[Éclipse] Gomy, l'unique (actuellement).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Éclipse] Gomy, l'unique (actuellement).

Message par Gomy Mesalyos le Jeu 15 Aoû - 23:21

› Nom : Mesalyos

› Prénom : Gomy

› Race : Humaine

› Sexe : Féminin

› Âge : 17 ans

› Date de naissance : 1839 (jour et mois à définir)

› Taille : un mètre soixante-cinq.

› Poids : à peu près entre une petite cinquantaine et une soixantaine de kilos.

› Origine : Nurenuil (Vamor)

› Poste au sein du château : Trésorière

› Armes : le plus souvent des petits couteaux sont dissimulés à divers endroit sous ses vêtements, seule une dague standard est mise en vue à sa ceinture.

› Puissance (selon l'échelle mise en place par Daloka) : approximativement 1,5/G-2/F (à noter que son agilité domine largement sur sa force physique).

› Aime : les trésors et équivalents, se sentir supérieure aux autres (et donc par extension ceux qui lui obéissent ou qui se font avoir par ses ruses), gagner de manière générale (quelque soit la méthode utilisée).

› Déteste : écouler inutilement de l'argent et perdre tout court, ceux qui la sous-estime (à raison ou pas), les personnes plus malignes qu'elle.

› Points forts : l'infiltration/la discrétion et globalement les sales coups, le marchandage, les comptes, le maniement au corps-à-corps (comptez-y le pickpocket), le froid qu'elle supporte aisément.

› Points faibles : l'argent et tout ce qui a de la valeur, les personnes plus fortes qu'elle physiquement, la chaleur et les lumières trop vives, l'alcool sous toutes ses formes (elle le tient très mal), la magie.

› Physique :
“ La confiance passe aussi par la première impression. „

Physiquement parlant, on peut dire que Gomy n'a probablement rien à envier. Du haut de son petit mètre soixante-cinq, elle possède une carrure svelte allant de pair avec son poids-plume ─ pour son âge. Son visage enfantin lui imprime un air d'innocence, effet sensiblement renforcé par sa peau tout à fait blanche où le très peu de cicatrices reste disimulé, sans pour autant tirer au teint maladif.
Sur sa tête bataillent d'épaisses mèches parfaitement blanches, elles aussi, malgré leur peu d'entretien. Chacune ondulent et s'entremêlent jusqu'à ses épaules, à l'exception de celle de devant maladroitement coupées en frange irrégulière afin de ne pas lui gêner la vue. Contrastant avec sa tignasse, ses grands yeux brillant de vivacité exhibent deux iris rouges.

Pour ce qui est des vêtements, rien d’ostentatoires, d'inutiles, de voyant ou d'encombrant. Ainsi la plupart du temps, la totalité de sa tenue ne présente que du noir, du rouge sombre et leurs nuances. Composées de cuir souple, une première pièce couvre son cou, son buste ainsi que son ventre jusqu'aux hanches ; deux autres composent des gants s'étendant pratiquement près des coudes ; et enfin deux supplémentaires forment des bottes s'ouvrant au-dessus des genoux. De larges petites épaulettes protègent grossièrement ses épaules et accrochées à une bande de cuir et de métal ceignant sa taille, précisément cinq sacoches aux multitudes de poches s'enroulent le long de ses hanches. Pour ce qui est des bras et des cuisses, le moindre bout de peau est dissimulé par du tissu épais allant du gris au noir.

Bien évidemment au vue de son poste au château, la demoiselle ne porte pas de tels vêtements tous les jours et les délaissent parfois pour des habits plus amples et confortables.


› Caractère :
“ Face à un monstre, je suis très courageuse tant que quelqu'un va le battre à ma place. „

Gomy est serviable, c'est une gentille fille. Tout à fait honnête, elle possède un certain sens de la droiture et, allant avec son apparence légèrement enfantine, elle se montre adorablement attentionnée et très mignonne dans son attitude.
Enfin en apparence.

La plupart d'entre vous le savent déjà : Gomy est quelqu'un qui agit par dessus tout par intérêt. Plus précisément, on peut dire sans exagérer que l'argent est sa seule raison de vivre. Par extension elle est prête à tout tant que son geste est récompensé de manière proportionnelle à l'effort donné. Mais elle n'en a jamais assez et ainsi, n'hésite pas à user de ruse pour un simple magot. Comprenez bien que les coups les plus bas, les plus fourbes comme ─ pardonnez l'expression ─ les plus dégueulasses sont loin de l'arrêter quand elle vise un gain intéressant, allant du vol au meurtre en passant par la prostitution.

Mais n'allez pas non plus vous imaginer que Gomy irait vaillamment partir en exploration pour trouver X objet en combattant X monstres pour X raisons. Non non non, gardez bien en tête que la jeune fille est une poltronne de la pire espèce, une couarde, une lâche ; bref, une dégonflée. Ainsi toutes les excuses sont bonnes pour ne pas faire le sale boulot, pour envoyer quelqu'un à sa place. Et pour cela, de la même façon qu'avec l'argent, la demoiselle pourrait presque tout tenter, allant de la manipulation mentale à l'achat pur et simple ─ en touchant le moins possible à ses propres économies évidemment.

Sans exagération on peut donc dire que Gomy est la déloyauté incarnée. Elle se fiche éperdument des couleurs qu'elle porte, qu'il s'agisse de sont pays ou du château, tout comme de la gloire ou de l'honneur. Tant que l'intérêt financier et la sécurité s'y trouve, et n'hésitera pas une seconde à aller voir ailleurs.


› Histoire :

FIRSTC h a p t e r
“ De toutes mes arnaques, venir au monde a été la plus réussie. „

En 1839, Gomy voit le jour dans la zone enneigée de Vamor, d'Elæn Thóos et Osvald Mesalyos, tout deux modestes marchands. Elle est leur second enfant, bien que la seule à rester en vie ; car il faut savoir que le jeune couple avait l'an passé donné naissance à un fils, mais qui malheureusement doté d'une constitution trop fragile ne put résister au dur climat de la région. Mais la petite tient bon, pour le plus grand bonheur de ses parents. Oh, non pas par amour pour leur fille, détrompez-vous : en réalité, la simple perspective d'avoir une bouche supplémentaire à nourrir était loin d'enchanter les deux commerçants. Mais une descendance, bien élevée, en plus de perpétuer la lignée pouvait rapidement se montrer rentable et même venir renflouer leurs économies.
Ainsi, tant bien que mal, ils partagent le nécessaire ─ autrement dit le minimum vital ─ avec leur gamine durant ses premières années. Puis, atteint un certain âge, ils lui apprennent, comme avec beaucoup d'enfants, à marcher, parler, mais surtout à lui donner des notions de comptes et d'écriture, indispensables aux affaires. Inutile de préciser qu'elle possède pas mal de libertés, tant qu'elle ne dérange pas ses parents pour rien et qu'elle remplie sa part de travail.

Mais quel travail, me demandez-vous ? Très jeune, elle aide dans un premier temps à amadouer les passants devant les étalages et les pousser à acheter les marchandises familiales. Par la suite, une fois certaines connaissances sommairement acquises, à ses journées s'ajoutent l'aide des comptes ou des stock. Bien évidemment s'il elle commet une erreur, elle comprend rapidement qu'elle doit la payer quelque soit le moyen : autrement dit, la perte engendrée par ladite maladresse est déduite, le plus souvent, sur son repas. Par extension, il lui arrive de ne pas manger de toute une journée ─ car oui, les temps sont durs ─ mais malgré tout, elle n'est jamais battue, par ses parents tout du moins.
Mais ça ne s'arrête pas là. La situation financière n'est jamais au mieux, ne permettant donc même pas à la petite famille de partir dans un lieu au climat plus propice aux clients et aux affaires. Que faire quand l'« honnêteté » ─ pour le peu qu'ils ont encore ─ ne paie pas son assiette ? Basculer dans les méfaits purs et durs.

Gomy a alors neuf ans. Et plutôt que de jouer avec la pitié des passants, elle va alors, sous la demande de ses parents, aller tirer leurs biens de leurs poches. Elle s'en prend d'abord aux plus faibles, c'est-à-dire les vieillards dont elle achève parfois l'existence sans le savoir, au simple fait de leur voler vivres et argent par petites quantités mais de manière relativement récurrentes, et ce directement chez eux. Le temps passe et la petite gagne en dextérité dans le domaine jusqu'à s'attaquer à des cibles de plus en plus jeunes, sur des lieux parfois public. Par l'expérience elle apprend des techniques s'apparentant au pickpocket, tout comme des manières de courir, se cacher ou duper ses victimes plus élaborées. Oh, bien sûr toutes ses tentatives ne réussissent pas et en cas d'échec, et donc de retournement de situation comme l'agacement momentané de la personne en découvrant qu'un sale môme cherchait à lui piquer sa bourse, il lui arrive de ne pas s'en sortir sans coups et blessures, dans le temps atténués par son âge mais qui se révéleront plus francs à mesure que traits mûriront.

Dix, onze, douze ans. Les risques que prend la demoiselle se montrent rentables et cela est loin de lui déplaire, personnellement parlant. Malgré tout ça ne semple pas suffire, autant pour elle-même que pour ses ascendants. Elle se dit alors que ne pas laisser la victime en vie évite les représailles et augmente le butin de façon significative. Sur cette réflexion, la jeune fille se documente comme elle peut sur les différentes sortes de poisons existant, les armes qui ne trahissent pas la furtivité, les armures qui n'entravent pas le mouvement, les manières de tuer en silence. Elle met rapidement ses nouvelles connaissances en pratique et celles-ci font preuves d'une efficience non négligeable. Cependant, elle ne le fera que rarement, préservant ainsi ses actes relativement à l'abri des yeux de la loi.
Oh mais, malgré tout ses actes condamnables, les habitants environnant ne paraissent pas la détester. Pourquoi ? Parce que la gamine a aussi appris à changer radicalement d'attitude selon la personne en face d'elle. Car on ne peut pas piéger un rat sans qu'il soit en confiance auparavant.



♦♦♦


SECONDC h a p t e r
“ La mort ne me gagnera que si elle a un prix intéressant à me proposer. „


Mais Gomy n'est pas infaillible, et elle l'apprend d'ailleurs à ses dépends. Entre sa quinzième et sa seizième année, elle multiplie d'autant plus les méfaits plus ou moins discrets. Elle va jusqu'à les aligner, prise par son envie sans cesse grandissante de fortune, quelque soit leur valeur. Selon elle tout est bon à prendre, et il ne faut jamais laisser passer l'occasion de s'enrichir, ne serait-ce qu'un tout petit peu. Puis vient le jour où elle voudra s'en prendre à plus forte qu'elle.

Trop sûre d'elle, elle voulu déposséder un inconnu de sa sacoche qui pendait négligemment à la selle de son cheval. L'ayant aperçu tout juste de loin, elle ne prit pas la peine de se renseigner ne serait-ce que sommairement sur ses proies comme elle pouvait le faire d'habitude.
À l'instant où ses doigts se refermèrent sur le sac visiblement bien rempli, une lame se glisse sous sa gorge. Avant même qu'elle ne puisse le réaliser, l'agresseur, plus grand ainsi qu'a la carrure bien plus puissante qu'elle, la ceint de son bras juste au-dessus du ventre, si bien et si fort que la jeune fille voit ses propres bras paralysés et sa respiration dangereusement atténuée. Il sourit, crie quelque chose en faisant demi-tour sur lui-même, et rapidement une, deux, trois personnes s'approchent d'eux. Gomy ne veut pas le croire, mais la voilà bel et bien prise au piège, car à peine amorce-t-elle un mouvement d'épaule que l'autre resserre son emprise, coupant un peu plus le souffle de la demoiselle. Un homme moins imposant s'avance et quand leur regard se croisent, l'adolescente réalise que sa situation est d'autant plus dangereuse : ses traits lui sont familiers, et pour cause, puisqu'il s'agit là d'une de ses nombreuses victimes. Autrement dit, elle se trouvait en position de faiblesse face à quelqu'un qu'elle avait récemment dépouiller sans le moindre scrupule.

Un bref débat s'engage entre ses bourreaux sur le sort à lui réserver, puis on la jette brutalement dans la neige après l'avoir sonnée d'un coup de poing, cependant pas assez fort pour la plonger dans l'inconscience. Un pied lui percute les côtes, l'étouffant brièvement à nouveau, puis on lui écrase de façon répétitive les jambes et les bras, notamment les mains qui deviennent naturellement la cible principale de ceux voulant faire payer ce que l'on qualifie, en l'occurrence, de voleur. Gomy ne peut rien faire tandis qu'on la soulève pour lui coller les épaules contre un mur à proximité ; et dans ce même mouvement, dû à cet affaiblissement momentané sans doute, sa tête bascule sur le côté. Et parmi l'indéfinissable amoncellement de tâches aveuglément blanches qu'elle voit maintenant, la vue brouillée de façon significative, elle distingue une silhouette humanoïde se détachant du paysage déjà contrasté par arbres et bâtiments maintenant semblable à de ternes éclaboussures. Vraisemblablement par son instinct de survie, ainsi qu'accessoirement encouragée par le fait qu'une lame commençait dangereusement à s'enfoncer aux alentours du poignet, elle enfile alors dans la seconde un masque de jeune demoiselle innocente. Celle qui laisse ses larmes couler, celle qu'un rien effraie, et surtout celle qui dans le cas présent est obligatoirement la victime. Il ne peut en être autrement. Car elle est naïve, idiote peut-être, mais avant tout ingénue.

La martyrisée pousse tant bien que mal un appel à l'aide en direction de l'individu dans le simple espoir de s'en sortir vivante. Après quoi un poing dans son estomac coupe cette fois son souffle, si bien que le goût du sang envahit sa bouche. Voyant déjà sa tentative précédente vaine, la “victime” se résigne et clos ses paupières, attendant d'entendre ses mains tomber sur le sol.
Elle-même ne saurait réellement dire ce qui s'est passé ensuite. Sans raisons apparentes, l'emprise sur ses épaules se relâche et elle tombe durement à genoux, rouvrant machinalement les yeux. Sa vue n'est pas encore nette, mais elle sent la neige entre ses doigts, constatant par extension et non sans surprise que ses poignets n'ont pas été sectionnés. Sans qu'elle ne puisse franchement bouger, elle capte autour d'elle de l'agitation, le son du métal qui s'entrechoque, et probablement quelques râles de douleur aussi mais surtout, depuis le début, une voix inconnue dont elle n'arrive à comprendre la signification de ses paroles, les sens encore engourdis par les événements. Peu après quelqu'un vient près d'elle et cette voix résonne à nouveau dans son crâne, sonnant à ses oreilles comme une sorte de bouillie sonore inintelligible mais relativement rassurante. Ses esprits lui reviennent peu à peu et l'homme l'aide à se relever, la soutenant de son bras. De qui il s'agit, Gomy n'en sait rien. Mais en considérant ses bourreaux inanimés plus loin, un calcul simple lui permet de conclure qu'il est un allié. Ce dernier articule quelque chose, la dirige quelque part. Elle réalise lentement les faits et intérieurement, sourit de tout son âme. Elle est en vie et entière, qui plus est ces porcs n'ont eu que ce qu'ils méritaient, n'est-ce pas ?




♦♦♦



THIRDC h a p t e r
“ Je n'ai pas besoin d'aide. Juste de moyens... et de pigeons. „


Rapidement, ils atteignent une auberge proche. L'homme lui offre des soins nécessaires ainsi que ce dont Gomy avait le plus besoin : un bon repas chaud. Pendant qu'elle se restaure, ce qu'elle verra l'espace de quelques heures comme son sauveur se présente. Nelfhithion Châtel machin chose, au nom inutilement complexe selon elle ; ce pourquoi elle se contentera de l'appeler « messire » tout le long de leur entretien. Mais tout ça n'est que détail par rapport à une information glissée incidemment : c'est un chevalier de l'Ordre d'Éclipse.
Ils discutent de la guilde et la demoiselle en apprend un peu plus sur eux, leurs activités, leur but... et l'argent récolté d'une mission à l'autre. La voilà potentiellement intéressée, sans pour autant qu'elle ne le montre réellement, bien entendu. Oh, doit-on préciser qu'elle n'a, à aucun moment, retiré son masque de jeune fille respirant l'honneur et la pureté ? Gentiment souriante et de la reconnaissance plein le regard, elle continuera d'amasser plus de renseignements qu'elle ne peut l'espérer. Et contre toutes attentes, avant même qu'elle ne commence à élaborer un quelconque plan pour suivre le chevalier en douce dans un objectif purement vénal, celui-ci lui propose de rejoindre l'Ordre en tant que chevalier.

Pour être tout à fait exact, à ce moment-là, Gomy manque de s'étouffer avec l'eau qu'elle avale. Troublée l'espace d'un instant, elle prend le temps d'analyser la situation. Cette opportunité lui offre la possibilité d'encaisser encore plus d'Yliades qu'elle n'en a déjà, n'est-ce pas ? En réalisant ce fait, elle se rendra également compte que l'idée même de quitter Vamor ne lui était étrangement, jamais venue à l'esprit, prise sans doute dans l'évidence que les affaires semblaient correctement fonctionner dans sa région natale. Quoiqu'il en soit, sans qu'elle n'ait réellement à se pencher plus longuement sur la question, elle accepte.
Ayant terminé son repas, elle quitte l'établissement tandis que le chevalier part aux préparatifs du voyage ─ par chance, lui aussi n'avait plus à faire dans la zone ─ afin d'aller, à sa manière, affronter ses parents. Étant à elle seule l'une de leur principale source de revenus, le contrecoup en apprenant le départ de leur fille serait incontestablement désapprobateur et ferait obstacle à ses projets. Ainsi, profitant que le commerce familial les occupe, elle balance des affaires dans un sac et surtout, y dissimule son magot personnel amassé à l'abri de lu regard de ses ascendants. Après quoi, partant du principe que simplement disparaître pouvait potentiellement entraîner des recherches et donc entraver ses plans, elle laisse un simple mot expliquant brièvement qu'elle les lâche sans regrets et qu'ils n'ont qu'à trouver quelqu'un d'autre, coupant définitivement tout lien avec eux.

Gomy s'empresse alors de rejoindre le chevalier et part sur-le-champs. Le trajet se passe sans encombre, quelque jours s'écoulent et enfin, la jeune fille pose un pied dans l'enceinte-même du château, pour le plus grand bonheur de son égo. Prenant toutefois soin de ne jamais s'éloigner de son « parrain », elle rencontre plusieurs membres de l'Ordre avec la méfiance de celle qui n'a jamais quitté son pays ; et à raison, la plupart étant tout de même de sacré énergumène selon elle, mais ça c'est autre chose. Elle fait la connaissance du Maître-Chevalier, Gemstone, et rapidement, se met en service au sein de la guilde en tant que simple chevalier. Son poste ne lui convient pas exactement, mais peu à peu, le temps passant elle décroche un rôle aussi bien au niveau de la sécurité que sur le financier : trésorière officielle. À ça s'ajoute une communauté présentant des intérêts sur pratiquement tout les plans. Que demander de plus ?

Bref, cela fait quelques temps maintenant que la demoiselle exerce à Éclipse, jonglant entre son travail et parfois quelques missions (les moins dangereuses évidemment) pour arrondir la somme rentrée régulièrement par les autres mercenaires. Pour ce qui est de ses parents, elle n'en a actuellement pas le moindre signe de vie et, pour être honnête, s'en fiche éperdument tant qu'ils n'interviennent pas... de gré ou de force.



۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰۰

Partie spéciale
「Carnet de bord」

Relationships
“ Les critères physiques ou intellectuels importent peu par rapport à l'Intérêt, quel qu’il soit. „

---
Allié
▰ Neutre
Ennemi
---

Nelfhithion Aesiryon ⁃ Bouclier (+6)
⌈ Il est le premier chevalier de l'Ordre d'Éclipse que j'ai connu. Je l'aime bien car son état d'esprit en tout point chevaleresque me laisse penser que je peux lui faire confiance quand il s'agit de me protéger... Par contre en mission, je trouve qu'il pense trop aux détails comme « sauver les innocents », « combattre ceci ou cela » ou encore « limiter les dommages collatéraux » plutôt qu'à la récompense ! Heureusement que je suis là pour le lui rappeler. ⌋

Smoothie Hémos ⁃ Explosif imprédictible (?)
⌈ Elle, elle m'agace ! J'ai beau jouer l'innocente, je me fais cramer à chaque fois et me fais rembarrer aussi sec. Parfois elle me sermonne mais, il arrive qu'elle me protège aussi. Je crois. Cette femme est franchement bizarre, en fait. Elle est... euh... floue. Ouais, c'est ça. Floue. Je l'ai vu rester à l'écart, mais s'énerver aussi. Je crois qu'elle me fait un peu peur... mais l'important c'est qu'elle défonce la face de mes ennemis. ⌋

Gemstone Rash'edëd ⁃ Vieux boulet (/)
⌈ Il est le fondateur de l'Ordre, alors je dois faire en sorte de ne pas m'en faire un ennemi. Il est plutôt... naïf ? Il me court toujours après pour je paye ma part, et puis quoi encore ? Je dois garder et surveiller les rentrées de mon fric, je ne vois pas pourquoi j'en donnerais ! J'arrive à y échapper le plus souvent grâce à sa stupidité sans limites, ha ! Pour qui tu m'as pris, vieux schnock ?! ⌋

Akety Nozeki ⁃ Mioche inutile (/)
⌈ Ce môme est bizarre. Il est... tordu. Ou peut-être juste débile. Pénible avec ça, il passe le clair de son temps à faire suer ─ pour rester poli ─ la plupart des chevaliers, dont moi. À côté de ça il reste sympathique dans son genre. Mais entre son âge et son caractère, il ne me sert pas à grand-chose, pas même comme appât (quelque soit le niveau) à cause de sa constitution relativement étonnante pour un gosse. Bah, je trouverai bien un intérêt avec le temps. ⌋

Lucius Fledermaus ⁃ Ordure douteuse (-8)
⌈ Qu'il est pénible celui-là ! Je l'aime pas, il complètement inutile... et terriblement agaçant. Non en fait, il me vrille les nerfs au plus haut point ! Il se joue de moi, cet abruti, et a même OSÉ tenter de me piquer de l'argent à plusieurs reprises. Ou même de m'arnaquer comme une débutante ! Et sans parler de ces saloperies de surnoms ridicules... ou de sa drague inutile. Pire, quand il me tire les joues ! Rah ! Et il est bizarre avec ça, physiquement aussi. En fait il est pas net.
NOTES : - se renseigner sur lui le plus rapidement possible, il a forcément un truc à cacher.
- trouver un moyen de lui en coller une. ⌋

Dreke Vandeir ⁃ Menace encombrante (-7)
⌈ Alors lui, je l'aime pas, mais alors PAS DU TOUT. Dès qu'il me voit il cherche toujours à m'insulter, m'écraser, m'humilier, même qu'il a essayé de profiter du fait que je sois une jeune femme innocente et sans défenses, une fois. Autant il aurait un intérêt quelconque je veux bien, mais il ne fait que m'entraver et ne me sert à rien, tout juste financièrement parlant. S'il ne crève pas lors d'une mission, je vais finir par m'en charger moi-même. ⌋
avatar
Gomy Mesalyos
Ourson sentinelle

Messages : 68
Date d'inscription : 23/10/2010
Age : 19
Localisation : Là.

Feuille de personnage
Nom des personnages: Euh... Gomy.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum