[Région]La région de Long

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Région]La région de Long

Message par Lord Penguin le Dim 24 Aoû - 1:52

LA REGION DE LONG


# [Updated, voir plus bas]


Dernière édition par Lord Penguin le Lun 22 Aoû - 10:17, édité 1 fois

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 650
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bonus : Habitudes vestimentaires

Message par Lord Penguin le Mar 24 Fév - 22:51

Le style vestimentaire Long est parmis les plus recherchés de Berilion. En dehors des combats et batailles, on y porte le plus souvent des vetements de velours ou de soie. Les couleurs de ces derniers sont souvent vives et on admet nombre d'extravagances dans les tenues portées par chacun. De plus, la majorité de celles-ci sont marquées de motifs plus ou moins complexes. Si certains ne constituent que des effets de mode ou n'ont qu'un objectif esthétique, beaucoup ont une signification plus ou moins évidentes et profonde (la plupart sont en fait particulières à une famille, qui l'utilise comme symbole). Ces symboles sont notamment la raison pour laquelle l'industrie textile est très développée à Long, car ils nécessitent que les vetements soient faits sur mesure.

Quelques exemples :

Hommes :


A droite, vêtement on ne peut plus classique (remarquez les manches plus longues que la normale, chose que l'on retrouve souvent à Long). Les symboles semblent abstraits, difficile d'y discerner quelque chose.
A gauche, un haut long (lol) descendant jusqu'au bas des jambes ceinturé d'un foulard/drap/torchon, comme vous préferez. On peut ici discerner un tigre dans les motifs, peut-être est-ce le symbole de la famille du mannequin, qui sait?


Femmes :


A gauche, plutot classique. Un haut descendant jusqu'au haut des cuisses et un pantalon large. Motifs abstraits?
A droite, un type de robe (plus féminine) typiquement Long, fendue sur le coté pour faciliter les mouvements, avec des chaussures à lacet remontant sur le tibia. Ce vêtement est caractéristique, presque symbolique, de cette région. Le motif semble ici représenter... un genre d'arbre à fleur?

(A venir : Armures versions féminines et masculines)

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 650
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[Bonus] Carte de Long

Message par Lord Penguin le Dim 2 Aoû - 21:07

Et pour finir, la carte de Long. Avec celle là, j'ai fini tout Berilion Mignon .



-La capitale de la région et par la même occasion du pays, ou vit le clan Long, est Long Mu. Ville forteresse batie en flanc de montagne.

-L'espace entre Zu Rin et Ran est une vaste plaine nommée Heiya dans laquelle on éleve notamment beaucoup de montures et de bétail.

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 650
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Région]La région de Long

Message par Lord Penguin le Lun 22 Aoû - 10:19

Résumé :
Long est le « centre » de Bérilion, tant géographiquement que Politiquement. On y trouve la capitale du pays, Long-Mu, ou sont prises toutes les décisions importantes concernant l’ensemble de la nation, lors de réunions entre les chefs de clans et leurs Kulins. Toujours impliqué dans les affaires du pays, l’influence bénéfique de Long dans son histoire lui a forgé la réputation d’un clan plein de sagesse. C’est la région de Bérilion aux règles les plus strictes, où le maintien de l’ordre est pris avec le plus grand sérieux, mais aussi celle ou la culture est la plus développée. On y combat surtout en armure, et parfois à dos de cheval, chose unique dans le pays.


Histoire :
Lorsque les réfugiés arrivèrent sur la terre qui prendrait plus tard le nom de Bérilion, le clan Nerimazu (qui avait déjà un rôle important sur Aldor, étant les leaders de l’opposition au système magocratique en place) voulut unifier tous les ressortissants sous une même bannière. Cependant, ils durent faire face à deux principaux rivaux : D’un côté l’alliance des clans Yuki et Shamiso (le second étant en fait issu du clan Nerimazu lui-même), de l’autre le clan Long, qui avait rallié les familles mineures à lui. Ces derniers, qui secondaient les Nerimazu autrefois, ne jugeaient pas qu’ils avaient le jugement et le pragmatisme nécessaire pour diriger les réfugiés dans cette situation de crise. Ainsi, la Bérilion d’origine ne comportait que trois factions, un nombre qui ne cessa pas de varier par la suite.
Au fil des divisions du pays et à mesure que les positions des différents clans se stabilisaient, Long se retrouva avec une place centrale dans la géographie de Bérilion, et devint donc le clan le plus impliqué dans les affaires des quatre coins du pays, ce qui fit accroître son influence politique. Lorsque des conflits mineurs se profilent entre des clans ou groupuscules, les Long se présentent toujours en tant que médiateurs pour éviter des massacres inutiles. La crise du 9e siècle et l'apparition du Zigarne mènera à la fondation de Long Mu, et a une unification de tous les clans contre la menace du monstre, sous le commandement des trois héros. Cependant les dissensions revinrent rapidement une fois la crise terminée. C'est un peu moins de 200 ans plus tard qu'Hatso Long, inspiré par ce qui se produisit face au Zigarne et suite à un événement dont la nature exacte est oubliée de tous, saisit l'opportunité d'unifier le pays contre l'ennemi commun que représentait Nurenuil, fondant Bérilion comme nous la connaissons aujourd'hui.


Rites et traditions :

Police :
La région de Long est la seule disposant d'une forme de police (baptisée le Keisatsu) régulant le comportement de la population. Les membres de celle-ci, nommés Keilongs, sont reconnaissables à leur armure caractéristique de couleur blanche et violette portant l'insigne du clan. Ils font respecter les lois dans toute la région. Dans les plus petits villages, les Keilongs ne sont que des citoyens comme d'autres auxquels on a délégué cette tâche et qui font office d'autorité. Ainsi, le chef du village sera aussi le plus souvent le Keilong. Bien que ce fonctionnement semble parfois tyrannique aux yeux des autres clans, qui n'apprécient guère ce type de contrôles permanents et lui préfèrent les règlements au cas par cas (#duels), les habitants de Long s'accordent généralement à les trouver aussi justes qu'utiles, et il est démontré que la présence des Keilongs réduit le nombre de combats qui dégénèrent. Les sanctions les plus courantes consistent en de courtes périodes d'emprisonnement ou de travaux d'intérêt généraux forcés, mais la mise à mort pure et simple est de mise pour les fautes plus graves.

Duel :
Malgré le contrôle exercé par les Keilongs, et contrairement à ce qu'on pourrait penser, les duels sont loin d'être délaissés à Long. Ils ont lieu fréquemment et soldent la majorité des conflits, cependant ils sont plus compliqués à organiser et sont encadrés par la loi. En effet, les enjeux de chaque duel doivent être exposés aux autorités compétentes (Keilong) qui devront l'arbitrer. Aucun duel qui ne soit pas pas purement amical ne doit, théoriquement, avoir lieu sans signalement au préalable. Ainsi, deux duellistes devront se rendre à un commissariat ou dénicher un Keilong pour les arbitrer s'ils veulent rester dans la légalité. Si l'un des partis refuse de se battre ou si les deux combattants ne parviennent pas à se décider sur les enjeux de l'affrontement, c'est au Keilong de juger de la marche à suivre, ayant le droit de forcer quiconque à se battre ou de choisir ce qui sera mis en jeu. Heureusement, on trouve des Keilongs pratiquement partout, ce qui évite l'organisation de duels de devenir trop rebutante ou compliquée (car si elle  l'avait été, les gens ne se seraient pas gênés pour se battre de toute façon). Dans l'application, les duels Longs ont certains règles principales : Il est interdit de tuer si le duel n'est pas spécifié comme à mort, mais rien n'oblige à le faire si c'est le cas. Une fois que le Keilong les a confirmés, on ne revient pas sur les enjeux. Le duel ne commence qu'à l'instant ou le Keilong l'a déclaré et a énoncé les dits enjeux à haute voix. Si l'un des combattants déclare forfait lors d'un duel à mort, sa vie doit être épargnée.
Long est aussi la seule région de bérilion ou des duels peuvent avoir lieu à dos de cheval.

Éducation :
A Long, de manière semblable à ce qu'on peut trouver à Shamisô, on élève aussi l'esprit et non uniquement le corps. Dans les grandes villes, il est d'usage que la majorité des enfants apprennent au moins à lire de manière à peu près correcte, même s'il n'est pas rare que le manque d'exercice leur fasse oublier cela par la suite. Sur le plan martial, les enfants sont comme partout éduqués par leurs parents ou tuteurs. Cependant, dans leur jeune âge, ils doivent suivre deux années de formation quotidienne aux valeurs et à la discipline Long, qui leur inculque les lois qu'ils devront suivre toute leur vie (et la lecture si on a des gens qualifiés pour). Plus tard, lorsqu'ils atteignent la majorité, ils doivent à nouveau suivre une formation commune, cette fois plus portée sur le plan martial, mais aussi sur la stratégie militaire. On apprends aux jeunes adultes à obéir à des ordres plus complexes, on leur inculque les différentes tactiques et formations… Afin qu'un jour de bataille, ils soient capables d'exécuter efficacement les manœuvres décidées par le commandement. Lors de cette formation approfondie, on leur apprend aussi à monter à cheval et à se battre sur une monture : Sa cavalerie est une des fiertés du clan. Il est aussi important de noter que la tradition Long veut que l'on favorise l'utilisation des armes d'Hast, telles que le Naginata ou le Yari, mais les combattants sont aussi équipés de lames courtes, peu encombrantes, aptes à les sauver de certaines situations. Lors de cette seconde formation, et considérant qu'ils ont atteint leur taille définitive, les jeunes guerriers commencent à se battre en armure, et à la fin de celle-ci, ils se voient offert une armure de basse facture et sans décorations. Par la suite, il leur revient de faire personnaliser cette armure aux couleurs de leur famille ou de s'en procurer une autre s'ils sont fortunés, car tout bérilien éduqué à Long possède sa propre armure. Ces dernières se veulent les plus impressionnantes possibles et pour cela, on n'hésite pas à les décorer de diverses fioritures. Souvent, les casques présentent un masque dont la figure dépend évidemment des armures et des préférences de leur porteur. Celui des Keilongs, par exemple, est un visage à l'air impassible dont on dit qu'il serait originellement calqué sur celui de Funuki Long, leur fondateur.
Au final, les habitants de Long ne sont pas d'excellents duelistes, leur formation générale ne portant pas uniquement sur le combat. Cependant, leurs troupes sont les plus efficaces lors de batailles du plus grande envergure.

Culture :
Long est une région qui fait la part belle aux activités culturelles telles que le théâtre ou la musique. Si ce fait est moins évident dans les provinces, il saute aux yeux à Long-Mu, qui est sans équivoque la capitale de la culture bérilienne, qui n'est nulle part ailleurs si exacerbée. A l'origine construite en tant que bastion militaire, la place forte est maintenant principalement recouverte de théâtres, salles de concert ou de danse (les fameuses claquettes bériliennes!), de bibliothèques, et de boutiques d'artisanats provenant de tout le pays (porcelaine, parfums, armures et armes diverses…), etc... L'industrie textile, par exemple, y est particulièrement développée, et on y trouve nombre de couturiers d'exception qui contribuent à la réputation qu'a Long d'avoir un style très recherché. Les plus grandes représentations artistiques ont lieu à Long-Mu et attirent des amateurs de tout Bérilion... Si le pays avait été plus ouvert, ce serait une incontournable place touristique.
De même, par rapport aux autres, la région de Long est souvent vue comme celle dont les particularités sont les plus prononcées (voir excentriques), et ce qui se trouve à Long se voit rarement ailleurs, tout comme ce qui se fait ailleurs se trouve aussi à Long.
L'élevage de chevaux, par exemple, est une activité typique qu'on ne retrouve pas ailleurs dans le pays, les bériliens ayant plutôt tendance à voyager à pied. Quasiment tous les chevaux que l'on pourra retrouver dans le pays sont nés et ont été élevés à Long. Si leur usage y est démocratisé pour le déplacement et le combat, ailleurs ils servent surtout de bêtes de trait, de somme, ou de monture aux messagers devant rapidement délivrer des messages en cas d'urgence.  

Rites funéraires :

A Long, les morts sont recouverts d'un onguent particulier et sont brûlés, soit au milieu de la plaine, soit sur la montagne. La majorité des cendres est dispersée aux vents… Si quelqu'un de proche du trépassé est présent au moment où on l'incinère, il est de tradition de couper une main au cadavre et de la brûler séparément afin que la famille puisse conserver les cendres de cette main dans une petite boite de bois ou un petit pot de porcelaine, sur laquelle on note le nom du défunt. Chaque famille conserve ainsi une partie des cendres de ses morts dans la demeure familiale, et les plus anciennes -comme le clan principal- peuvent finir par en avoir un nombre tout bonnement impressionnant (une vaste cave sous Long-Mu contient les restes des membres du clan). La conservation des cendres de la main est une façon de rendre honneur à celui qui est passé dans l'autre monde. Ainsi, même si aucun membre de la famille n'est présent, et même si on ignore son nom, on peut conserver les cendres en notant sur la boîte une rapide description de l'individu (ou tout simplement « guerrier inconnu »). Elles pourront ensuite être confiées à un établissement adéquat comme on en trouve en quelques points de la région, destinés à conserver les cendres des anonymes. A la fin d'un duel a mort entre deux personnes ne se connaissant pas, et toujours en l'absence de famille et amis, c'est au vainqueur de décider si l'on conservera ou non les cendres de la main du vaincu, pouvant ainsi rendre hommage à sa bravoure.


Le clan :
Depuis longtemps considéré comme étant le plus sage de tous de par l'influence bénéfique qu'il a eu tout au long de l'histoire du pays, le clan Long est la première puissance politique de Bérilion. Grands patriotes, altruistes, et protecteurs de l'ethnie réfugiée depuis l'an 0, les Long ont toujours oeuvré uniquement au bien commun des différents clans et non pas à leur seule gloire. Tentant de maintenir un équilibre des forces durant les guerres de clan, ils faisaient face à ceux qui devenaient trop dangereux ou ambitieux et venaient en aide aux clans plus affaiblis, nourrissant toujours l'espoir d'une nation unifiée, d'une manière ou d'une autre. C'est cet altruisme qui leur acquit la confiance des petites familles et leur gain de puissance rapide. Leur obsession du maintien de l’ordre leur vient de cette volonté d’unification, car le chaos mène à la division.
Contrairement à d'autres clans qui comportent des nombres importants de membres, le clan Long n'en a que très peu, et est le plus réduit de Bérilion. En effet, ils dépassent rarement la quinzaine : Le chef n'a généralement pas plus de deux enfants, et le plus vieux parmi ces derniers sera son successeur, sans distinction de sexe. L'aîné prend toujours son rôle de chef quand il atteint l'âge de 25 ans lors d'une cérémonie officielle, et ce même si son parent est encore en mesure d'assurer le poste. A partir de ce moment, l'ancien chef devient un simple conseiller du nouveau (parfois même son Kulkin) et n'est plus habilité à diriger et à participer aux conseils, même s'il conserve beaucoup d'influence, et notamment sur son enfant qui respecte et est à l'écoute de chacune de ses paroles. Au reste, toutes les personnes qui gravitent autour du chef pour l'assister et qui participent à la gestion de la région (Kulin et autres conseillers, chefs Keilongs et de guerre, etc.) ne font généralement pas partie directe du clan et sont simplement des citoyens de Long choisis pour officier à ces postes.
En plus de son devoir de gouvernance pure, la tradition du clan veut que le chef ait un devoir d'apparence. C'est à dire qu'il se doit de paraître parmi le peuple et de conserver un contact avec celui-ci, même s'il est limité à la superficie de Long-Mu. Il doit être régulièrement présent dans les rues, les boutiques, et aux différents spectacles, voir même participer directement à toutes ces activités. On a ainsi vu plusieurs Long s’illustrer dans ces domaines culturels et composer des musiques, des pièces, ou jouer dans ces dernières.
Les traditions leur importent grandement, mais ils sont aussi relativement ouverts à l’innovation et aux nouvelles perspectives, tant que celles-ci ne remettent pas en question ce qui est déjà acquis.



Personnages importants :

Hai-Leng Long :
1er chef du clan Long et dirigeant de la famille à l’époque de la fin d’Aldor, ou les Long étaient encore vassaux des Nerimazu. Il travailla tout d’abord main dans la main avec Ratsol Nerimazu mais des dissensions apparurent vers la fin de sa vie. Il mourut bien avant Ratsol car il était bien plus vieux. Son fils, qui reprit le flambeau, fut celui à creuser le fossé entre les deux alliés.

Chou Long :
Fils aîné de Hai-Leng. Après sa prise de pouvoir, le conflit entre Nerimazu et Long s’aggrava et des factions commencèrent à vraiment se former. C’est lui qui, par sa force de volonté et de conviction, rallia les familles mineures à la cause long. Lorsque le clan Shamiso se forma, il voulut former une alliance avec eux, mais ceux ci lui préférèrent le clan Yuki, d'une part pour des divergences d'idéaux, et d'autre part pour raisons plus… personnelles. Blessé dans son orgueil, il coupa court à toute relation cordiale avec l'alliance Yuki-Shamiso. Ce fut l'un des seuls Long à placer ses intérêts personnels devant les intérêts généraux. C'est sous son règne qu'apparurent les trois premières faction de Bérilion. Il mourut peu de temps après Ratsol Nerimazu.

Funuki Long :
Chef du clan durant le début du 3e siècle. A cette période, une partie des familles qui s'étaient mises sous les ordres des Longs décidèrent de se rebeller contre eux, et fondèrent ensemble un clan qu'elles nommèrent Futsei. Voulant obtenir l'indépendance et leur territoire propre, elles entamèrent une guerre intestine au sein des terres des Long, à grands coups d'escarmouches plus ou moins annoncées. Funuki créa alors les Keilongs pour assurer l'ordre et la sécurité de ses citoyens. Voyant que cela était inutilet et ne faisait qu'accentuer la violence des combats, il se décida à négocier avec les Futsei et à leur céder une partie de ses terres en grande partie occupée par la forêt, que l'on nommait alors le Morikai. Funuki fut aussi celui à répandre parmi le peuple la tradition de l'incinération et de la conservation des cendres, autrefois limitée au seul clan principal.

Zhi-Ming Long :

Chef du clan durant le 5e siècle, elle fit face dans le sud du pays à l'apparition d'un clan qui fut immédiatement jugé dangereux : le clan Goroshi. Ce dernier perpétrait les pires massacres et agissait sans la moindre once d'honneur ou de vaillance. Intéressé uniquement par le pouvoir et la domination des autres, tous les moyens étaient bons pour gagner en influence. Zhi-Ming s'allia alors temporairement aux Nerimazu, aux Shamisô et aux Yuki, malgré les tensions qui existaient entre eux, pour littéralement écraser dans l’œuf cette faction dont la croissance aurait pu s'avérer très dangereuse. Elle maintint ensuite un semblant d'entente entre les différents ennemis, mais finit par se désister du pouvoir et partir en vagabondage après avoir subi la corruption d'un des tous récents katanas de Fukami Akimitsu. On ne la revit jamais plus par la suite.

Shirou Long :
Dirigeant du clan lors du 7e siècle, ou le tout récent clan Dalfan prenait un essor démesuré sous les ordres de Draoh Dalfan. Il affronta ce dernier, qui avait conquis entièrement Zatou et une partie des terres Long et Muzutsu. Contre toute attente, il parvint à le vaincre en duel en profitant d’une des crises de folies qui caractérisaient Draoh à la fin de sa vie, lui opposant un style de combat froid et calculateur qui ne lui laissa aucune chance. Par cette victoire, il récupéra ses terres et celles des Muzutsu mais ne put rien faire pour les Zatou, qui restèrent occupés. Commençant à vieillir et las des responsabilités du pouvoir, il fut celui qui instaura la règle des 25 ans pour donner prématurément le commandement à son fils aîné et pouvoir prendre sa retraite. Il passa la fin de sa vie à s'intéresser aux arts de bérilion et à rassembler et condenser toutes les œuvres qu'il put, en écrivant lui même certaines qui restent reconnues aujourd'hui. Il rêvait d'une ville des arts ou seraient joués nombre de spectacles...

Qiang-Mu Long :
Chef du clan à l'époque de l'apparition du Zigarne, elle fut celle qui, considérant de l'ampleur de la tâche et de la menace, décida de fonder une forteresse alors même que le monstre se trouvait encore du côté de Nurenuil. Elle se doutait qu'ils ne pourraient pas le stopper aisément, et les fondations de la bâtisse servirent de camp de base aux forces bériliennes et aux trois héros. Par la suite, elle périt en affrontant la créature, laissant derrière elle la forteresse inachevée. L'ouvrage ne fut véritablement terminé que de nombreuses années plus tard, après que le Zigarne ait péri. On nomma la villle-forteresse Long-Mu en l'hommage de celle qui avait ordonné sa construction.

Hatso Long :
Chef du clan à l'avènement de la guerre contre Nurenuil. S'inspirant de ce qui s'était produit face au Zigarne, c'est lui qui la provoqua en usant d'un prétexte aujourd'hui oublié, dans l'objectif de forcer l'alliance et l'union des 7 clans qui existaient à ce moment face à un ennemi commun et d'éviter que les guerres de clan ne reprennent. En effet, à cette période, le clan Yuki venait d'accepter d'être annexé par les Dalfan et se déplaça vers le Nord, laissant sans maître un territoire qui correspond à une partie des Long, Shamiso, et Nerimazu actuels. Les Shamiso et les Nerimazu (dirigés alors par Tsubame) se disputaient sur le partage de ces terres et ils faillirent partir en guerre l'un contre l'autre si ça n'avait été pour Hatso, qui parvint à les raisonner et à trouver un compromis, notamment grâce à la guerre avec Nurenuil.

Wuyanji Long :
Second fils de Hatso, il ne lui succéda pas en tant que leader, mais était un général extrêmement réputés, notamment pour sa maîtrise parfaite de la stratégie militaire. Il était associé et assisté par Hidan Nerimazu. Liés par leurs places secondaires au sein de leurs clans respectifs, on dit d'eux qu'ils étaient inséparables et d'excellents amis… Voir même plus. Tous deux furent l'une des clés de la réussite de l'annexion de Zu Feorn et de la prise de la ville susnommée. Wuyanji en particulier avait le don pour adapter sa stratégie aux choix des généraux adverses, cependant il mourut lors d'une escarmouche nurenuilienne, enseveli sous des rochers par l'action de plusieurs druides. Par la suite, Hidan se retira et se lança dans l'écriture d'ouvrages de stratégie militaire pour transmettre leurs connaissances aux générations suivantes. Cependants, elles ne parvinrent jamais à en faire si bon usage que cette pair.

Haïba Long :
Chef du clan durant le début du 14e siècle, il retrouva dans les archives familiales les écrits de son ancêtre Shirou Long, et ses aspirations d'une ville des arts. Il se retrouva dans cette ambition, et en cette période de calme relatif, il disposait d'une ville fortifiée qu'il trouvait désespérément vide. Il entreprit alors de faire de Long-Mu la capitale de la culture bérilienne que l'on connaît aujourd'hui, et transmit cette volonté à sa fille aînée et à ses deux fils. C'est par ses actions que petit à petit, Long-Mu devint telle que nous la connaissons aujourd'hui.

Ching-Chong Long :
Chef du clan entre le 16e et le 17e siècle. Les batailles au front nurenuilien commençaient à perdre en intensité, et la tête du clan Dalfan se vit prendre par un homme hautement problématique, le dénommé Daisuke Dalfan. Par sa seule influence, il faillit causer la perte de l'entente que les Long avaient passé tant d'années à former… Désintéressé de ce qui se passait au front, il raviva les vieilles rancœurs et tua même les chefs des clans Futsei et Zatou. Ching-Chong tenta de le raisonner, mais il était affligé d'un défaut de prononciation dont Daisuke se servit pour ignorer ses paroles, lui rétorquant simplement « J'parles pas ChingChong, Ching-Chong Long » avant de se ruer sur lui, forcer le combat, et lui couper un bras. Ainsi, Ching-Chong fut l'un des seuls Long de l'histoire à pouvoir contempler sa propre boite funéraire avant sa mort. Daisuke mourut l'année suivante à cause des blessures reçues de Futan Nerimazu, qui périt lui aussi. Ching-Chong s’affaira pendant tout le reste de sa vie à éviter que des guerres de clan reprennent, ignorant sa rancœur envers Daisuke, il prôna le pardon pour le clan Dalfan, qui n'avait rien à voir avec les agissements déraisonnés de leur incontrôlable chef.

Hoda Long (encore en vie, père et conseiller de la chef actuel) :
Hoda était le chef du clan lors de l'avènement du mouvement pacifiste fondé par Kyoran Dalfan. Il hésita longuement quant à celui-ci, et finit par juger que leur cause était juste. Alors, il fit en sorte qu'ils aient l'occasion de s'exprimer, et ordonna lui-même que l'on laisse une place au Heka Gisemono, leur leader, lors des conseils des chefs de clans. Devant laisser sa place à sa fille, il lui avisa de continuer dans la voix de la paix. Aujourd'hui, Hoda profite de Long-Mu et de ses divertissements, lui-même participant à certains, et se retire parfois pour visiter les autres régions en simple voyageur.

Li-An Long :
Chef actuel du clan Long, et ce depuis peu, Li-An doit encore faire ses preuves. De nature particulièrement pacifique, elle a repris le flambeau de son père et a participé activement à l'avènement de la paix, soutenant Gisemono lors des conseils, comme le faisaient les leader Muzutsu et Shamiso. Il arriva qu'elle tint tête à Drogo Dalfan lors d'une des rares réunions auxquelles il daigna participer au sujet de la dite paix. Il prit extrêmement mal ce manque de respect de la part d'une enfant et le fit comprendre par un unique coup qui lui brisa le nez et lui laissa à l'arcade une cicatrice qui ne disparaîtra pas. C'est depuis cette réunion que Drogo cessa totalement de venir aux conseils des chefs de clans et que son clan s'isola de plus en plus. Après le drame des Dalfan à Zu Feorn, elle fut prise de sympathie et apporta tout son soutient à Shû Dalfan, leur nouveau leader. Aujourd'hui, elle refuse la proposition de Lucia de lancer un assaut frontal sur Lame Futsei et aimerait éviter d'arriver à ce genre d'extrêmes, préférant persévérer dans la négociation.

__________________________________________________
_____

Les signatures, c'est pour les faibles Noël
avatar
Lord Penguin
Héros Prinny

Messages : 650
Date d'inscription : 29/09/2013
Localisation : Excellente question ._. Il serait temps que je m'informe

Feuille de personnage
Nom des personnages:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Région]La région de Long

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum