha du quatrième feu avec prudence et y trouva un homme tout aussi vieux qui s'avéra être de bonne compagnie jusqu’à se que le vieillard ne découvre sur son poignet gauche la marque des membre de l'ordre du second trépas, et lorsque l'autre l'eu remarqué son visage changea du tout au tout pour ressemblé plus a celui d'un démon qu'a celui d'un homme. aussitôt il courue aussi vite que ses vielles jambes pouvais le porté et il entendis sur tout le chemin les rire de cette homme terrifiants. fatigué et presque mort il approcha du dernier feu de camp qui se trouva être plus grand mais mieux caché que les autres. la-bas tout n'était que chants et que dance une music comme jamais il n'y en a eu, des tambour, des harpe, des flûtes, et surtout un grand homme qui jouais du luth. il approcha avec lenteur, attirer par la musique comme une mouche par du miel. mais la musique cessa subitement lorsque l'homme de grande stature qui jouais du luth rompis son mouvement. aussitôt tous regardèrent se qui avais bien pus troublé ainsi le meneur. et ils virent le vielle homme qui approchais et qui lui même semblais se réveiller d'une demi-rêve. il se retourna prés a courir mais une voix aussi forte d'un tonnerre et pourtant aussi douce que celle d'un ange fantasmé l’interpella. "aimais tu notre musique?". c'était le grand homme qui avais parlé. il n'avais pas bougé d'un centimètre et pourtant sa présence emplissais l'espace comme si il était partout.
-ou.. oui. répondit le vieillard, dont la voix sonnais a présent étrangement comme celle d'un enfant.
-alors approche vielle homme.
a ses paroles le vieillard sembla ne plus avoir de contrôle sur ses jambes. il s’approcha de l'homme qui ne s'était toujours pas retourné et découvrit en passant devant lui un visage beau, presque efféminé, entouré de long cheveux roux.son corps était tailler comme un bûcheron mais ses mains avais la délicatesse et la force d'une dame et d'un forgeron a la fois. cette homme était une étrangeté. comme si un dieu un peu inspiré avais voulu prendre se qu'il y a de meilleur dans tout les domaines du monde et l'avais mélangé pour donné un personnage a la fois homme et femme, fort et faible, délicat et bestial. en plus de cela sa voix a chaque mots résonnais dans votre corps et y coulais ensuite doucement. il pris la parole en souriant.
-quelle est ton nom vielle homme?
-il a peu d'importance. je ne suis qu'un vagabond solitaire qui passe de ville en ville, et de pays en pays car je n'ai ma place nul part. répondit il d'une voix dont on sais qu'elle a prononcer ses paroles un nombre infini de fois.
-je ne peut néanmoins pas t’appeler éternellement "vielle homme" alors je t'appellerais Daloga. cela signifie "la route" dans la langue de nos pères. a tu soif mon ami?
sentant sa bouche sèche comme tarod et cela depuis des heures le vieillard hocha la tète.
-qu'on lui apporte du vin dans se cas. une amitié nouvelle se célèbre toujours avec du vin.
-ho je ne puis abusé de votre hospitalité, un peu d'eau ferra bien l'affaire.
-j'insiste pour vous offrir du vin, nous en avons tout un tonneaux d'une ville proche et de la meilleur qualité qu'il puisse se faire.
-quand a moi je ne puis boire de se vin. je préférerais vraiment de l'eau fraîche.
-alors tu aura de l'eau et du vin mon ami. répondit il alors qu'il sourire joyeux s'étendais presque jusqu’à ses deux oreilles. tu est le bienvenu auprès des Edema-ru. entres gents du voyage nous sommes tenu de nous serai les coudes. tu pourra resté aussi longtemps que tu le souhaitera et nous écouté chanté et danser autant que cela te plaira car tu fait a présent parti de notre grande famille. je me nomme moi même Arliden. et toutes ses personnes attroupé autour de toi sont ma famille, notre famille. tu est maintenant un Edema-ru et cela jusqu'au jour ou tu décidera de nous quitté. jusque la tu passera chaque jours de ta vie heureux avec le peuple qui connais toutes les histoire du monde et peut-être lorsque tu partira pourra tu en raconté de part le monde.

et c'est ainsi que l'homme qui se fit a compté de se jour appeler Daloga vécu auprès des Edema-ru. il vécu une longue vie, connu des prodiges digne des élu et passa beaucoup de temps a connaitre l'incroyable Arliden. mais cela est une autre histoire. cependant souvenez vous. si un jour vous croisais un groupe d'Edema-ru, et que l'on vous propose du vin, refusais toujours. ainsi ils sauront que vous êtes un ami du peuple qui connais toutes les histoire du monde.

Chroniqueur
avatar
Blackovanossar

Messages : 263
Date d'inscription : 15/07/2014
Age : 21
Localisation : plus loin que l'esprit ne peut porté son regard.

Feuille de personnage
Nom des personnages: jack dyra(black)/ Chroniqueur/ Mobjan/ Narvie/ Martin.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum