[Artefact]Les seize Fruits d'Akimitsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Artefact]Les seize Fruits d'Akimitsu

Message par Lord Penguin le Lun 22 Aoû 2016 - 23:18

Petit Build Up de l'imaginaire collectif et de la culture bérilienne, sous la forme d'un élément de background/légende totalement plagié des Muramasa, Hehe Mignon 

 

Fukami Akimitsu est le nom d’un légendaire forgeron qui officia dans la Bérilion du 4e siècle. Son nom est connu de tous et fait partie intégrante de l’imaginaire collectif et du folklore de l’ethnie réfugiée. Ses origines exactes et les détails sur sa vie ne sont connus de personne. On sait simplement qu’il avait son atelier dans les tréfonds du Morikai, qui deviendra plus tard le Hekankai que l’on connait. Son habileté à la forge et à la métallurgie n’ont, dit-on, jamais été égalées depuis plus d’un millénaire. Il savait travailler les métaux comme personne et les forger en armes exceptionnelles, réputées tant pour leur beauté que pour leur solidité et efficacité. Il en a forgé de nombreuses au cours de son existence, de genres divers, et ces dernières se sont éparpillées dans le pays au fil des années et des siècles, mais la superstition veut qu’elles soient maudites… En dehors de leur qualité incomparable, on reconnait ses créations à sa signature, qu’il applique toujours, de manière plus ou moins discrète et visible. De ce fait, il existe beaucoup de contrefaçons d’armes de Fukami Akimitsu et il n’est pas toujours facile de discerner si l’on en tient une véritable ou non en main, étant donné que certains faux ressemblent comme deux gouttes d’eau aux vrais et que certains vrais ne semblent avoir de signature nulle part pour l’œil non expérimenté. On distingue deux types d’armes forgées par Fukami :
 
 
D’un côté, des pièces relativement génériques, ne se distinguant que par leur qualité largement supérieure à la normale et leur signature. On suppose qu’il en a forgé un peu moins d’une cinquantaine d’aboutis. Son travail unique de l’acier rend le métal de ces lames quasiment exempt d’impuretés et au degré maximal d’optimisation possible avec du matériel « classique ». Ces armes sont signées « Fukami ».
 
 
De l’autre côté, des armes totalement uniques et en nombre plus réduit, puisqu’uniquement au nombre de seize. Quintessences du travail de forge de Fukami, elles sont tout simplement légendaires, bien que l’on soit certain de leur existence. Ces dernières sont signées du sigle « Akimitsu » ainsi que d’un nom propre à l’arme. On les appelle les seize « Fruits » d’Akimitsu, dans le sens où elles sont comme ses enfants et portent son nom. On dit de ces lames qu’elles sont maudites, et que leurs porteurs sont destinés à une mort prématurée et violente, même si cela ne fait que rarement peur au bérilien lambda. On dit aussi qu’elles sont vouées à jouer un rôle dans les évènements importants qui influenceront profondément Bérilion, ainsi que dans les histoires des héros de demain. Certaines sont perdues, d’autres conservées par des clans, ou ont simplement été oubliées. Cependant, les connaisseurs sont capables d’en énumérer une partie...
 
-Havir Akimitsu : Un katana fait d’un alliage d’Adamantite, ce qui lui donne la propriété unique de noircir lorsque sorti de son fourreau et exposé au soleil, présage funeste pour l’ennemi. Particulièrement lourd de par ses composants, il nécessite une force musculaire brute très importante pour être manié et les coups qu’on porte avec sont d’une violence colossale. Ce katana fut longtemps perdu avant d’être retrouvé par Dio Dalfan, qui le ramena à son clan et en fit l’arme familiale, éclipsant « Akimitsu » de son nom et ne conservant que « Havir ». De nos jours, Havir est possédée par Nurenuil et exposée en trophée dans la grande salle du château de Zu Feorn.
 
-Kokoro Akimitsu : Un katana fait d’un alliage de Valium, ce qui lui donne la propriété unique de s’allumer d’azur lorsqu’agité à l’air libre. Extrêmement léger de par ses composants, il est compliqué de le manier car sa prise en main est totalement différente de celle d’un katana normal. S’il n’est pas moins solide qu’Havir, les coups que l’on peut porter avec manquent de puissance, mais il permet à un combattant agile de démontrer toute l’étendue de ses talents et d’écraser n’importe quel adversaire. Ce katana avait appartenu à un rônin connu sous le nom de Jin, avant le début de la guerre avec Nurenuil, mais fut perdu à la mort de celui-ci.
 
-Megumaremashita Akimitsu : Un Yari constitué d’un alliage tout particulier de Thorium, raffiné et presque pur. On dit qu’il possédait la capacité unique d’absorber toute forme de magie qui se manifestait à sa proximité directe. Il servit notamment à faire face aux quelques mages qui restaient encore à Bérilion, particulièrement contre le jeune clan Goroshi qui n’hésitait pas à user d’artifices magiques. On dit que son premier manieur connu, un Nerimazu, usa tant de sa capacité que l’arme finit par exploser entre ses mains, le laissant mort. Cependant, Megumaremashita resta intact et fut récupéré par Zhi-Ming Long, qui s’en servit bien mieux que lui et parvint à écraser les Goroshi. Quelques années plus tard, elle quitta son poste de chef et disparut dans la nature, emportant le Yari avec elle… Ce n'est que plusieurs siècles plus tard qu'il reparut, entre les mains du légendaire Tsukumogami Shun'u, gardien du temple de Daranibô. Aujourd'hui encore, malgré le fait que le temple soit en ruines et que le yôkai soit sans vie, sa dépouille se trouve toujours au même endroit, tenant fermement le Yari sans que personne ne puisse l'en déloger.
 
-Odayakana Akimitsu et Shôgai Akimitsu : On dit que ces deux lames furent fabriquées à l’aide de l’acier d’un Runerim défunt dont le corps avait subsisté. Fukami Akimitsu pensait que cet acier aurait des propriétés spéciales, mais il déchanta rapidement en constatant que ce n’était que du métal de qualité correcte. Cependant, après avoir forgé ces deux lames, il fut pris d’un pressentiment… Le pressentiment que ces armes, toutes banales qu’elles pouvaient sembler, allaient accomplir de grandes choses et devenir de grandes lames. C’est pourquoi au lieu de les laisser de côté, il les nomma selon les deux divinités primordiales du panthéon Bérilien et les conserva précieusement. Nombre d’années plus tard, on dit que les possesseurs de ces lames devinrent le Guerrier Sans Nom et Tatakawa Futsei, les deux hommes dont s’est inspiré Kabuto Hy-Onbi pour sa fameuse pièce. Il est inutile de la raconter entièrement ici, et l’on pourra se contenter de son dénouement : Tatakawa Futsei, armé de ces deux lames, affronta la divinité Inari dans le Hekankai et l’occis, laissant les deux lames plantées dans le sol de la fameuse forêt. Par la suite, le sang du Shôgai Kitsune imprégna les deux épées… Depuis ces évènements, on a perdu leur trace.
 
-Shi Akimitsu : Un Wakizashi encore un peu plus court que la moyenne, dont la lame donne l’illusion d’être plus courte que le manche, même si l’on se rend compte en mesurant qu’ils font exactement la même taille. Cette arme a surtout la réputation d’être la plus belle qui soit, avec un degré de finition jamais atteint. Son Hamon (motif sur la lame) est parfaitement symétrique d’un côté et de l’autre et constitue un motif complexe et irrégulier, chose qu’aucun artisan n’est parvenu à reproduire. On dit parfois qu’elle est si belle qu’elle aveugle les adversaires qui affrontent son porteur ou les force à abandonner de peur de l’abimer. Cependant, la rumeur veut aussi que la malédiction des Akimitsu soit particulièrement puissante autour de cette lame et qu’elle possède une volonté propre. Ses porteurs sont destinés à la folie, et chaque coup porté par elle s’avère forcément mortel, d’une manière ou d’une autre, comme si l’arme elle-même guidait la main du manieur. Aujourd’hui, elle est entreposée sous Long Mu, dans une vaste cave contenant divers objets de diverses époques. Personne ne l’a sortie depuis plusieurs siècles.
 
-Seikatsu Akimitsu : Un nodachi extrêmement long, dépassant les deux mètres, et étant constitué uniquement d’une lame, sans manche. Sa lame est creuse sur toute sa longueur, permettant d’y passer la main. C’est une arme très compliquée à utiliser et qui appartint pendant longtemps au clan Yuki. Mais un jour, le porteur fut tué lors d'un duel et le sabre brisé en deux parties qui furent perdues.
 
-Gurosu Akimitsu : Un sabre de bois. D’un bois ressemblant fortement au bambou mais semblant ne pas en être tout à fait… De loin, elle ressemble tout simplement à un simple katana d’entrainement comme ceux que l’on donne aux enfants. Cette arme, malgré sa composition, est dite incassable et inaltérable. Chaque coup donné causerait de graves dommages internes à la victime, mais sans blessure superficielle… Cependant il serait impossible de donner la mort avec Gurosu Akimitsu, et chaque coup potentiellement mortel n’aurait au final aucun effet. L’arme appartient actuellement aux moines Waizu qui l’entreposent dans le temple du Sankuten comme une relique sacrée et la protègent sans jamais l’utiliser.
 
-Junsuina Akimitsu : Katana de verre et de cristal. Sa lame était presque invisible, et il était compliqué de juger de sa longueur : Le tirer donnait l’impression de ne tenir qu’un manche. Il coupait mieux que n’importe quelle autre arme ayant jamais existé à Bérilion, si bien qu’il n’avait pas besoin de toucher une matière pour la trancher, tant qu’elle était d’une solidité inférieure ou égale à celle d’un bois lambda. Cependant, il était naturellement incroyablement fragile, et pendant longtemps, personne n’osa l’utiliser de peur de le briser. Le moindre faux mouvement ou le moindre contact avec une surface trop résistante était susceptible de le réduire en morceaux… Un seul guerrier est jamais parvenu à le manier : Son nom était Musashi Muzutsu. Lorsqu’il se concentrait et rassemblait ses esprits, il était capable de mouvements d’une précision incommensurable et pouvait manier ce katana sans qu’il ne se casse. Après sa mort, et voulant suivre son exemple, l’un de ses descendants tenta d’utiliser Junsuina Akimitsu, mais le sabre se brisa immédiatement en 462 morceaux qui furent tous ramassés et sont maintenant conservés dans la demeure des Muzutsu.
 
-Kiba Akimitsu : Un Tachi à la lame et au manche particulièrement courbés, assez dur à tenir en main de manière conventionnelle, ce qui fait qu’on l’a souvent tenu lame vers le bas et non vers le haut. Le tranchant de sa lame est sombre tandis que son plat est clair, et le Hamon est fait de motifs anguleux et géométriques, comme des crocs. Il est le plus empoisonné de tous les Fruits d’Akimitsu, plus encore que Shi Akimitsu, et tous ses porteurs eurent une mort douloureuse. Cette arme serait littéralement assoiffée de sang, et chaque fois qu’on la tire, on ne peut la lâcher ou la rengainer qu’après avoir versé celui de quelqu’un, même s’il doit s’agir du manieur en personne. Son dernier utilisateur connu était un Shamisô qui avait eu vent des rumeurs sur cette arme et était parvenu à l’échanger à son précédent propriétaire, qui la lui laissa de bon gré contre quelques broutilles. Il la ramena alors chez lui et se mit à l’observe, seul dans sa chambre… La trouvant élégante et curieux de voir sa lame, il fit l’erreur de tirer cette dernière de quelques centimètres, et elle finit enfoncée dans son ventre par sa propre main. Le jour suivant, on retrouva le corps sans vie du Shamisô, mais pas Kiba Akimitsu…
 
 


 //(Il reste donc 6 armes « légendaires » au lot. Je les fais pas d’une part car je manque d’idées, et d’autre part car quelqu’un pourrait avoir envie d’en créer une)//


Dernière édition par Lord Penguin le Sam 12 Aoû 2017 - 13:07, édité 1 fois

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 695
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Artefact]Les seize Fruits d'Akimitsu

Message par DALOKA le Mer 14 Déc 2016 - 21:41

Kodoku Akimitsu

Comme beaucoup de fruits d'Akimitsu, l'objet a une apparence singulière, bien que n'étant qu'un katana de taille moyenne. La lame de l'arme, en effet, a un aspect légèrement verdâtre assez étrange. Quand on l'observe de près, on peut voir des vaguelettes pâles circuler sur la lame comme dans le métal même. Sa vision peut-être captivante, et l'on se sent comme happé par la lame. Selon la légende, l'épée aurait un effet des plus terrifiants : cette dernière pourrait, à travers la chair, boire l'âme. Si rien ne peut confirmer cette légende, un fait subsiste : tout ceux qui ont survécu au tranchant de Nomu ont perdu, pour toute leur vie, la volonté de se battre. C'est là d'où viendrait la puissance de l'arme, car elle ne détruit pas cette volonté, mais la dévore, et cette dernière est ensuite ressentie par le porteur. Ce dernier, alors, deviendrait un surhomme.

La lame aurait été passée de main en main par les combats, avant d'être possédée non pas par un guerrier, mais un Heka légendaire nommé Fushi, réputé invincible. Néanmoins, il est maintenant révélé que, il y a environs 70 ans, la lame quitta son temple au Hekankai, et court donc le monde.


Dernière édition par DALOKA le Ven 11 Aoû 2017 - 11:21, édité 1 fois
avatar
DALOKA
Eternel lolicon

Messages : 1904
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 20
Localisation : Près de toi, toujours très près de toi 8D...

Feuille de personnage
Nom des personnages: TROP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Artefact]Les seize Fruits d'Akimitsu

Message par Jack Van Flyff le Dim 21 Mai 2017 - 17:39

Hasaki Kenage :
Odachi de plus de deux mètres, sa lame ne semble pas être faite d’un alliage spécifique. Sa poignée et sa garde finement travaillée représente une gueule de lion en or. A sa poignée des clochettes finement ouvragée pendent à une cordelette rouge comme le tissu qui recouvre la poignée. Le tranchant de la lame est particulièrement aiguisée, et sa pointe encore plus. Il est dit que son poids terrible ne peut permettre son utilisation que par les plus braves et honorables guerriers. Il avait été conçu pour le clan Kenage, et fut utilisé lors de parades ou démonstrations de celui-ci.

Peu connu du grand publique il a été récemment découvert par un groupe d'enquêteur qui a mit également à jour la vérité sur son histoire.(Par ici) Il est désormais au Temple Nerimazu.

__________________________________________________
avatar
Jack Van Flyff
Lady's doudou

Messages : 758
Date d'inscription : 08/10/2010
Localisation : Dans le coeur de sa maitresse :3

Feuille de personnage
Nom des personnages: http://chevalier-eclipse.forumgratuit.org/t789-les-fiches-de-jack-van-flyff

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Artefact]Les seize Fruits d'Akimitsu

Message par Lord Penguin le Sam 12 Aoû 2017 - 15:19

Kôkei-Shakebi Akimitsu :
Kôkei-Shakebi est une lame composée d’un alliage à la particularité étrange : A l’air libre, il attire à lui l’humidité et est en permanence suintant, recouvert d’eau comme si on venait de l’y tremper. Tout le long de la lame, si l’on regarde attentivement, on peut déchiffrer un texte gravé dans le métal. Ce dernier, dit-on, raconterait un épisode important de la vie du mystérieux forgeron Fukami Akimitsu, père de la lame, et constituerait une clé pour comprendre l’histoire de cet homme de légende. S’il n’est pas correctement essuyé après chaque utilisation et est rentré dans son fourreau encore humide, des moisissures ont tendance à se développer sur l’ensemble de la lame en peu de temps, recouvrant les gravures d'une matière noire… Kôkei-Shakebi a ainsi hérité du surnom de « Lame qui Pleure », où « Triste Lame », et il nécessite une attention toute particulière pour être entretenu. Le leader du vil clan Goroshi la possédait, et il ne le nettoyait jamais, ce qui transformait chaque coupure en une potentielle infection. Aujourd’hui, on ignore ce qu’est devenue la Triste Lame.

Akaneia Akimitsu :

A la différence de la majorité des autres fruits, Akaneïa n'a pas de lame... En effet, ce nom désigne en fait un Yumi et le lot de 7 flèches qui lui sont associées. Fabriqué en une matière osseuse, on dit qu'il fut taillé dans le coeur de la corne d'un Navaldeus, la créature aquatique légendaire, et que sa corde est faite de la fourrure de ce dernier. Matériel solide comme l'acier tout en restant flexible, la puissance de tir d'Akaneia est inégalable. Ses flèches, taillées dans le même matériel, n’ont pas de pointe à proprement parler, et sont faites pour pouvoir traverser de part en part leur cible. Parfaitement taillées en une forme en spirale, les tirer leur donne systématiquement un effet de rotation améliorant leur pénétration. On dit qu’un tir d’Akaneia peut transpercer un homme en armure d’acier, et que la flèche ressortira de son corps pour continuer sa course. Aucune trace ne demeure de ce fruit, qui dit-on était utilisé par Fukami lui-même lorsqu’il chassait dans la forêt pour se nourrir.

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 695
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Artefact]Les seize Fruits d'Akimitsu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum