[Dieux]Serviteurs des dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Dieux]Serviteurs des dieux

Message par DALOKA le Ven 26 Fév - 23:04

Un dieu ne va pas sans serviteurs. Voici un petit topic pour les recenser. Souvent des entités très puissantes et quasiment toujours des anges (donc nés de leur dieu), elles ont la particularité de porter comme nom principal un mot (comme l'Ange Justice, par exemple). Cela ne les empêche pas d'avoir une multitude de noms secondaires.


Commençons avec le premier jet:

La chevauchée guerrière.



La chevauchée guerrière se constitue de 5 entités, et est menée un dieu qui est Hyunkel dans le panthéon Alefridien, Briev dans le panthéon Nurenuilien, ou Havir dans le Bérilion. Voici ses quatre serviteurs:

(il est intéressant de noter que contrairement à la plupart entrées qui suivront, ces êtres ne sont jamais classifiés comme des anges. Dans le mythe Alefridien cela est expliqué par le mépris de Hyunkel pour ces êtres.)

Ravage(Le destructeur/la rougeoyante/Yamato) : Réputé grand tueur de dragon lors de la guerre draconique, il se lançait dans les combats avec une rage aveugle. Il allait seul dans la bataille sans hésiter et était le membre le plus chaotique des armées de Hyunkel (ou celle d'Havir chez les bériliens), mais aussi un des plus forts. Associé à la couleur rouge, son sexe est ambigu et dépend des mythes. Il disposait autrefois de 9 armes capables de tuer des dragons, dont peu de représentations sont encore trouvables. A bérilion il est considéré comme un esprit symbolisant la rage du champ de bataille, il est aussi parfois associé aux Berserkers à Nurenuils.

Dans la chevauchée guerrière, il chevauche en dernier.

Discorde(L'invisible/Ioriss/chaos) : Représente le chaos des champs de batailles. Des quatre, il est celui qui est le plus souvent représenté comme une entité immatérielles. C'est d'ailleurs le seul qui ne livre pas de vrai combat dans les mythes. Malgré tout, il est dit qu'il peut prendre la forme d'une courtisane ou d'un beau négociant charismatique afin d'inciter les royaumes à se diviser ou entrer la guerre, mais ce don de métamorphe fait qu'il n'est presque jamais clairement représenté. Il n'a une apparence définie que dès qu'il est dessiné chevauchant aux côtés des trois autres et de Hyunkel, mais reste asexué comme ravage. Suite aux événements récents ayant causé la destruction d'Arzteingard, c'est une superstition connue que d'associer le démon responsable à la fin de la guilde à cette entité. D'ailleurs, dans le mythe Alefridien et Nurenuilien, Discorde fut vaincu par Ellelum, ce qui rend populaire l'idée d'une ancestrale revanche.

Dans la chevauchée guerrière, il chevauche en quatrième.

Ruse(Le stratège) : Ruse était réputé pour être un stratège redoutable et second des armées de Hyunkel. Il est représenté comme un homme en armure d'os de dragon, avec un grand casque dont dépasse un œil énorme, et les illustrations l'accompagnent souvent d'une monture   armurée. Sa nature est toujours ambiguë, peu importe la version du mythe, car il est une représentation du pragmatisme. Il est cependant courant de trouver quelques babioles prenant la forme de la tête de Ruse dans les tentes des militaires superstitieux, car il est dit que la nuit, il viendrait souffler ses plans aux oreilles du dormeur.

Dans la chevauchée guerrière, il chevauche en troisième.

Gloire(Le conquérant) : Il représente la soif de renommée et de possession des guerriers. A cause de cela, il est très souvent symbolisé habillé de doré. Dans les panthéons ou Hyunkel n'existe pas, il est toujours très proche de Briev/Havir, étant son second. Il est réputé comme « invincible », bien qu'il soit apparemment tué par les héros du mythe Alefridien (ce n'est pas le cas dans les autres). Cette entité est bien plus populaire à Bérilion et Nurenuil, ou elle a parfois quelques petits temples ou autels. Gloire disposerait d'une grande collection d'armes, et se disputerait souvent avec Ravage. Il est exclusivement masculin.

Dans la chevauchée guerrière, il chevauche en second.



Bien sur, Hyunkel/Briev/Havir mène la chevauchée. On dit que ceux qui entendent le galop de la chevauchée de leur côté au début de la bataille sont assurés de remporter la victoire.


Dernière édition par DALOKA le Mer 19 Juil - 13:45, édité 1 fois
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1836
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 20
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Dieux]Serviteurs des dieux

Message par DALOKA le Jeu 31 Mar - 15:44

Le gardien de l'invisible et de l'inatteignable

Horizon est un des anges du dieu du temps (Xus/Fercenas). Il est appelé "Grand faon" ou "Faucon cosmique". Horizon est connu pour avoir la tâche ardue d'empêcher les mortels de jouer avec le flot du temps; entre autre il est chargé de préserver ce qu'on appelle dans certains mythes le voile temporel. Il est censé donc empêcher tout voyage temporel, vision du destin non permise, et l'on prétend qu'il aurait y avait des âges et des âges combattu des mortels à Aldor. En tout cas c'est ce que racontent les rares gravures d'époques encore lisibles, d'où vient d'ailleurs la représentation connue d'Horizon.

Ce serait un être ressemblait à un oiseau multicolore, qui aurait en guise de queue plusieurs très longues plumes ondulantes lui servant de dizaines de bras en plus des griffes dont ses ailes, pourvues de plumes similaires, sont munies. On en parle comme un oiseau de lumière qui serait gigantesque. Une grande statue d'Horizon décore la porte du temple du Temps abritant les douze sages.

Anecdote= Aporia, dans sa jeunesse admiratif des douze sages, se serait inspiré d'Horizon pour créer la figure d'Afrazael. Bien qu'étant éthérée, sa figure est parfois représentée dans ses livres ou les lieux qu'il a habité (ex: la clé de voûte du soul sol Vinnairse évoquée dans le journal d'Arond)
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1836
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 20
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Dieux]Serviteurs des dieux

Message par Kiart Nenzo le Mar 3 Mai - 23:16

Paranthra

L'une des servantes de Chimiasaï et la préférée de ce dernier, Paranthra est également nommée la muse des empereurs, la régente des héros.
Représentée comme le mélange d'une femme et d'un oiseau, elle a un visage de femme à la chevelure blonde ornée de plumes crepusculaire qui descendent le long de son tronc sans bras, jusqu'à arriver à un corps d'oiseau gigantesque dont les couleurs évoquent le sang, un coucher de soleil, une braise ardente, le soleil.

Chantant pour Chimiasaï, elle utilise sa voix parfaite pour l'inspirer et ses chants ont permis la naissance des héros, comme des monstres, des grands qui ont marqués leur histoire et de ceux qui ont révolutionné leur monde.
Elle chante également à ceux qu'elle a incité à la création, et serait donc le signe d'un destin glorieux à ceux qui entendent son chant divin.

__________________________________________________
Tic... Tac... Les secondes s’écoulent et s'emballent.
Tic... Tac... Tic... Tac... Et finalement je craque.
avatar
Kiart Nenzo
Crocomo caché

Messages : 567
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 19
Localisation : Lama

Feuille de personnage
Nom des personnages: Kiart Nenzo

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Dieux]Serviteurs des dieux

Message par Lord Penguin le Sam 7 Mai - 21:07

Mort :

Mort est un archange de Marvolaeth. En fait, il s'agit du seul et unique ange de cette divinité. Il est généralement représenté comme une femme d'âge variable (de très jeune à très vieille), dont les seuls attribus sont d'être toujours vêtue d'une longue robe noire ou enveloppée d'un drapé noir. Toute entité qui le toucherait directement serait envoyée dans le royaume de Marvolaeth.

De nos jours, on appelle souvent mort "La Faucheuse", mais il ne possède pas de faux. Cette imagerie et métaphore de la moissonerie a été inventée et popularisée par les cultistes de Marvolaeth qui se servaient de faux en guise d'arme. Ces derniers perpétuent la fonction de Mort, et ôtent la vie à ceux qui auraient du la perdre.

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 645
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Dieux]Serviteurs des dieux

Message par DALOKA le Lun 26 Sep - 14:24

Justice, gardien de l'Ordre


Justice, l'Ange qui pouvait se vanter d'être (presque littéralement )le bras droit d'Ellelum lors de sa plus grande période de gloire, ainsi que peut-être l'un des anges les plus renommés, sa réputation dépassant celle de certains dieux mineurs bien qu'il soit surtout populaire dans le mythe Alefridien. Il est une figure importante de la culture humaine encore aujourd'hui, et une source d'inspiration pour de nombreux artistes.

Origine

  L'interprétation générale veut que Justice ait été créé après la première guerre divine, car Ellelum, contrairement à sa sœur Ellaimne, considérait qu'offrir la liberté aux mortels était dangereux. Et des pouvoirs semi divins, encore plus. Elle créa Justice à partir dit on, de son bras droit, ce qui expliquerait son incommensurable pouvoir. Ce dernier alors, aurait puni les êtres semi divin dissidents, ne respectant pas l'ordre auquel Ellelum aspirait, et ce durant la durée de toute l'ère héroique. Il lutta également maintes et maintes fois contre les demi dieux créés par Ellaimne, qu'il traquait sans vergogne, lui et les êtres sous ses ordres.


Justice s'est ancré dans la culture à partir de nombreux textes de prêtres d'Ellelum, mais a surtout été grandement popularisé par l'épopée d'Arquin, une des plus fameuses histoires de l'humanité, où il joue un rôle majeur.



Le personnage

Justice est ce qui paraît être le prototype de ce qu'est le paladin dans les esprits d'Eclipse. Disposant des grandes valeurs qui qualifient les héros, telles que le courage, la loyauté, et la témérité, il est souvent représenté comme poli et très maniéré (et même très galant dans les interprétations récentes). Néanmoins, il est aussi considéré comme impitoyable, et comme un personnage stoïque peu sensible aux passions humaines, ce qui est un point également important dans les récits où il fait part. Si les attributs héroïques et guerriers du personnage sont une grande partie de son attrait, une autre histoire faisant couler beaucoup d'encre est celle de l'amour de la demi-déesse Corona pour lui, qu'il est incapable de comprendre ou de retourner (selon les versions, soit à cause de sa pureté, soit à cause de son manque de compréhension de l'homme). Ceci lui attirera les foudres de sa propre déesse, et le suicide de Corona et son histoire est une inspiration à certains drames tragiques.

Apparences

  Justice dispose de deux apparences connues : la commune, et la seconde qui est sa vraie forme. Justice, bien trop puissant, n'avait pas le droit de poser le pied sur terre sous sa véritable apparence, ce pourquoi son pouvoir était contenu dans une armure qui limitait ses capacités. Les descriptions de Justice faites dans le mythe d'Arquin sont les plus connues.

Apparition de Justice

« Les nuages s'étaient fendus pour laisser descendre le formidable être céleste. Ses ailes d'albâtre s'étendaient, massives. Aucune présence de chair ne transparaissait chez l'ange, l'armure qui enfermait son être faisait partie intégrante de son corps et de son existence même. L'Armure de Justice, forgée avec les matériaux les plus purs qui étaient lors de l'âge ou les demi dieux marchaient sur terre, reflétait les milles rayons du jour, ses plaques semblant faites de miroirs, et une lumière irradiait des jointures. Cette œuvre d'art qu'était son armure était sertie de gemmes pareilles à des étoiles, et marquée de symboles sacrés qui signifiaient son appartenance et loyauté à la déesse de l'ordre, Ellelum. Le heaume du chevalier céleste ne laissait voir que deux yeux opalescents, deux braises qui semblaient arracher la vérité à même le cœur de ceux qui osaient fixer ces derniers. Le panache du casque argenté était lui, de plumes de flammes d'or qui ondulaient avec une grâce terrible au dessus de sa tête. Quand ses pieds touchèrent le sol, ses ailes disparurent pour laisser place à une large cape blanche qui retomba sur ses épaules. Ainsi debout, Justice était deux fois plus grand qu'un homme, et chacun de ses pas inspirait peur et respect à l'assemblée. »

Justice révèle sa véritable apparence.

« Il était gigantesque, aussi haut que la montagne qu'il avait fendue en deux. Bien que sa figure était humanoïde, l'ange n'avait plus rien d'humain. Il était trop grand et bien trop puissant dorénavant pour être comparé à un mortel, et sa beauté dépassait de loin celles des plus grands héros et des plus magnifiques reines. L'Aura divine de Justice brillait un astre, et la terre tremblait. Les débris de la montagne tourbillonnaient autour de lui dans un maelstrom dévastateur et presque rituel, sans oser s'approcher pour autant, comme si les pierres vieilles de milliers d'années s'étaient soumises à sa présence.
  Sa peau était d'un blanc immaculé, non pâle, mais d'une blancheur inhumaine qui ne pouvait être comparé qu'à celle des neiges des sommets des monts, alors qu'ils étaient illuminés par le soleil. Cette peau était parcourue de ligne harmonieuses qui courraient sur ses membres, comme des vaisseaux sanguins réguliers qu'un artiste aurait bien habilement dessiné, et qui dégageaient un rayonnement bleuté d'une formidable énergie. Son allure, incarnation d'une beauté impossible à atteindre, n'était pas associable à un sexe tel que nous le connaissons : la déesse l'avait créé pour être perfection, et nul, malgré la terreur qu'il inspirait, n'était pas admiratif devant la magnificence de l'ange pourtant androgyne. Justice disposait de quatre bras, chacun apte à soulever une cité malgré leur grâce. Chacun d'entre eux étaient cerclés de bracelets argentés d'un acier venant d'autres mondes, comparable au plus pur mithril pour l'éclat, et sur sa première paume gauche était inscrit le sceau de la pureté, dans lequel flamboyait un feu sacré. Sa deuxième main gauche portait la balance du jugement, qui savait séparer les âmes nobles des impures, et anéantissait l'existence des fourbes. Sa seconde main droite avait inscrit dans sa paume le sceau de l'Ordre, qui représentait son autorité absolue sur tout les anges d'Ellelum, et avec lequel il commandait aux êtres célestes de le joindre dans la bataille. Dans la première main droite se trouvait enfin son arme, la Lance Souveraine, Condamnation, sous sa véritable forme, alors que son fer était parcouru de puissants éclairs. Avec cette dernière, il commandait au ciel, invoquait les vents, les blizzards, les vagues ainsi que la foudre toute puissante. Les éléments se pliaient à la volonté de cette lance blanche, dont il était le seul propriétaire.

Ses avant bras étaient entourés de bracelets de perles incandescentes, véritables sphères de flammes dorées.Allant pieds nus, Justice était vêtu d'un long pagne immaculé, d'un tissu blanc nacré tissé par Ellelum elle même, pareil à celui qui symbolise la volonté de la déesse. En guise de ceinture, se trouvait une chaîne qui entourait les belles hanches nues de l'ange, cette dernière était faite des glaces les plus froides, s'étant cristallisées dans le néant le plus sombre qui soit, et ayant l'air de diamants.

Au dessus de son torse, Justice portait un pectoral doré. Sur ce dernier étaient inscrits des milliards de mots. Il s'agissait de tout les noms des héros qui vivaient, étaient morts, ou allaient à l'avenir naître. Par dessus ce même bijou qui voyait à travers les temps, pendait un médaillon cuivré sertis de trois pierres précieuses, rouges, vertes, et bleues,  ou reposaient ses serviteurs les plus fidèles, les trois iusticiars. Il avait à chacune de ses oreilles une boucle sertie d'étoiles, une pour la lumière du jour et une pour l'éclat nocturne.

  Au dessus d'un élégant cou se trouvait un visage effrayant.Trop beau, trop harmonieux pour être réel. Un visage aux traits féminins, sans aucune trace d'imperfection, peu importe combien l'on pouvait l'observer. Ses veines luminescentes rejoignaient le dessous de ses yeux, donnant l'illusion de larmes chatoyantes. Sa longue chevelure qui flottait au vent oscillait entre un argent pur et une allure miroitante qui les faisaient briller de maintes couleurs différentes, renvoyant les reflets de sa propre aura en plus de ceux de soleils.
 Ses yeux, enfin, étaient surnaturels. Encore plus que tout le reste ne l'était, et à un tel point que les observer trop longtemps serait un danger pour les mortels que nous sommes. Dans les yeux opalescents de Justice, on pouvait observer les roues du temps tourner, l'espace se déchirer, et chacun pouvait tenter d'y observer l'origine et le sens même de son âme. Des mondes s'y créaient et s'y déchiraient, et on pouvait voir cette infinité de rouages tourner dans les iris de Justice. Ces yeux, déjà démesurés par la taille de l'ange, semblaient être de véritable portes vers d'autres mondes. N'importe qui, voyant ces derniers plus longtemps que la raison le dictait, crèverait ses propres yeux pour ne pas devenir fou devant cet infini. Ainsi se présentait le si majestueux faciès du juge suprême d'Ellelum et son bras armé, qui adoptait une expression terrible, tout en étant d'un calme absolu. Sans desserrer la bouche, Justice toisait les mortels de son regard illimité. Au dessus de sa tête, les nuages s'étaient écartés puis réunis et un seul cercle, formant une véritable auréole céleste, couronne clamant sa régence du ciel.

Tel était Justice, le plus grand de tout les héros, à l'allure féerique et enchanteresse, mais aussi terrifiante de par sa grandeur. Le plus simple objet qu'il portait était un artefact que les mortels n'était point dignes de toucher.

Il fit un pas, et la terre trembla. Sous sa véritable forme, Justice n'avait plus d'ailes, mais quelle en était l'importance quand on pouvait attraper le ciel ? »


Cette apparence a fasciné de nombreux esprits à travers les âges. Justice est considéré comme un être pur et asexué, ce pourquoi dans le mythe d'Arquin il est incapable de comprendre le désir de Corona, la fille d'Ellelum, pour lui. Dans la culture Alefridienne il incarne pour certains, plus que la justice, un idéal de perfection.

Il existe de nombreuses représentations de Justice à travers le monde. La plus célèbre reste la gigantesque gravure au mur du grand temple d'Elllelum, à Taeris, qui représente son ultime apparence. Une statue de Justice existait également, aux côté d'une célèbre statue d'Ellelum, dans le château des paladins d'Arzteingard. En exemple plus récent, une des peintures murales du palais impérial le représente lui ainsi que sa troupe d'ange. Le Dramaturge Daniel Marinus a également produit les plus célèbres interprétations du personnage dans certaines de ses pièces. Enfin, on peut retrouver de nombreux très beaux poèmes contemporains à la gloire de Justice, écrits de la main d'Emmanuel Despiza, bien que ce dernier soit connu en tant que mage.


Ses pouvoirs

 En tant que puissant serviteur d'une déesse, Justice avait a sa disposition un grand nombre de capacités. Son domaine de prédilection était le ciel, qu'il pouvait commander à l'aide de son arme, Condamnation. Cette dernière, originellement une lance, prenait la forme d''une grande épée de cristal dans la forme armurée de Justice qu'il utilisait pour agir dans le monde, une épée qui n'est en vérité qu'une pièce de la lance complète.
Ellelum lui confia également le don d'invoquer son feu sacré, apte à purifier n'importe quelle matière, ainsi que toute une multitude d'artefacts extraordinaires. Avec ces derniers, Justice était réputé invaincu. Les yeux de ce derniers seraient également capables de mettre à jour toute vérité, et la description qui en est faite dans le mythe d'Arquin poussent de nombreuses personnes à croire que Justice était doué de semi omniscience, bien que ce ne soit qu'une certaine interprétation. Certains préfèrent réserver de tels pouvoirs aux dieux uniquement.


Ses serviteurs

D'autres des nombreux serviteurs d'Ellelum obéissaient aux ordres de Justice, qui était comme leur général. Grâce au sceau de l'ordre dans l'une de ses mains, il pouvait les appeler à lui selon sa volonté.

Les Iusticiars

Trois anges d'Ellelum. Le premier est Courage, un grand cheval aux sabots d'ors capables de marcher dans le ciel, dont les étoiles filantes enviaient le galop. Le deuxième est Loyauté, un ange à l'allure de femme ailée et portant un grand masque d'ivoire, dont le rôle était de rallier des mortels à Ellelum. Le troisième, Sanction, était le plus terrible d'entre eux et adoptait l'apparence d'un homme à tête de tigre rougeoyant, revétissant une armure d'argent enflammée, et réputé sans pitié.


Les Affables


Les Affables étaient une armée de 111 hommes et femmes bénis par la déesse. Doté d'ailes blanches  et d'armes sacrées, leur fidélité était sans borne et ils étaient les demi dieux les plus fidèles à la déesse qui étaient. On disait que chacun avait la force de dix guerriers
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1836
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 20
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Dieux]Serviteurs des dieux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum